Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Au Gaec Ripoche, dans le Maine-et-Loire
Compact feeding : « Nous avons dû modifier un peu la mélangeuse »

Le Gaec Ripoche, dans le Maine-et-Loire a procédé à des ajustements matériel pour que le mélange puisse se faire correctement. 

« Sur notre bol mélangeur de 24 m3, nous avons dû créer des ailerons avec des fers plats au niveau de la vis, et réhausser les racleurs. Cela permet d’incorporer correctement la farine humidifiée au mélange et de bien ramener le fourrage de bas en haut", détaille Anthony Ripoche, converti au compact feeding depuis décembre 2018.  « Les premiers temps où nous avons expérimenté cette technique, on a fait pire que mieux, se souvient-il. La farine humide se collait sur la paroi du bol, sans s’incorporer vraiment au fourrage. Cela créait des boulettes de farine très acidogènes ! Et le mélange s’effectuait mal, un peu comme quand la mélangeuse est trop pleine. Le contenu remontait mais ne redescendait pas correctement sur les parois du bol. » Quelques adaptations sur la mélangeuse ont été nécessaires pour venir à bout de ce problème.

Les adaptations à apporter sont différentes en fonction des modèles de mélangeuse et des types de vis. Au Danemark aussi, les éleveurs doivent procéder à des ajustements des couteaux (les rallonger, modifier l’angle, en ajouter d’autres…). Certains constructeurs proposent désormais des modèles de mélangeuses spécialement conçues pour le compact feeding.

Lire aussi Faresin - Renfort inox sur les bols mélangeurs

Sur le Gaec, la phase de trempage des concentrés dans l'eau dure la nuit entière. La quantité d’eau ajoutée est équivalente à la quantité d’aliments secs de la ration. Avec l’expérience, on peut adapter le volume d’eau au taux de matière sèche des fourrages, en respectant au maximum 10 à 11 litres d’eau par vache.

« Au départ, je craignais que le bol ne soit pas étanche. En fait, la farine gonfle en s’humidifiant et forme une patte qui colmate les trous. » La farine et l’eau créent une espèce ce bouillie, et le reste des constituants de la ration sont ajoutés le lendemain matin.

Lire aussi "Nos vaches ne trient plus la ration grâce au compact feeding"

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Anthony, Christian et Evelyne Ripoche. « Cette technique nous a bluffés. Désormais, à tout moment de la journée, les vaches accèdent exactement à la même composition de ration. » © DR
« Nos vaches ne trient plus grâce au compact feeding »
Le Gaec Ripoche, dans le Maine-et-Loire, ajoute de l’eau à la ration pour obtenir un mélange condensé et homogène. Tel le…
Alain Piet. « Le simple fait d’ajouter de l’eau dans la ration a boosté la production laitière. » © E. Bignon
Compact feeding : "Je ne reviendrai pas en arrière"
Le Gaec du Puits, dans le Maine-et-Loire, converti au compact feeding depuis un an et demi, prépare sa ration en…
Loren Duhameau. « Pour faire ce métier, il faut vraiment être mordu. Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Mais tant que j’ai du soutien, ça va. » © J. Pertriaux
« Les femmes ont autant leur place que les hommes ! »
À Caligny dans l’Orne, Loren Duhameau s’est installée en individuel à 25 ans. Une installation précipitée par des circonstances…
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »
À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue…
Michel Nalet, directeur général relations externes et communication du Groupe Lactalis
Lactalis : "La crise liée au Covid-19 nous fait craindre une baisse de la valorisation du lait à moyen terme"
Michel Nalet, du groupe Lactalis, craint l'effet du gonflement des stocks de poudre, beurre et fromage. Et l'…
L'élevage de 380 vaches de Henning Münster,  380 vaches dans le Schleswig-Holstein. © Élevage Münster
Allemagne : prix du lait à 280 à 300 €/1 000 l dès mai ?
Avril n’est que le début de la crise. En Allemagne, les perspectives de prix du lait à six mois ne sont guère enthousiasmantes.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière