Aller au contenu principal

Avez-vous réussi à limiter l’invasion des mouches cet été ?

Selon les secteurs, les mouches ont pullulé cette année… Perturbantes au quotidien et potentiellement vectrices de maladies, les mouches sont une vraie plaie en élevage bovin. Certains ont réussi à diminuer considérablement la densité en s’y prenant tôt dans la saison.

Avez-vous réussi à limiter l’invasion des mouches cet été ?
© F. D'Alteroche
 

Didier Rosselin, éleveur dans les Côtes-d’Armor

OUI Je suis en conventionnel mais cela fait deux ans que je recours à des solutions naturelles contre les mouches car je ne veux plus utiliser d’insecticides. C’est efficace mais il faut agir tôt dans la saison. Dès mars, je disperse le long des murs des bâtiments et de la fumière des acariens (Terrappi) qui s’attaquent aux œufs de mouches. En complément, je libère aussi des mini-guêpes (Appiwasp) une fois toutes les quatre semaines. Elles se nourrissent des pupes de mouches et enrayent aussi leur cycle biologique. C’est facile et pratique à mettre en place. Elles me sont livrées automatiquement, il faut juste ne pas traîner pour les appliquer car c’est un produit vivant, et curer avant la nouvelle application. J’ai utilisé aussi deux pièges (Appibuster) qui permettent de capturer les mouches dans un seau que je place à l’extérieur en plein soleil. J’ai dû les recharger une fois cette année. En tout, ce protocole me revient à 650 euros de produits par an.

Noémie Kuijpers Mangien, éleveuse dans le Lot

© DR
OUI MAIS, pour m’en sortir cette année, j’ai fini par traiter les bêtes avec du Butox fin juillet, en renouvelant le traitement toutes les trois semaines. Alors que d’habitude, j’arrive à gérer les mouches en utilisant de l’ail dans des seaux à lécher faits maison et l’eau de boisson (une tête coupée en deux). L’ail fonctionne bien quand les bovins transpirent. Il dégage une odeur qui repousse les mouches. Cette année, ça n’a pas suffi car il n’a pas fait très chaud. L’ail ne donne pas de goût au lait. Mon voisin en distribue également l’été sous forme de semoulette (30 g/VL/j) au cornadis et il n’a rien remarqué non plus.

 

Alain Duvialard, éleveur en Gironde

© DR
NON J’ai un peu tout essayé : Pour-On à base de deltaméthrine, seau à l’ail du commerce, spray insecticide naturel (agréé bio) à base de plantes… Mais cette année, rien n’y a fait, j’ai été envahi même en renouvelant le traitement chimique toutes les quatre semaines.

 

Gin Darbellay, éleveuse en Suisse

© DR

OUI Depuis que les hirondelles élisent domicile sur la ferme à la belle saison, nous sommes beaucoup moins ennuyés qu’avant ! Elles reviennent chaque printemps et font plusieurs nichées par an les bonnes années. Nous n’avons plus besoin de recourir à d’autres produits contre les mouches. On a vraiment vu la différence. En huit ans, il n’y a qu’une seule année où elles ne sont pas revenues et cette année-là, on a bien vu la différence, on a été envahis de mouches et d’insectes, c’était flagrant. Nous avons été soulagés de les voir revenir l’année suivante ! Depuis, nous essayons de favoriser leur implantation en installant des nids artificiels.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Ferme des 1000 vaches: les porteurs du projet déboutés par le Conseil d'Etat
Dans une décision rendue le 23 septembre, le Conseil d’État a rejeté le pourvoi de la société exploitant la ferme des 1000 vaches…
Le chantier du nouveau bâtiment pour les vaches taries du Gaec Losser.
« Avec la hausse des prix des matériaux, notre nouveau bâtiment coûte 20 % plus cher que prévu »
Alexis Losser, un des quatre associés du Gaec Losser, en plaine d’Alsace dans…
La collecte des cinq principaux bassins exportateurs a été moins dynamique en juillet, comparée au printemps.
Des marchés laitiers fermes en lait conventionnel
À la mi-septembre, les cotations des produits laitiers se redressent.
Le robot d'alimentation sur roues alimenté par une cuisine revient, pour un troupeau de 300 VL, plus cher qu'une remorque mélangeuse ou qu'une désileuse automotrice, selon l'étude.
Combien coûte un robot d’alimentation aux 1000 litres de lait ?
L’enquête sur l’automatisation de l’alimentation en élevage bovin, publiée en 2020 par l’Idele et les chambres d’agriculture des…
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable

« Fini les bâches en plastiques qui font perdre un temps fou et causent de nombreuses difficultés à chaque fois qu'…

« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
Dans la Loire, le Gaec des Gauds a réussi sa conversion bio, sans baisse de productivité laitière, mais avec une profonde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière