Aller au contenu principal

Comment savoir s'il s'agit d'une cétose ou d'un déplacement de caillette

Les raisons de ne pas démarrer en production après le vêlage sont nombreuses et l'éleveur confronté à ce cas devra faire le tour complet de sa vache s'il veut tenter d'obtenir une réponse.

Cette multipare souffre d'une cétose qui a certainement favorisé le déplacement de caillette. © J.-M. Nicol
Cette multipare souffre d'une cétose qui a certainement favorisé le déplacement de caillette.
© J.-M. Nicol

Après avoir écarté une douleur liée au vêlage et si rien n'indique que cette vache souffre d'une infection interne ou d'une mammite grave, son regard va se tourner vers la cétose et le déplacement à gauche de caillette. Surtout si le manque de production déjà suspecté au cinquième ou sixième jour postpartum s'accentue.

Cétose et déplacement de caillette font bon ménage car ce dernier engendre une cétose généralement peu marquée, mais il est également facilité par une cétose sévère amorcée avant même le vêlage. La cétose guérit grâce à un traitement médical tandis que l'autre nécessite au moins la correction du déplacement pour débloquer la situation – et le plus vite est le mieux.

Toujours le coupler à l'auscultation

Comment y voir clair ? Quelques petites différences peuvent nous aider. La cétose est rare chez les primipares. Mais pas le déplacement de caillette. Il s'installe en quelques jours au cours desquels la caillette en migration gonfle puis se dégonfle, puis, une fois bien gonflée et déplacée, gêne en permanence la vache qui a mal. Au début, son appétit oscille, un jour avec et un jour sans… puis il diminue nettement et la vache manque parfois de souplesse dans sa démarche, comme si un corps étranger la faisait souffrir tandis que les corps cétoniques du sang, du lait ou de l'urine peuvent être anormalement élevés ou non. À ce stade, l'auscultation de la zone centrale du côté gauche ne permet pas d'entendre les mouvements du rumen et livre un ''ping'' à la percussion d'une côte.

Lors de cétose, les corps cétoniques s'élèvent fortement, l'appétit est nettement diminué, assez souvent la vache préfère le foin, devient donc constipée et peut aussi souffrir de troubles nerveux (tourner en rond ou léchage compulsif). Le dosage des corps cétoniques ne suffit donc pas à établir le diagnostic ; il faut toujours le coupler à l'auscultation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière