Aller au contenu principal

Hors frontières
Arla Foods veut valoriser ses engagements sociétaux

© Arla Foods

La grande coopérative du Nord de l’Europe(1) projette le lancement de produits laitiers identifiés comme répondant aux enjeux du bien-être animal et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. " L’objectif d’Arla est -30 % d'émissions par kilo de lait d’ici 2030 et zéro émission nette d’ici 2050 ", indique Julien Mathieu, éleveur belge francophone, représentant des adhérents à l’assemblée générale de la zone Europe centrale (Allemagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas).

Arla travaille avec un groupe d’agriculteurs danois et suédois qui expérimentent et qui aident le conseil d’administration à savoir quels leviers d’actions sont réalisables. " Il faut que les changements de pratiques amènent de la valeur. " Arla lancera le lait de ces agriculteurs sur le marché avec ses marques propres. " La stratégie d’Arla est de développer ses marques propres (36 % du chiffre d’affaires en 2018) – au détriment des marques distributeurs et des produits industriels – pour communiquer à travers elles sur les engagements et les pratiques des éleveurs. " Par exemple, la coopérative communique aujourd’hui sur 120 jours de pâturage en moyenne dans les élevages conventionnels qui pâturent et 8,3 m2 par vache à l’intérieur.

Ces données viennent de Arlagarden Plus, son centre de documentation agricole, alimenté par les adhérents. " Je remplis chaque trimestre l’intranet de ma coopérative, avec des données sur le bien-être animal (nombre de boiteries, état de propreté des animaux, nombre de logettes…). D’ici quelques mois, nous attendons une nouvelle version appelée Arlagarden reviews, où nous renseignerons des paramètres supplémentaires liés à la durabilité et aux émissions de GES : quantités de carburant et d’engrais chimiques consommées, production d’énergie verte… Nous avons des audits externes tous les deux ans et nous pouvons faire l’objet d’un contrôle inopiné, pour apporter du crédit à la procédure ", raconte Julien Mathieu.

Pour l’instant, il n’y a pas de bonus malus pour les éleveurs en fonction de leurs résultats. " On peut se comparer à la moyenne des autres éleveurs Arla ; ça peut motiver à progresser, ou au contraire amener certains à quitter la coopérative."

(1) Collecte de 13,9 Md kg de lait, au Danemark, Suède, Grande-Bretagne, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière