Aller au contenu principal

Hors frontières
Comment nos voisins européens financent-ils leurs installations ?

graphique poids de l'actif par pays
© Réussir d'après Abcis

En Europe du nord,  les reprises sont très majoritairement financées par des prêts bancaires. C’est le constat que fait l’Institut de l’élevage dans une étude réalisée pour FranceAgriMer sur les solutions de financement pour aider l’installation dans le secteur laitier. Le poids du foncier est partout beaucoup plus important qu’en France. Il alourdit le niveau de capital à reprendre, tout en facilitant l’accès aux prêts bancaires. L’hypothèque est la forme de garantie dominante, ce qui réduit l’importance de l’autofinancement. Des durées de prêts très longues sont observées notamment aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, qui peuvent proposer jusqu’à 40 ans pour du foncier et des bâtiments. Le Danemark se distingue avec un recours massif à l’emprunt et des prêts hypothécaires rechargeables basés sur la hausse du prix du foncier. Ce système a montré ses limites lors de la crise financière de 2008 avec de lourdes pertes financières pour les agriculteurs danois.

Les prêts familiaux sont fréquents en début de carrière, notamment aux Pays-Bas où les coûts de reprise sont les plus élevés. Il s’agit soit d’un prêt simple, soit d’une acquisition de parts au sein de la famille accompagnée d’un pouvoir de décision sur l’exploitation.

Plusieurs outils financiers plus originaux sont aussi utilisés. Notamment le leasing au Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne… L’Irlande a mis en place un dispositif de prêt flexible (mensualité ajustée au contexte) spécifiquement adapté au secteur laitier (Milkflex, Agriflex). Le Share farming (emprunté à la Nouvelle-Zélande ) se développe en Irlande et au Royaume-Uni. C’est un contrat entre deux personnes physiques ou morales : l’un conduit l’exploitation et l’autre apporte une partie importante des moyens de production dont le foncier, le résultat est partagé entre eux, et les moyens de productions peuvent être transmis progressivement. Quant aux Pays-Bas, ils ont mis en place une offre de prêts verts à taux réduits pour les exploitations et les PME adhérentes à des labels écologiques. Cette offre s’appuie sur un emprunt direct auprès de la banque européenne d’investissement (BEI).

Actif par vache laitière dans différents pays de l'UE

Source : DG Agri, Rica 2013, traitement Abcis
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière