Aller au contenu principal

Comment se développent les grands troupeaux ?

Les questions de travail, de qualité de vie, de relations humaines deviennent centrales dans les grandes exploitations laitières.

grand troupeau
A. Conte

Entre 2012 et 2017, 800 troupeaux par an en moyenne ont passé le seuil de plus de 100 vaches. Face à cet agrandissement, de nouveaux collectifs de travail émergent, parallèlement au développement de technologies innovantes. Pour mieux connaître les trajectoires des grandes exploitations et l’incidence sur leur organisation du travail, une enquête a été réalisée dans 49 élevages répartis sur trois régions (Grand Est, Grand Ouest, Massif central) (1). Les élevages interrogés produisent en moyenne plus d’un million de litres de lait, avec 133 vaches et 4,1 UMO, sur 208 hectares.

« Les grands troupeaux 'à la française' se répartissent principalement en trois catégories : les exploitations unipersonnelles ou menées en couple, les exploitations avec plusieurs salariés et les exploitations multi-associés », dépeint Jocelyn Fagon de l’Institut de l’élevage. On constate de gros écarts de productivité du travail entre ces trois profils (plus de 210 000 l/UMO lait rémunérée), selon que les exploitants aient choisi d’investir dans les équipements ou dans la main-d’œuvre. « Les exploitations unipersonnelles se caractérisent par une forte productivité de la main-d’œuvre grâce à l’élevage de précision, l’externalisation de tâches et/ou la simplification des pratiques. »

Une meilleure qualité de vie dans les exploitations multi-associés

En termes de conditions de travail et de qualité de vie, ce sont les exploitations de type multi-associés qui affichent le niveau de satisfaction le plus élevé (plus de 80 %). Par contre, dans les exploitations avec plusieurs salariés, 50 % des éleveurs interrogés se disent peu satisfaits ou insatisfaits de leur qualité de vie. Un tiers des grands élevages enquêtés prend plus d’un week-end sur trois.

Deux types de trajectoires expliquent l’évolution des grandes exploitations. Soit un développement progressif, soit une trajectoire dite « de rupture », avec une forte augmentation du volume de lait à un moment donné (association, achat de quotas ou reprise d’une exploitation). « Les exploitants profitent alors souvent de cette opportunité pour questionner leur système, réfléchir à l’organisation des bâtiments, du pâturage… Mais comme les moyens humains ne sont pas toujours en adéquation avec l’augmentation de volume, cette trajectoire induit des phases de tension sur les travailleurs, analyse Jocelyn Fagon. L’agrandissement progressif, quant à lui, limite les phases de tension, mais comporte le risque de se reposer sur ses lauriers. Par exemple, les exploitations se rendent compte que les bâtiments ne sont jamais assez grands ! »

(1) Dans le cadre du Casdar Orgue (Organisation du travail, durabilité sociale, et transmissibilité des grandes exploitations laitière).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Ferme des 1000 vaches: les porteurs du projet déboutés par le Conseil d'Etat
Dans une décision rendue le 23 septembre, le Conseil d’État a rejeté le pourvoi de la société exploitant la ferme des 1000 vaches…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière