Aller au contenu principal

Conservateurs : quel est l’intérêt économique pour l’ensilage d’herbe ?

Selon les premiers éléments dont dispose Arvalis, les conservateurs à base de bactéries lactiques homofermentaires diminuent les pertes de 4% sur l’ensilage de graminées, ce qui permet en moyenne d'amortir l'investissement.

Avec un ensilage d’herbe à 30% MS et un prix des conservateurs entre 2 à 3 €/t MS brute, le retour sur investissement est de un pour un.  © C. Pruilh
Avec un ensilage d’herbe à 30% MS et un prix des conservateurs entre 2 à 3 €/t MS brute, le retour sur investissement est de un pour un.
© C. Pruilh

« La question de la rentabilité du recours à un conservateur pour l’ensilage d’herbe n’est pas simple à appréhender, avance Anthony Uijttewaal d’Arvalis. La réponse dépend de l’économie de pertes de fourrages permise par les additifs, mais aussi du respect des conditions d’application du conservateur, notamment de la dose employée. » L’institut technique manque encore de références pour parvenir à mieux établir les domaines d’intérêt technico-économiques, mais une récente méta-analyse portant sur des ensilages de graminées donne de premiers éléments de réponse.  « Nous avons compilé les données de 52 publications issues de la littérature scientifique internationale et indépendante. Menées dans des contextes climatiques tempérés proches du nôtre, ces essais ont étudié différents paramètres en comparant un ensilage témoin à un ensilage avec conservateur biologique. » L’échantillon moyen de l’étude correspond à un ensilage à 27 % MS, entre un réessuyé et un préfané.

Un retour sur investissement de un pour un

Il ressort de l’analyse que les bactéries lactiques homofermentaires ont un effet important sur la qualité de la conservation en réduisant de 4 % les pertes non visibles (pertes de matière organique digestible qui s’échappe sous forme de CO2 sous la bâche). « Avec un coût de l’herbe rendue silo entre 120 et 140 €/tMS, l’économie de la perte permise par un conservateur homofermentaire serait ici comprise entre 4,7 et 5,5 €/tMS, poursuit Anthony Uijttewaal. Avec un ensilage d’herbe à 30% MS et un prix des conservateurs entre 2 à 3 €/tMS brute, cela permet un retour sur investissement d’un pour un. » L’approche ne tient pas compte des effets sur la qualité sanitaire (butyriques et mycotoxines) ni d’un éventuel impact zootechnique. « Cela étant, une autre étude n’a pas révélé d’amélioration particulière des performances laitières avec l’inoculation. »

Quant aux bactéries lactiques hétérofermentaires et au mélange mixte (hétéro et homofermentaire), ils n’ont pas permis de réduire les pertes de façon significative dans l’analyse. Leur effets sont attendus pour limiter les échauffements au front d’attaque, en particulier pour les ensilages d’herbe à teneur en matière sèche élevée (supérieures à 40 %MS), ce que n’a pas quantifié l’étude.

Lire aussi Les conservateurs d’ensilage d’herbe en sept questions

Pas si simple dans la pratique

L’application de « la bonne dose » d’additifs lors des chantiers de récolte n’est pas évidente. D’une part, les recommandations se font en cfu (bactéries)(1) ou en litre (acides) par gramme de fourrage frais. Et d’autre part, les réglages machine se font en litres par heure. Ces contraintes nécessitent de connaître le rendement et la vitesse d’avancement de l’ensileuse, ce qui n’est jamais évident pour les fourrages préfanés ! « Quelques conseils peuvent s’appliquer, recommande Anthony Uijttewaal. Comme préparer la dilution de sorte à se faciliter les calculs en termes de multiples, remplir la réservation de l’ensileuse par demi-journée de travail maximum et enfin estimer le rendement sur pied, le taux de matière sèche, ainsi que le débit de chantier de l’ensileuse. »

(1) unité formant colonie
 
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière