Aller au contenu principal

[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières

La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de TP et MP mais aussi plus de lait.

L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée.
© A. Conté

Un essai a été réalisé(1) dans cinq élevages de l’Ouest pendant l’hiver 2018-2019 dans le cadre de SOS protéin, un programme de recherche et d’expérimentation visant à limiter la dépendance aux importations de protéines végétales. Il montre qu’il est possible de réduire l’apport de tourteau de soja en le compensant par un apport de lysine et méthionine. Et d’obtenir, grâce à un meilleur équilibre en acides aminés, une amélioration des performances de production: + 0,5 g/kg sur le TP, +0,6 kg lait par VL et par jour , et + 39 g de matière protéique par vache. Avec en parallèle un taux d’urée du lait qui diminue de 48 mg/l.

Un essai sur des vaches produisant 35 kg de lait par jour

Ces résultats ont été obtenus avec une ration expérimentale contenant :

- 600 g (brut) de correcteur azoté (tourteau de soja ou un correcteur avec au moins 50 % soja) en moins que la ration témoin ;

- 600 g de concentré énergétique en plus pour compenser la baisse de l’apport en UFL ;

- 200 g d’un mélange de blé + 35 g lysine protégée (AjiPro-L) + 20 g de méthionine protégée (Smartamine M).

Grâce à cet apport de lysine et méthionine digestibles (correspondant à  9 g de LysDI et 12 g de MetDi), la ration expérimentale était proche des recommandations Inra : les teneurs en lysine se situaient selon les élevages entre 7,1 et 7,4 % PDIE et en méthionine entre 2,3 et 2,5 % PDIE.

« Ces élevages produisaient plus de 9 500 kilos de lait, soit environ 35 kilos de lait par vache et par jour au moment du démarrage de l’essai », souligne Guylaine Trou, de la chambre d’agriculture de Bretagne. Ces élevages détiennent entre 68 et 200 vaches avec une moyenne à 128 vaches, et quatre des cinq élevages sont robotisés. Les vaches sont en ration semi-complète à base d’ensilage de maïs associé à 2 à 8 kg MS d’herbe stockée selon les élevages. Elles reçoivent un premier correcteur azoté à l’auge complété ou non par un concentré énergétique, et un deuxième correcteur azoté et du concentré de production au DAC. Le concentré représente en moyenne 32 % des rations, avec une consommation moyenne de 4,2 kg de correcteur azoté par vache et par jour.

Le protocole de l’essai comporte trois périodes : un mois où les vaches consomment la ration témoin initiale, puis deux mois avec la ration expérimentale, et à nouveau un mois avec la ration témoin. « L’avantage de ce protocole inversé est de permettre une comparaison des rations témoin et expérimentale à même stade moyen de lactation : 188 jours sur les périodes 1+3 et sur la période 2 », précise Guylaine Trou. Les résultats reposent sur les données de 344 vaches dont 173 primipares présentes sur l’ensemble des trois périodes, avec sept contrôles réalisés par vache.

À noter que la diminution de correcteur azoté a été plus faible que prévu, avec un apport réduit en moyenne de 400 g par vache et par jour. « Nous avons bien eu la diminution au niveau de la ration expérimentale mais pas la remontée que prévoyait le protocole. » Cet écart est dû soit à des variations d’ingestion, soit à la programmation du DAC. Quant à l'intérêt économique, il est directement lié au prix du soja: « il y a de fortes attentes des éleveurs sur le retour sur investissement ».

(1) Par la chambre d'agriculture de Bretagne et Inrae avec Seenovia, CCPA, Ajinomoto et Adisseo.

Des variations qui restent à expliquer

« Les résultats varient un peu selon les élevages : le gain sur le TP varie de 0,4 à 0,8 g, sur le lait de 0,3 à 1,5 kg/VL/j et sur la matière protéique de 12 à 66 g/VL/j. Mais dans tous les cas, les réponses sont positives », précise Guylaine Trou. Les réponses varient aussi selon les vaches : « plus de la moitié des vaches ont des réponses positives sur le lait et la matière protéique, et un quart ont eu des réponses négatives sur les deux ». Ces écarts restent à expliquer. Les effets ne sont pas modifiés par la parité, par le stade de lactation et par le niveau de production de lait ou de TP au démarrage de lactation.

Chiffres clés

La ration témoin :

24 kg MS ingérée/VL/j
16 % MAT
18 % cellulose brute
93 g/kg MS PDIE
LysDi 6,9 % PDIE
MetDi 1,8 % PDIE
Teneurs en LysDi et MetDi inférieures aux recommandations Inra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-François et Olivier Glinec, avec Groupie, croisée montbéliarde de 11 ans, fille de la doyenne du troupeau de 16 ans.
« Nos vaches font en moyenne 7,5 lactations »
Dans le Finistère, avec un système très économe, le troupeau du Gaec de Trevarn bat tous les records de longévité. Si le niveau d…
Dans le dispositif en bandes de la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre, le semis sous couvert de méteil d’automne est l'itinéraire qui a le mieux fonctionné.
Deux pistes prometteuses pour rénover une prairie sans glyphosate et sans labour
Semis sous couvert de méteil d’automne ou après un colza fourrager de fin de printemps sont deux itinéraires techniques…
Un nouvel essai est actuellement en cours à Derval sur une vingtaine de génisses de première année pour mesurer s'il y a un gain de temps de travail avec la clôture virtuelle.
« Nous avons testé les clôtures virtuelles sur les génisses »
La ferme expérimentale de Derval a expérimenté à l’automne 2020 et au printemps 2021 les clôtures virtuelles Nofence sur une…
Les niches avec courettes sont une solutions pour se conformer au nouveau règlement bio.
En bio, ils ont trouvé des solutions pour faire sortir leurs veaux non sevrés
Installation de niches collectives ou ouverture vers l’extérieur de la nurserie, deux élevages de Loire-Atlantique ont réalisé…
Suite au passage à la méthode Single Step, les éleveurs devront modifier leurs critères de choix de taureaux.
Sélection génétique : Avec la nouvelle méthode Single Step, un taureau montbéliard sur deux sort du Top 100 en lait
En montbéliarde, le lait et la longévité sont les caractères les plus impactés par le passage au Single Step. Il faudra en tenir…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière