Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Mais que se passe-t-il ?
Chez la vache, quelle peut être la cause d'une montée en température ?

Avec plus de 43°C, par terre, et en plein soleil : cette vache va mourir !
© J.-M.Nicol

" La prise de température est un incontournable de l'examen du bovin malade. Le thermomètre qui affiche entre 38 et 39°C vous raconte que votre bête n'a pas de fièvre. Mais au-delà ? Au-delà, il ne s'agit pas toujours de fièvre mais parfois d'hyperthermie lorsque cette température anormale n'est pas associée à une infection.

La vache à quelques jours de son vêlage voit sa température monter un peu, mais parfois à près de 40°C. Elle reviendra à la normale 36 heures avant le vêlage dont c'est un signal très fidèle. Celle qui reste en plein soleil ou qui, sans être en plein soleil, souffre d'une forte chaleur voit sa température monter puisque son fermenteur ruminal produit aussi de la chaleur qu'elle ne parvient pas à évacuer. Voilà pourquoi en plein été, avant de parler de fièvre sur une bête malade, il faut prendre à témoin la température d'une ou deux vaches normales à qui le thermomètre trouvera peut-être 39,7°C ou 40°C. Il arrive aussi qu'une toxine de l'ergot présente dans la ration perturbe sérieusement la régulation thermique en provoquant une hyperthermie et un essoufflement chez des animaux qui ne souffrent pourtant ni de stress thermique ni d'aucune maladie respiratoire infectieuse.

Quand il s'agit réellement de fièvre, votre prise de température peut parfois être en désaccord avec celle du véto qui pourrait aussi vous demander de la prendre plusieurs fois par jour, histoire de savoir si elle est stable ou si elle varie rapidement, ce qui peut aller de pair avec un abcès ou une suppuration " sous pression ". Plus de 40°C sur une vache plutôt en forme évoque quelques maladies virales tandis qu'une fièvre modérée sur un animal sonné oriente plutôt le véto vers la production de toxines bactériennes.
La fièvre combat directement la plupart des pathogènes et elle favorise même la réaction immunitaire de l'animal. Il ne faut donc la modérer grâce à un médicament que lorsque la réaction inflammatoire du bovin s'emballe en provoquant plus de dégâts que la maladie elle-même. "

" Elle en dit long quand elle oscille "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Ils sécurisent leur prix d’achat d’aliments
Pour mieux se prémunir de la volatilité, il est possible de commander des matières premières ou des aliments plusieurs mois à l’…
Vignette
Désinfection et vide sanitaire contre la cryptosporidiose
Principale cause de diarrhées néonatales chez le veau, la cryptosporidiose nécessite la mise en place de mesures de biosécurité…
Vignette
« L214 a planifié un changement de civilisation »
Entretien avec Hervé Le Prince, directeur de l’agence de communication NewSens. La stratégie de communication de L214 est…
Vignette
[VIDEO] Tuto : comment faire avaler un bolus à une vache ?
Dans ce tutoriel vidéo, Jean-Marie Nicol, vétérinaire, vous montre comment faire avaler un bolus à une vache.
Des systèmes de groupage d’andains pour tous les budgets
Machinisme
Des volets rapprocheurs aux tapis groupeurs, les dispositifs embarqués sur les faucheuses pour  rassembler les andains ne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière