Aller au contenu principal

Développement de sa ferme : comment bâtir un projet cohérent et évolutif ?

Guidé par ses attentes personnelles, selon les possibilités de son exploitation, à l’écoute des attentes de la société : voilà les trois critères de réussite de tout nouveau projet.

« Comme tout chef d’entreprise, un agriculteur doit avoir des projets pour son exploitation, une vision de ce vers quoi il veut aller, explique Jean-Pierre Moreau, directeur d’Altéor Stratégie, à un parterre d’éleveurs réunis par Sanders pour son premier forum projets. Cette perspective à cinq ou dix ans va guider ses choix, comme un fil rouge. » Petit ou grand, tout projet débute par un objectif que l’on souhaite atteindre : agrandir son élevage pour préparer l’arrivée d’un jeune, investir dans un robot de traite pour améliorer ses conditions de travail…

Si ce projet doit être bâti en fonction de ses motivations, de ses valeurs personnelles, il est important de l’étayer par un diagnostic de son exploitation, ses forces, ses faiblesses en interne, les opportunités, les menaces en externe. « Il faut veiller à la cohérence de son projet, rappelle Jean-Pierre Moreau. Cohérence en termes d’attentes, de temps de travail, de possibilités de l’exploitation mais aussi de marchés, de contexte. » Si on est loin des axes de circulation mais que l’on veut se lancer dans de la transformation, mieux vaut envisager de vendre dans un magasin de producteurs plutôt qu’à la ferme. De même, saisir une opportunité de volume n’a pas le même intérêt selon qu’il faille ou non réinvestir.

Prendre de la hauteur pour savoir où l'on va

Pour arriver à l’objectif de ce projet , il faudra construire un plan d’actions. « D’abord, prenez de la hauteur pour savoir où vous voulez aller, pour déterminer une stratégie d’entreprise, puis prenez les rênes pour y arriver », schématise Jean-Pierre Moreau. C’est ce qu’a fait Frédéric Le Garnec, éleveur à La Vraie Croix dans le Morbihan, qui mène depuis dix ans un projet à long terme, celui de diversifier son exploitation laitière dans la production d’énergie. Dans son Gaec à trois associés, qui prépare l’arrivée d’une nouvelle génération, des panneaux photovoltaïques ont été installés. « D’abord sur des bâtiments existants, pour l’intérêt économique, retrace l’éleveur. Puis, dans un second temps temps, c’est le solaire qui a financé le montage de nouveaux bâtiments pour développer l’élevage. » Cette nouvelle production d’énergie intéresse son fils qui prévoit de rejoindre le Gaec.

Pour que le fil rouge de son projet ne se transforme pas en fil à la patte, il faut rester à l’écoute de l’évolution de son environnement, des attentes du marché, savoir anticiper les inévitables aléas. « Dès sa conception, son projet doit être suffisamment évolutif pour pouvoir réorienter sa stratégie si le contexte change, préconise Jean-Pierre Moreau. Par exemple, dans le choix de l’emplacement d’un nouveau bâtiment, il faut se laisser la possibilité d’accéder à du pâturage. Aujourd’hui, les vaches ne sortent peut-être pas, mais il faut s’en laisser la possibilité, si demain cela devient une exigence d’un cahier des charges. » Dernière précaution, économique : se préserver une marge de sécurité de 10 % de l’EBE.

Ne pas hésiter à parler de son projet

Aussi bien construit soit-il, si le projet n’est pas accepté au niveau local, il peut être retardé, voire rejeté. « On voit se multiplier les interpellations sociétales autour des projets d’élevage, explique Marie-Laurence Grannec, de la chambre d’agriculture de Bretagne. Nous avons identifié quatre facteurs qui exacerbent ces oppositions. Le premier porte sur l’utilisation du territoire, quand l’agriculture est en concurrence avec l’urbanisation, le tourisme. Dans les zones à tension environnementale, les critiques sont aussi plus virulentes. La nature du projet joue sur la virulence des critiques. Comme la personnalité du porteur de projet. Un responsable professionnel devra s’attendre à plus de critiques. » C’est souvent dans les zones les moins denses en élevage qu’il est plus difficile d’en implanter. « Les gens ne connaissent pas. Donc par crainte, ils font opposition. » Face à ces oppositions, la seule conformité juridique ne suffit pas à faire accepter son projet, il faut établir le dialogue en amont, ouvrir ses portes. « Rien de tel qu’un contact direct avec ses voisins », conseille Marie-Laurence Grannec.

 

» Lire aussi

Se préparer pour présenter son projet à la banque

« Un projet d'agrandissement doit se gérer en amont »

 

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière