Aller au contenu principal
Font Size

Est-ce bien une infection mammaire post-vêlage?

Une vache, qu’elle soit laitière ou allaitante et qui n’est pas dans son assiette au moment du vêlage, est peut-être victime d’une mammite toxinique d’un ou plusieurs quartiers. Un faisceau de petites anomalies apporte la preuve.

La transparence du lait de ces deux quartiers n’est pas vraiment la même ! © J.-M. Nicol
La transparence du lait de ces deux quartiers n’est pas vraiment la même !
© J.-M. Nicol

Il faut par conséquent systématiquement la rechercher. Ce genre de mammites s’accompagne ordinairement d’une inflammation, pas forcément très marquée, de cailles qui attendent parfois un jour pour apparaître, d’une diminution de production, d’une altération de la coloration du lait et d’une élévation du comptage cellulaire de nature à faire virer le « test au Teepol » ou CMT.

Oui, mais à proximité du vêlage, la coloration du colostrum est variable puisqu’il lui arrive de contenir un peu de sang ou beaucoup de matières grasses qui lui confèrent une couleur assez éloignée de celle du lait ; le comptage cellulaire est toujours élevé puisque le colostrum contient beaucoup de cellules immunitaires ; la quantité de lait est difficile à évaluer pour peu que le veau se soit rassasié ou que la vache en ait peu, et l’inflammation n’est pas nette dès lors qu’un engorgement ou un œdème mammaire tout ce qu’il y a de plus banal accompagne le vêlage… C’est un casse-tête pour l’éleveur qui peut aussi se confronter à une vache allaitante peu coopérante.

Savoir attendre un peu

Alors, dans ces conditions, comment conclure à l’implication d’une infection mammaire ? On en est réduit à devoir mettre bout à bout les infos dont on dispose. Trouver un ou deux quartiers peu remplis et dont le lait est plus pâle que les deux autres n’est pas une preuve de mammite débutante car le veau peut s’y être abonné. Mais provoquer de la douleur en palpant le quartier raconte quelque chose de plus que le simple œdème, surtout si le lait est anormalement pâle et transparent. En l’absence de signes décisifs, il faut savoir attendre un peu et refaire l’examen de la mamelle et du lait quelques heures plus tard. Il faut aussi comparer le lait de chaque quartier pour s’apercevoir que celui d’un ou de deux quartiers prend une couleur et/ou une transparence anormale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière