Aller au contenu principal
Font Size

Frédéric David et son frère, dans le Calvados
Gestes barrières dans les fermes : « chacun travaille de son côté pour limiter les contacts »

Deux des associés de la SCEL. "Les travaux de saison battent leur plein? Nous faisons notre possible pour éviter que nous ou nos salariés ne tombent malades."
Deux des associés de la SCEL La Felière dans le Calvados
© F. Mechekour - Archives

« Avec le retour du soleil, le travail ne manque pas sur l'exploitation. À la SCEL La Felière, nous sommes quatre associés plus quatre salariés et tout le monde est bien occupé. Tous les salariés viennent travailler en ce moment, à part l'une de nos salariés qui avait pas mal de congés en retard et qui a posé deux semaines pour garder sa fille à la maison. En tant qu'employeur, nous leur avons fourni une attestation justifiant leur emploi sur la ferme, et de leur côté, ils remplissent aussi quotidiennement un document justifiant la raison de leur déplacement. Ils se font contrôler régulièrement. L'un de nos salariés habitant à 30 km de la ferme a même scotché son attestation sur le pare-brise de sa voiture pour faciliter le contrôle et ne plus avoir à ouvrir sa vitre.

On essaie au maximum de ne pas travailler ensemble. Ces derniers jours, la météo plus clémente facilite le travail en extérieur. L'un épand l'engrais, l'autre sème l'avoine, un autre épand le lisier, un autre se charge des clôtures, et un s'occupe de l'administratif au bureau... On limite les contacts. Nous avons changé quelques habitudes : on ne se serre plus la main, fini aussi les pauses-café collectives, et on tient la distance pour le passage des consignes. Faute de mieux, quand nous ne sommes pas à proximité d'un robinet, nous utilisons des lingettes désinfectantes pour les mamelles pour nous nettoyer les mains. Nous n'avons pas mis en place de protocoles spécifiques avec l'utilisation de chaque outil, chaque tracteur... Nous misons sur des gestes barrières simples à faire régulièrement. Et la traite au robot limite la promiscuité.

Notre appréhension est que l'un d'entre-nous finisse par tomber malade... C'est le début de la période de pointe, alors on a besoin de toutes nos forces vives ! D'autant qu'avec l'excès de précipitations des mois précédents, nous ne sommes pas franchement en avance ! Espérons que le fait de travailler en plein air et de rester à la campagne nous expose moins. »

 

 

Chez Bruno Cabrol, éleveur en individuel dans le Tarn

"Keep it simple!"

"Au-delà de l’aspect économique, cette crise fait réfléchir sur notre degré d’autonomie et à notre capacité à nous faire remplacer. Je suis seul sur mon exploitation et donc ça m’inquiète. Qui nourrira mes vaches et fera la traite si je tombe malade ? J’ai préféré anticiper, je viens d’embaucher mon frère, actuellement au chômage partiel dans l’industrie. Il travaille chez moi à mi-temps et pourra me remplacer si besoin…

Vu le contexte, j’apprécie d’avoir changé de système il y a quelques années et simplifié toutes mes pratiques. C’est un énorme avantage. Aujourd’hui, avec mes 65 vaches en monotraite, je ne suis pas très inquiet car j’ai très peu d’achat d’aliments. Je me dis que la situation aurait été beaucoup plus tendue en termes de travail et de logistique, si j’avais continué de produire 900 000 l avec des vaches 11 000 litres. Un système simple traverse sans doute plus facilement une crise comme celle-ci."

 

 

Lire aussi nos autres témoignages "Nous ne fabriquons plus de tommes depuis mi-mars"

"Le plus inquiétant, c'est que l'on ne sait pas combien de temps cela va durer"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière