Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Mais que se passe-t-il ?
Chez la vache, quelle peut être la cause d'une montée en température ?

" La prise de température est un incontournable de l'examen du bovin malade. Le thermomètre qui affiche entre 38 et 39°C vous raconte que votre bête n'a pas de fièvre. Mais au-delà ? Au-delà, il ne s'agit pas toujours de fièvre mais parfois d'hyperthermie lorsque cette température anormale n'est pas associée à une infection.

La vache à quelques jours de son vêlage voit sa température monter un peu, mais parfois à près de 40°C. Elle reviendra à la normale 36 heures avant le vêlage dont c'est un signal très fidèle. Celle qui reste en plein soleil ou qui, sans être en plein soleil, souffre d'une forte chaleur voit sa température monter puisque son fermenteur ruminal produit aussi de la chaleur qu'elle ne parvient pas à évacuer. Voilà pourquoi en plein été, avant de parler de fièvre sur une bête malade, il faut prendre à témoin la température d'une ou deux vaches normales à qui le thermomètre trouvera peut-être 39,7°C ou 40°C. Il arrive aussi qu'une toxine de l'ergot présente dans la ration perturbe sérieusement la régulation thermique en provoquant une hyperthermie et un essoufflement chez des animaux qui ne souffrent pourtant ni de stress thermique ni d'aucune maladie respiratoire infectieuse.

Quand il s'agit réellement de fièvre, votre prise de température peut parfois être en désaccord avec celle du véto qui pourrait aussi vous demander de la prendre plusieurs fois par jour, histoire de savoir si elle est stable ou si elle varie rapidement, ce qui peut aller de pair avec un abcès ou une suppuration " sous pression ". Plus de 40°C sur une vache plutôt en forme évoque quelques maladies virales tandis qu'une fièvre modérée sur un animal sonné oriente plutôt le véto vers la production de toxines bactériennes.
La fièvre combat directement la plupart des pathogènes et elle favorise même la réaction immunitaire de l'animal. Il ne faut donc la modérer grâce à un médicament que lorsque la réaction inflammatoire du bovin s'emballe en provoquant plus de dégâts que la maladie elle-même. "

" Elle en dit long quand elle oscille "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Le prix du lait d'avril-mai de Lactalis insatisfaisant
Lactalis a annoncé un prix du lait de base de 341 €/1000 l en 41-33 en moyenne nationale, pour les mois d'avril et mai 2019. L'…
Vignette
" Nous optimisons le pâturage avec du topping "
Partisans du pâturage tournant dynamique, Pascal et Kévin Brodu pratiquent depuis deux ans le « topping », une fauche avant…
Vignette
Prix du lait en mars 2019 : 334 €/1000 litres de moyenne en Europe
Le prix du lait de mars 2019 affiche une relative stabilité dans l'Union européenne par rapport aux douze derniers mois.
Vignette
Avec Franck Gaudin, nutritionniste: comment on booste la production laitière aux USA
Nutritionniste aux États-Unis, Franck Gaudin a fait part de ses préconisations pour gérer des systèmes à haut niveau de…
Vignette
L'Inra de Lusignan sécurise un système très pâturant
La diversification des ressources est au coeur du système de la station de l'Inra de Lusignan, dans la Vienne. Pour résister aux…
Vignette
Tous les débouchés du veau nourrisson sont en difficulté
Veau de boucherie, jeunes bovins, exportations vers l’Espagne : les marchés du veau nourrisson sont tous malmenés en même temps.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière