Aller au contenu principal

Comment se développent les grands troupeaux ?

Les questions de travail, de qualité de vie, de relations humaines deviennent centrales dans les grandes exploitations laitières.

grand troupeau
A. Conte

Entre 2012 et 2017, 800 troupeaux par an en moyenne ont passé le seuil de plus de 100 vaches. Face à cet agrandissement, de nouveaux collectifs de travail émergent, parallèlement au développement de technologies innovantes. Pour mieux connaître les trajectoires des grandes exploitations et l’incidence sur leur organisation du travail, une enquête a été réalisée dans 49 élevages répartis sur trois régions (Grand Est, Grand Ouest, Massif central) (1). Les élevages interrogés produisent en moyenne plus d’un million de litres de lait, avec 133 vaches et 4,1 UMO, sur 208 hectares.

« Les grands troupeaux 'à la française' se répartissent principalement en trois catégories : les exploitations unipersonnelles ou menées en couple, les exploitations avec plusieurs salariés et les exploitations multi-associés », dépeint Jocelyn Fagon de l’Institut de l’élevage. On constate de gros écarts de productivité du travail entre ces trois profils (plus de 210 000 l/UMO lait rémunérée), selon que les exploitants aient choisi d’investir dans les équipements ou dans la main-d’œuvre. « Les exploitations unipersonnelles se caractérisent par une forte productivité de la main-d’œuvre grâce à l’élevage de précision, l’externalisation de tâches et/ou la simplification des pratiques. »

Une meilleure qualité de vie dans les exploitations multi-associés

En termes de conditions de travail et de qualité de vie, ce sont les exploitations de type multi-associés qui affichent le niveau de satisfaction le plus élevé (plus de 80 %). Par contre, dans les exploitations avec plusieurs salariés, 50 % des éleveurs interrogés se disent peu satisfaits ou insatisfaits de leur qualité de vie. Un tiers des grands élevages enquêtés prend plus d’un week-end sur trois.

Deux types de trajectoires expliquent l’évolution des grandes exploitations. Soit un développement progressif, soit une trajectoire dite « de rupture », avec une forte augmentation du volume de lait à un moment donné (association, achat de quotas ou reprise d’une exploitation). « Les exploitants profitent alors souvent de cette opportunité pour questionner leur système, réfléchir à l’organisation des bâtiments, du pâturage… Mais comme les moyens humains ne sont pas toujours en adéquation avec l’augmentation de volume, cette trajectoire induit des phases de tension sur les travailleurs, analyse Jocelyn Fagon. L’agrandissement progressif, quant à lui, limite les phases de tension, mais comporte le risque de se reposer sur ses lauriers. Par exemple, les exploitations se rendent compte que les bâtiments ne sont jamais assez grands ! »

(1) Dans le cadre du Casdar Orgue (Organisation du travail, durabilité sociale, et transmissibilité des grandes exploitations laitière).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière