Aller au contenu principal
Font Size

Conservateurs : quel est l’intérêt économique pour l’ensilage d’herbe ?

Selon les premiers éléments dont dispose Arvalis, les conservateurs à base de bactéries lactiques homofermentaires diminuent les pertes de 4% sur l’ensilage de graminées, ce qui permet en moyenne d'amortir l'investissement.

Avec un ensilage d’herbe à 30% MS et un prix des conservateurs entre 2 à 3 €/t MS brute, le retour sur investissement est de un pour un.  © C. Pruilh
Avec un ensilage d’herbe à 30% MS et un prix des conservateurs entre 2 à 3 €/t MS brute, le retour sur investissement est de un pour un.
© C. Pruilh

« La question de la rentabilité du recours à un conservateur pour l’ensilage d’herbe n’est pas simple à appréhender, avance Anthony Uijttewaal d’Arvalis. La réponse dépend de l’économie de pertes de fourrages permise par les additifs, mais aussi du respect des conditions d’application du conservateur, notamment de la dose employée. » L’institut technique manque encore de références pour parvenir à mieux établir les domaines d’intérêt technico-économiques, mais une récente méta-analyse portant sur des ensilages de graminées donne de premiers éléments de réponse.  « Nous avons compilé les données de 52 publications issues de la littérature scientifique internationale et indépendante. Menées dans des contextes climatiques tempérés proches du nôtre, ces essais ont étudié différents paramètres en comparant un ensilage témoin à un ensilage avec conservateur biologique. » L’échantillon moyen de l’étude correspond à un ensilage à 27 % MS, entre un réessuyé et un préfané.

Un retour sur investissement de un pour un

Il ressort de l’analyse que les bactéries lactiques homofermentaires ont un effet important sur la qualité de la conservation en réduisant de 4 % les pertes non visibles (pertes de matière organique digestible qui s’échappe sous forme de CO2 sous la bâche). « Avec un coût de l’herbe rendue silo entre 120 et 140 €/tMS, l’économie de la perte permise par un conservateur homofermentaire serait ici comprise entre 4,7 et 5,5 €/tMS, poursuit Anthony Uijttewaal. Avec un ensilage d’herbe à 30% MS et un prix des conservateurs entre 2 à 3 €/tMS brute, cela permet un retour sur investissement d’un pour un. » L’approche ne tient pas compte des effets sur la qualité sanitaire (butyriques et mycotoxines) ni d’un éventuel impact zootechnique. « Cela étant, une autre étude n’a pas révélé d’amélioration particulière des performances laitières avec l’inoculation. »

Quant aux bactéries lactiques hétérofermentaires et au mélange mixte (hétéro et homofermentaire), ils n’ont pas permis de réduire les pertes de façon significative dans l’analyse. Leur effets sont attendus pour limiter les échauffements au front d’attaque, en particulier pour les ensilages d’herbe à teneur en matière sèche élevée (supérieures à 40 %MS), ce que n’a pas quantifié l’étude.

Lire aussi Les conservateurs d’ensilage d’herbe en sept questions

Pas si simple dans la pratique

L’application de « la bonne dose » d’additifs lors des chantiers de récolte n’est pas évidente. D’une part, les recommandations se font en cfu (bactéries)(1) ou en litre (acides) par gramme de fourrage frais. Et d’autre part, les réglages machine se font en litres par heure. Ces contraintes nécessitent de connaître le rendement et la vitesse d’avancement de l’ensileuse, ce qui n’est jamais évident pour les fourrages préfanés ! « Quelques conseils peuvent s’appliquer, recommande Anthony Uijttewaal. Comme préparer la dilution de sorte à se faciliter les calculs en termes de multiples, remplir la réservation de l’ensileuse par demi-journée de travail maximum et enfin estimer le rendement sur pied, le taux de matière sèche, ainsi que le débit de chantier de l’ensileuse. »

(1) unité formant colonie
 
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière