Aller au contenu principal

[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières

La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de TP et MP mais aussi plus de lait.

L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée.
© A. Conté

Un essai a été réalisé(1) dans cinq élevages de l’Ouest pendant l’hiver 2018-2019 dans le cadre de SOS protéin, un programme de recherche et d’expérimentation visant à limiter la dépendance aux importations de protéines végétales. Il montre qu’il est possible de réduire l’apport de tourteau de soja en le compensant par un apport de lysine et méthionine. Et d’obtenir, grâce à un meilleur équilibre en acides aminés, une amélioration des performances de production: + 0,5 g/kg sur le TP, +0,6 kg lait par VL et par jour , et + 39 g de matière protéique par vache. Avec en parallèle un taux d’urée du lait qui diminue de 48 mg/l.

Un essai sur des vaches produisant 35 kg de lait par jour

Ces résultats ont été obtenus avec une ration expérimentale contenant :

- 600 g (brut) de correcteur azoté (tourteau de soja ou un correcteur avec au moins 50 % soja) en moins que la ration témoin ;

- 600 g de concentré énergétique en plus pour compenser la baisse de l’apport en UFL ;

- 200 g d’un mélange de blé + 35 g lysine protégée (AjiPro-L) + 20 g de méthionine protégée (Smartamine M).

Grâce à cet apport de lysine et méthionine digestibles (correspondant à  9 g de LysDI et 12 g de MetDi), la ration expérimentale était proche des recommandations Inra : les teneurs en lysine se situaient selon les élevages entre 7,1 et 7,4 % PDIE et en méthionine entre 2,3 et 2,5 % PDIE.

« Ces élevages produisaient plus de 9 500 kilos de lait, soit environ 35 kilos de lait par vache et par jour au moment du démarrage de l’essai », souligne Guylaine Trou, de la chambre d’agriculture de Bretagne. Ces élevages détiennent entre 68 et 200 vaches avec une moyenne à 128 vaches, et quatre des cinq élevages sont robotisés. Les vaches sont en ration semi-complète à base d’ensilage de maïs associé à 2 à 8 kg MS d’herbe stockée selon les élevages. Elles reçoivent un premier correcteur azoté à l’auge complété ou non par un concentré énergétique, et un deuxième correcteur azoté et du concentré de production au DAC. Le concentré représente en moyenne 32 % des rations, avec une consommation moyenne de 4,2 kg de correcteur azoté par vache et par jour.

Le protocole de l’essai comporte trois périodes : un mois où les vaches consomment la ration témoin initiale, puis deux mois avec la ration expérimentale, et à nouveau un mois avec la ration témoin. « L’avantage de ce protocole inversé est de permettre une comparaison des rations témoin et expérimentale à même stade moyen de lactation : 188 jours sur les périodes 1+3 et sur la période 2 », précise Guylaine Trou. Les résultats reposent sur les données de 344 vaches dont 173 primipares présentes sur l’ensemble des trois périodes, avec sept contrôles réalisés par vache.

À noter que la diminution de correcteur azoté a été plus faible que prévu, avec un apport réduit en moyenne de 400 g par vache et par jour. « Nous avons bien eu la diminution au niveau de la ration expérimentale mais pas la remontée que prévoyait le protocole. » Cet écart est dû soit à des variations d’ingestion, soit à la programmation du DAC. Quant à l'intérêt économique, il est directement lié au prix du soja: « il y a de fortes attentes des éleveurs sur le retour sur investissement ».

(1) Par la chambre d'agriculture de Bretagne et Inrae avec Seenovia, CCPA, Ajinomoto et Adisseo.

Des variations qui restent à expliquer

« Les résultats varient un peu selon les élevages : le gain sur le TP varie de 0,4 à 0,8 g, sur le lait de 0,3 à 1,5 kg/VL/j et sur la matière protéique de 12 à 66 g/VL/j. Mais dans tous les cas, les réponses sont positives », précise Guylaine Trou. Les réponses varient aussi selon les vaches : « plus de la moitié des vaches ont des réponses positives sur le lait et la matière protéique, et un quart ont eu des réponses négatives sur les deux ». Ces écarts restent à expliquer. Les effets ne sont pas modifiés par la parité, par le stade de lactation et par le niveau de production de lait ou de TP au démarrage de lactation.

Chiffres clés

La ration témoin :

24 kg MS ingérée/VL/j
16 % MAT
18 % cellulose brute
93 g/kg MS PDIE
LysDi 6,9 % PDIE
MetDi 1,8 % PDIE
Teneurs en LysDi et MetDi inférieures aux recommandations Inra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière