Aller au contenu principal

Comment s’en sort la bio dans la PAC 2023-2027 ?

Pour certains éleveurs bio, la nouvelle PAC sera peut-être synonyme de perte d’aides. Malgré tout, la dernière version du programme stratégique national limite ce risque.

Le point le plus important concernant les producteurs bio dans la nouvelle PAC est la conditionnalité des aides et les BCAE renforcées.
Le point le plus important concernant les producteurs bio dans la nouvelle PAC est la conditionnalité des aides et les BCAE renforcées.
© C. Pruilh

Dans la nouvelle PAC, l’aide au maintien à l’agriculture biologique, au-delà de la période de conversion, disparaît complètement. Elle sera partiellement compensée par l’augmentation de l’aide à la conversion (CAB) sur les cultures annuelles, jachères, légumineuses fourragères et mélanges composés d’au moins 50 % de légumineuses à l’implantation (montant revalorisé à 350 €/ha/an pendant cinq ans) et par le niveau spécifique bio de l’écorégime. Certaines régions pourraient également mettre en place un dispositif de substitution.

De plus, la nouvelle PAC apporte une reconnaissance à l’agriculture bio et à ses aménités positives, au travers de la voie « certification » des écorégimes. Les exploitations dont les cultures sont totalement conduites en bio (certifiée et/ou en conversion) peuvent prétendre au bonus, ou niveau 3 des écorégimes, avec une prime de 30 €/ha au-dessus du niveau 2 soit une aide de 110 €/ha maximum.

Des MAEC pour compenser la perte...

« Dans le cas d’un éleveur qui avait fait le choix de l’aide au maintien, le bonus sur l’écorégime ne compense pas la perte de l’aide au maintien, commente Dorothée Rousval, de Cogedis. Pour compenser la perte, il faudra trouver une MAEC qui lui convienne. »

Dans le cas d’un éleveur qui avait fait le choix du crédit d’impôt bio, il est gagnant. Le crédit d’impôt sera revalorisé à 4 500 €, contre 3 500 € auparavant avec la transparence pour les Gaec. Celui-ci reste accessible aux producteurs qui réalisent au moins 40 % de leur chiffre d’affaires en bio. Certains éleveurs bio qui bénéficiaient aide au maintien pourront prétendre à ce crédit d’impôt.

... et les aides couplées

L’aide à la conversion à l’agriculture biologique - sur cinq ans - n’est pas cumulable avec le niveau 3 de l’écorégime, sauf s’il reste au moins une parcelle en bio de l’exploitation qui ne dispose pas de contrat CAB. « Il y a donc des cas où l’on peut cumuler les deux dispositifs », indique Dorothée Rousval.

Les éleveurs bio pourront aussi bénéficier de la revalorisation autour de 150 €/ha du soutien aux oléoprotéagineux et autres légumineuses fourragères. Les mélanges seront éligibles si la légumineuse est dominante. « Il faut encore attendre les décrets d’application pour savoir dans quelle mesure précisément les méteils riches en protéines pourront être éligibles », pointe Jean-Yves Pouliquen, de Cogedis.

 

Le saviez-vous ?

Avec le renforcement de la conditionnalité des aides en 2023, les exploitations en agriculture biologique devront, pour s’assurer le bon versement de leurs aides PAC, respecter des mesures issues de l’ancien paiement vert au même titre que les conventionnelles.

Les plus lus

Christophe Baudoin, 36 ans, et son frère Vincent, 40 ans, ne craignent pas d’essayer de nouvelles pratiques pour produire plus de lait et maîtriser les charges.
« Avec un seul robot, nous produisons 1 million de litres de lait »
Le Gaec des sapins, en Loire-Atlantique, produit 1 million de litres de lait avec 83 vaches et un seul robot tout en…
Jérôme Curt, éleveur à la ferme du trèfle.
Bâtiments pour bovins : « Notre stabulation se rapproche du plein air »

La Ferme du trèfle, dans l’Ain, a monté un bâtiment novateur axé sur le bien-être animal. Pad cooling, toiture en Bartic,…

Selon Cyril Bapelle, vétérinaire nutritionniste (à gauche), « il faut réfléchir la gestion des mycotoxines en particules ingérées par vache et par jour ».
Mycotoxines : « Nous avons perdu 4 litres de lait par vache »

Dans la Manche, Romain Boudet, installé en individuel, a vu ses résultats techniques chuter après l’ouverture du silo de maïs…

En 2023, Baptiste et Léo Blanchard ont séché 600 tonnes de foin à 87 à 93 % MS, 350 tonnes de maïs grain et 40 tonnes de bois déchiqueté.
Foin : « Avec un séchoir à plat autoconstruit dans un ancien bâtiment, nous limitons l’investissement »

Éleveurs en Mayenne, Baptiste et Léo Blanchard ont transformé un ancien bâtiment à taurillons en séchoir en grange à plat.…

Robot de traite : quel gain de production laitière lors du passage de la salle de traite au robot ?

Le passage de la salle de traite au robot de traite s’accompagne d’un gain de production par vache laitière. À paramètres…

vaches à la traite
Contrôle laitier : le rendement des vaches laitières a augmenté en 2023

Les résultats 2023 du contrôle laitier montrent une hausse de la productivité de 60 kg à 8938 kg de lait par lactation.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière