Aller au contenu principal
Font Size

Développement de sa ferme : comment bâtir un projet cohérent et évolutif ?

Guidé par ses attentes personnelles, selon les possibilités de son exploitation, à l’écoute des attentes de la société : voilà les trois critères de réussite de tout nouveau projet.

« Comme tout chef d’entreprise, un agriculteur doit avoir des projets pour son exploitation, une vision de ce vers quoi il veut aller, explique Jean-Pierre Moreau, directeur d’Altéor Stratégie, à un parterre d’éleveurs réunis par Sanders pour son premier forum projets. Cette perspective à cinq ou dix ans va guider ses choix, comme un fil rouge. » Petit ou grand, tout projet débute par un objectif que l’on souhaite atteindre : agrandir son élevage pour préparer l’arrivée d’un jeune, investir dans un robot de traite pour améliorer ses conditions de travail…

Si ce projet doit être bâti en fonction de ses motivations, de ses valeurs personnelles, il est important de l’étayer par un diagnostic de son exploitation, ses forces, ses faiblesses en interne, les opportunités, les menaces en externe. « Il faut veiller à la cohérence de son projet, rappelle Jean-Pierre Moreau. Cohérence en termes d’attentes, de temps de travail, de possibilités de l’exploitation mais aussi de marchés, de contexte. » Si on est loin des axes de circulation mais que l’on veut se lancer dans de la transformation, mieux vaut envisager de vendre dans un magasin de producteurs plutôt qu’à la ferme. De même, saisir une opportunité de volume n’a pas le même intérêt selon qu’il faille ou non réinvestir.

Prendre de la hauteur pour savoir où l'on va

Pour arriver à l’objectif de ce projet , il faudra construire un plan d’actions. « D’abord, prenez de la hauteur pour savoir où vous voulez aller, pour déterminer une stratégie d’entreprise, puis prenez les rênes pour y arriver », schématise Jean-Pierre Moreau. C’est ce qu’a fait Frédéric Le Garnec, éleveur à La Vraie Croix dans le Morbihan, qui mène depuis dix ans un projet à long terme, celui de diversifier son exploitation laitière dans la production d’énergie. Dans son Gaec à trois associés, qui prépare l’arrivée d’une nouvelle génération, des panneaux photovoltaïques ont été installés. « D’abord sur des bâtiments existants, pour l’intérêt économique, retrace l’éleveur. Puis, dans un second temps temps, c’est le solaire qui a financé le montage de nouveaux bâtiments pour développer l’élevage. » Cette nouvelle production d’énergie intéresse son fils qui prévoit de rejoindre le Gaec.

Pour que le fil rouge de son projet ne se transforme pas en fil à la patte, il faut rester à l’écoute de l’évolution de son environnement, des attentes du marché, savoir anticiper les inévitables aléas. « Dès sa conception, son projet doit être suffisamment évolutif pour pouvoir réorienter sa stratégie si le contexte change, préconise Jean-Pierre Moreau. Par exemple, dans le choix de l’emplacement d’un nouveau bâtiment, il faut se laisser la possibilité d’accéder à du pâturage. Aujourd’hui, les vaches ne sortent peut-être pas, mais il faut s’en laisser la possibilité, si demain cela devient une exigence d’un cahier des charges. » Dernière précaution, économique : se préserver une marge de sécurité de 10 % de l’EBE.

Ne pas hésiter à parler de son projet

Aussi bien construit soit-il, si le projet n’est pas accepté au niveau local, il peut être retardé, voire rejeté. « On voit se multiplier les interpellations sociétales autour des projets d’élevage, explique Marie-Laurence Grannec, de la chambre d’agriculture de Bretagne. Nous avons identifié quatre facteurs qui exacerbent ces oppositions. Le premier porte sur l’utilisation du territoire, quand l’agriculture est en concurrence avec l’urbanisation, le tourisme. Dans les zones à tension environnementale, les critiques sont aussi plus virulentes. La nature du projet joue sur la virulence des critiques. Comme la personnalité du porteur de projet. Un responsable professionnel devra s’attendre à plus de critiques. » C’est souvent dans les zones les moins denses en élevage qu’il est plus difficile d’en implanter. « Les gens ne connaissent pas. Donc par crainte, ils font opposition. » Face à ces oppositions, la seule conformité juridique ne suffit pas à faire accepter son projet, il faut établir le dialogue en amont, ouvrir ses portes. « Rien de tel qu’un contact direct avec ses voisins », conseille Marie-Laurence Grannec.

 

» Lire aussi

Se préparer pour présenter son projet à la banque

« Un projet d'agrandissement doit se gérer en amont »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Dominique et Adrien Durécu « Nous valorisons beaucoup mieux nos prairies avec des petites parcelles. Les vaches pâturent plus et mieux. Et le résultat est payant ! » © E. Bignon
« Les vaches pâturent plus et mieux grâce au pâturage tournant dynamique »

La ferme de Dominique Durécu et de son fils Adrien, qui va s’installer au 1er juillet, possède un vrai…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière