Aller au contenu principal

Comment classer les papiers de l'exploitation agricole pour gagner du temps ?

Jeter, ranger avec logique, archiver... Ou comment faire du bureau un endroit utile et agréable, où le travail est efficace.

L'avantage des dossiers suspendus est la visibilité et la segmentation fine des dossiers. Mais il faut un ordre logique pour retrouver rapidement un dossier.
© S. Roupnel

Quand on parle papiers avec Sophie Marçot, consultante en organisation du travail et relations humaines, elle commence par parler du bureau. " C'est un lieu stratégique de pilotage de l'exploitation. Ce doit être le bureau de tous, et pas celui d'un seul associé. "

L'idéal est une pièce dédiée au professionnel, facilement accessible depuis l'extérieur. " Prévoyez une table et une chaise confortable pour chacun des associés ", ajoute Sophie Marçot. Avec des étagères pour y ranger les classeurs ou les dossiers suspendus. Avec des tableaux effaçables pour partager les informations, noter les tâches à faire, les absences. Avec un petit cahier ou une affiche regroupant les numéros utiles que tout le monde peut retrouver rapidement. Avec un agenda commun, papier ou numérique.

Il est important de régulièrement faire du tri pour éviter d’être noyé dans les papiers inutiles. " Tout ce qui est dans le bureau doit servir au bureau. Donc les archives sont stockées ailleurs. "

Construire son propre plan de classement

Le plan de classement consiste à organiser en arborescence les documents, avec de grandes catégories et des sous-rubriques. Par exemple : parcellaire, bâtiment, matériel, production végétale, conduite du troupeau laitier, finances, social, fiscal, juridique. Et dans la catégorie production végétale, on trouvera par exemple les dossiers infos techniques, analyses de sol, analyse de fourrage... " Il existe des formations où chacun vient avec ses papiers et construit son plan de classement avec le formateur, rappelle Sophie Marçot. Mais le plus important est que chaque associé doit connaître le plan de classement pour s’y retrouver. L’idéal est donc de créer le plan de classement à plusieurs et de l’afficher dans le bureau. Le classement des dossiers de l’ordinateur peut aussi suivre la même logique ! "

Il vaut mieux segmenter en de nombreux sous-dossiers et prendre des petits classeurs ou des petits dossiers suspendus, qui obligent à trier régulièrement. Plutôt que de gros dossiers où l'on perd du temps à chercher un document dans une masse de papiers.

Sur les étagères, le rangement doit être assez intuitif pour retrouver rapidement un document. " On conseille d’utiliser des pochettes de couleurs différentes en fonction des thématiques, par exemple vert pour les cultures, gris pour les bâtiments… Et tous les classeurs doivent posséder des étiquettes sur la tranche, visibles et lisibles ! "

Trier régulièrement avec méthode

Pour être efficace, Sophie Marçot conseille de faire tous les jours un premier tri rapide du courrier, en papier et sur ordinateur : courrier personnel, professionnel, à jeter. Noter les rendez-vous sur l'agenda. Pour la gestion des factures, des bannettes « à payer », « à classer » peuvent permettre de mieux s’y retrouver et d’optimiser le temps au bureau. Puis une fois par semaine, on peut dédier un temps au bureau pour payer les factures, répondre aux courriers, lire les documents… " Donner un rituel, par exemple se dire que tous les vendredi on est au bureau de 14 h à 15 h, permet réellement de gagner en efficacité. De plus en plus d’agriculteurs se l’imposent. "

Mise en garde

Les délais minimum de conservation de documents dépendent de leur nature. Retrouvez-les sur www.service-public.fr.

- Au moins un an la déclaration d'impôts locaux, mais trois ans en cas d'abattement ou d'exonération.

- Dix ans pour les factures de gros travaux, mais deux ans pour les petits travaux.

- Toute la durée de conservation du véhicule pour les factures de réparation, et deux ans de plus en cas de revente...

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Christophe Baudoin, 36 ans, et son frère Vincent, 40 ans, ne craignent pas d’essayer de nouvelles pratiques pour produire plus de lait et maîtriser les charges.
« Avec un seul robot, nous produisons 1 million de litres de lait »
Le Gaec des sapins, en Loire-Atlantique, produit 1 million de litres de lait avec 83 vaches et un seul robot tout en…
Jérôme Curt, éleveur à la ferme du trèfle.
Bâtiments pour bovins : « Notre stabulation se rapproche du plein air »

La Ferme du trèfle, dans l’Ain, a monté un bâtiment novateur axé sur le bien-être animal. Pad cooling, toiture en Bartic,…

Selon Cyril Bapelle, vétérinaire nutritionniste (à gauche), « il faut réfléchir la gestion des mycotoxines en particules ingérées par vache et par jour ».
Mycotoxines : « Nous avons perdu 4 litres de lait par vache »

Dans la Manche, Romain Boudet, installé en individuel, a vu ses résultats techniques chuter après l’ouverture du silo de maïs…

Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Robot de traite : quel gain de production laitière lors du passage de la salle de traite au robot ?

Le passage de la salle de traite au robot de traite s’accompagne d’un gain de production par vache laitière. À paramètres…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière