Aller au contenu principal
Font Size

Heleen Lansink-Marissen, éleveuse de 85 laitières, aux Pays-Bas
« Communiquer sur mon métier auprès du grand public est devenu mon second job »

« Les consommateurs ont beaucoup d’a priori sur l’agriculture et l’élevage, mais ils ignorent souvent comment ça se passe vraiment sur nos fermes. En 2017, face aux attaques sociétales, j’ai pris conscience que nous ne devions pas rater l’occasion de nous exprimer en tant qu’éleveurs, car sinon, d’autres allaient communiquer à notre place ! Nous faisons beaucoup de choses pour l’environnement, le bien-être animal… alors autant le dire. Et si possible de façon professionnelle. Pour créer du lien, j’ai commencé par vendre du lait à la ferme – pas tant pour l’argent que pour renouer le contact avec les non-agricoles – et organiser des visites à la ferme. Et puis, pour toucher le plus de monde possible, j’ai investi les réseaux sociaux en montrant le quotidien de la ferme, en postant de belles photos, en animant un blog… Je parle librement, j’explique mon métier de façon positive, je décris les choses sans jugement. Je ne dis pas si je suis pour ou contre, je montre simplement ce que je fais. C’est ce type d’initiatives privées qui pourront faire bouger les lignes. Quand on raconte sa propre histoire, on est crédible, les gens ne s’y trompent pas.  

Et ça marche ! Aujourd’hui, j’interviens dans de nombreux événements. J’ai été élue deuxième femme la plus médiatique dans ma province. Avec 80 000 vues par mois sur les réseaux, je suis en quelque sorte une « influenceuse ». C’est quasiment un boulot à part entière ! J’ai pu m’exprimer dans le journal local et même à la télévision nationale. Le ministre de l’Agriculture me connaît et je participe à un laboratoire d’innovation national avec 80 personnalités du secteur agricole. Ces deux années m’ont appris à toujours rester moi-même, à parler clairement et avec transparence. Il est important d’être ouvert et d’écouter les questions et critiques. Certaines sont constructives ! Et en cas de désaccords avec des opposants, le fait d’expliquer mes choix suscite au moins leur respect. Par contre, je laisse de côté les 5 % d’extrémistes qui ne veulent pas écouter et je préfère m’adresser aux 95 % de la population qui ne demandent qu’à mieux connaître notre activité. »

lire aussi : Les éleveurs hollandais parlent aux consommateurs

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière