Aller au contenu principal
Font Size

Hors frontières
Comment nos voisins européens financent-ils leurs installations ?

graphique poids de l'actif par pays
© Réussir d'après Abcis

En Europe du nord,  les reprises sont très majoritairement financées par des prêts bancaires. C’est le constat que fait l’Institut de l’élevage dans une étude réalisée pour FranceAgriMer sur les solutions de financement pour aider l’installation dans le secteur laitier. Le poids du foncier est partout beaucoup plus important qu’en France. Il alourdit le niveau de capital à reprendre, tout en facilitant l’accès aux prêts bancaires. L’hypothèque est la forme de garantie dominante, ce qui réduit l’importance de l’autofinancement. Des durées de prêts très longues sont observées notamment aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, qui peuvent proposer jusqu’à 40 ans pour du foncier et des bâtiments. Le Danemark se distingue avec un recours massif à l’emprunt et des prêts hypothécaires rechargeables basés sur la hausse du prix du foncier. Ce système a montré ses limites lors de la crise financière de 2008 avec de lourdes pertes financières pour les agriculteurs danois.

Les prêts familiaux sont fréquents en début de carrière, notamment aux Pays-Bas où les coûts de reprise sont les plus élevés. Il s’agit soit d’un prêt simple, soit d’une acquisition de parts au sein de la famille accompagnée d’un pouvoir de décision sur l’exploitation.

Plusieurs outils financiers plus originaux sont aussi utilisés. Notamment le leasing au Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne… L’Irlande a mis en place un dispositif de prêt flexible (mensualité ajustée au contexte) spécifiquement adapté au secteur laitier (Milkflex, Agriflex). Le Share farming (emprunté à la Nouvelle-Zélande ) se développe en Irlande et au Royaume-Uni. C’est un contrat entre deux personnes physiques ou morales : l’un conduit l’exploitation et l’autre apporte une partie importante des moyens de production dont le foncier, le résultat est partagé entre eux, et les moyens de productions peuvent être transmis progressivement. Quant aux Pays-Bas, ils ont mis en place une offre de prêts verts à taux réduits pour les exploitations et les PME adhérentes à des labels écologiques. Cette offre s’appuie sur un emprunt direct auprès de la banque européenne d’investissement (BEI).

Actif par vache laitière dans différents pays de l'UE

Source : DG Agri, Rica 2013, traitement Abcis
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière