Aller au contenu principal

Est-ce bien une infection mammaire post-vêlage?

Une vache, qu’elle soit laitière ou allaitante et qui n’est pas dans son assiette au moment du vêlage, est peut-être victime d’une mammite toxinique d’un ou plusieurs quartiers. Un faisceau de petites anomalies apporte la preuve.

La transparence du lait de ces deux quartiers n’est pas vraiment la même ! © J.-M. Nicol
La transparence du lait de ces deux quartiers n’est pas vraiment la même !
© J.-M. Nicol

Il faut par conséquent systématiquement la rechercher. Ce genre de mammites s’accompagne ordinairement d’une inflammation, pas forcément très marquée, de cailles qui attendent parfois un jour pour apparaître, d’une diminution de production, d’une altération de la coloration du lait et d’une élévation du comptage cellulaire de nature à faire virer le « test au Teepol » ou CMT.

Oui, mais à proximité du vêlage, la coloration du colostrum est variable puisqu’il lui arrive de contenir un peu de sang ou beaucoup de matières grasses qui lui confèrent une couleur assez éloignée de celle du lait ; le comptage cellulaire est toujours élevé puisque le colostrum contient beaucoup de cellules immunitaires ; la quantité de lait est difficile à évaluer pour peu que le veau se soit rassasié ou que la vache en ait peu, et l’inflammation n’est pas nette dès lors qu’un engorgement ou un œdème mammaire tout ce qu’il y a de plus banal accompagne le vêlage… C’est un casse-tête pour l’éleveur qui peut aussi se confronter à une vache allaitante peu coopérante.

Savoir attendre un peu

Alors, dans ces conditions, comment conclure à l’implication d’une infection mammaire ? On en est réduit à devoir mettre bout à bout les infos dont on dispose. Trouver un ou deux quartiers peu remplis et dont le lait est plus pâle que les deux autres n’est pas une preuve de mammite débutante car le veau peut s’y être abonné. Mais provoquer de la douleur en palpant le quartier raconte quelque chose de plus que le simple œdème, surtout si le lait est anormalement pâle et transparent. En l’absence de signes décisifs, il faut savoir attendre un peu et refaire l’examen de la mamelle et du lait quelques heures plus tard. Il faut aussi comparer le lait de chaque quartier pour s’apercevoir que celui d’un ou de deux quartiers prend une couleur et/ou une transparence anormale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Après une pause estivale, de début juillet à fin août, Radio Prairies reprendra ses podcasts hebdomadaires sur le pâturage. © Groupe herbe Franche-Comté
En Franche-Comté, des podcasts pour parler de pâturage
Depuis le mois de mars, le groupe herbe Franche-Comté diffuse sur sa chaîne YouTube un podcast hebdomadaire de conseil sur le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière