Aller au contenu principal

[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »

Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2erlin, le GAEC de la Fonderie a soigné son plan de financement. Objectifs : valoriser le bâtiment existant pour limiter les coûts, et maintenir la traite et les revenus de la ferme pendant les travaux.

Denis et Claudine Crémel sont fiers que leur élevage perdure grâce à Nicolas Thierry, leur ancien apprenti. S’il croit en son métier, Denis n’en reste pas moins prudent. Marqué par la crise du lait en 2009, il voulait bien raisonner l’investissement dans les robots de traite. « En 2008, nous avons investi dans une salle de traite 2x6. L’année suivante, nous avons subi de plein fouet la chute des prix. » Le contact est bien passé avec Vitmat, le revendeur Fullwood Packo, qui a su écouter les attentes des éleveurs. Les deux M2erlin se sont ainsi intégrés à la stabulation datant de 1979. « On ne voulait pas tout casser », explique Nicolas Thierry. Autre critère de choix : poursuivre la traite pendant les travaux. « Perdre la production correspondant à une annuité n’était pas envisageable dans notre plan de financement », insiste Denis Cremel.

Lire aussi : « Les robots se sont adaptés au bâtiment »

ROBOT SUR FOSSE : ACCÈS FACILITÉ À LA MAMELLE

Avec l’installation des robots, Nicolas Thierry anticipe le départ en retraite progressif de ses associés. Il pense aussi au confort de travail. Parmi ses critères de choix, fi gure la possibilité d’installer le robot sur une fosse. Les traitements sont facilités, l’accès à la vache s’avère simple avec le bras débrayable. « C’est très appréciable lors du tarissement. Les interventions sont réalisées directement après la traite, lorsque les sphincters sont ouverts. »

Lire aussi : « Nos robots de traite trient le lait selon les taux »

2,9 TRAITES PAR JOUR EN CIRCULATION LIBRE

Les vaches se sont parfaitement adaptées à la circulation libre, avec 2,8 à 2,9 traites par jour. Elles parcourent pourtant jusqu’à 100 m. « Nous avions des doutes, ils sont levés. Je pense que le silence du M2erlin, avec ses moteurs électriques, y contribue. L’ambiance est calme. » Aucune vache n’a été réformée lors du passage au robot. Enfin, l’éleveur n’a soigné qu’une mammite lors des six derniers mois. « La traite quartier par quartier a bien aidé. Mais globalement, nous sommes sereins avec nos robots. »

« L’entretien du robot est assez simple. Notre revendeur Éric Mathis de Vitmat (3 rue de Vittel, 88170 Gironcourt-sur-Vraine - Tél. 03 29 94 56 49) établit des contrats personnalisables (nombre de traites, production…) », expliquent les associés du GAEC de la Fonderie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière