Aller au contenu principal

[Contenu partenaire VIDEO] « Nos robots de traite trient le lait selon les taux »

Stéphane, Thierry et Florent Blouin ont robotisé leur traite avec trois M2erlin de Fullwood Packo. Grâce à ces robots, les trois frères limitent les tâches physiques et gèrent seul l’astreinte du week-end avec 170 vaches laitières.

Dans le Calvados, le Gaec Blouin utilise trois M2erlin depuis 18 mois. Une période qui donne aux éleveurs « assez de recul pour valider leur choix ». La fiabilité du matériel et sa simplicité d’utilisation se confirment avec le temps. Les associés ont abandonné leur salle de traite 2 x 16. Avec un objectif : limiter la pénibilité. « On pense à nos épaules ! », résume Stéphane.
Dans ce contexte, la possibilité de trier le lait en fonction des taux a séduit les frères Blouin. La production la moins riche, et donc plus digestible, est envoyée vers le DAL de l’atelier veaux gras, via une électrovanne. « C’est automatique. Cette possibilité offerte par Fullwood Packo est un vrai plus. On gagne en confort de travail », insiste Thierry.

Un tri simple et une ambiance silencieuse

Les doubles entrées et sorties du robot facilitent le tri des vaches. Une porte trois voies répartit les animaux à isoler sur deux aires paillées ou un box pour les IA. L’ambiance de la stabulation confirme cette sérénité. Le M2erlin fonctionne avec
des moteurs électriques en 24 volts. « C’est vraiment silencieux », note Florent. Les frères Blouin apprécient aussi la conception simple du robot. « Les pompes à lait et à vide sont communes aux salles de traites. De nombreuses pièces sont universelles », détaille Marc Charpentier de CG Elevage Services (14 500 Campagnolles), revendeur Fullwood Packo.

Penser au coût d'utilisation du robot de traite

Ces orientations techniques se traduisent dans le prix de revient du robot. Le Gaec Blouin a fait ses comptes : « nous ne nous sommes pas arrêtés à l’achat, nous avons calculé notre coût d’utilisation sur cinq ans. Nos robots répondent donc à notre attente en termes de coût et de praticité ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière