Aller au contenu principal

441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030

Un flux de départ important, des installations en nombre insuffisant pour remplacer tous les départs, moins de croissance et de nouvelles étables de plus de 100 vaches… la décapitalisation va se poursuivre selon Christophe Perrot de l'Institut de l'élevage.

441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030
© F. Mechekour

« La décapitalisation engagée en 2015 va se poursuivre. A l’horizon 2030, 441 000 vaches laitières pourraient disparaître », a souligné Christophe Perrot, lors de son intervention au colloque « Comment préserver une dynamique laitière en France dans les prochaines années ? organisé par la Confédération paysanne avec le soutien du Cniel et du Criel Normandie lait le 18 novembre 2021 (1). En 2020, il y avait environ 3,6 millions de vaches laitières dans l' Hexagone. « Nous pouvons cependant prévoir la poursuite de dynamiques territoriale contrastées. » En Normandie, le cheptel a les meilleures chances de se maintenir pour les zones de plaine. C’est la seule grande zone qui produit plus de lait (104 %) sur un an qu’à la sortie des quotas en mars 2015.

Dans l’Ouest, le défi démographique posé à la Bretagne est particulièrement aigü. « Même si la croissance par chef se maintenait à un bon niveau comme par le passé, et à moins d’un sursaut important des installations, la chute du cheptel y serait nettement plus forte que dans l’ex Basse-Normandie et Pays de la Loire où le déséquilibre démographique est moins fort. »

Vers une baisse de la production globale ?

Le Sud-Ouest laitier (Nouvelle-Aquitaine et Occitanie) est confronté à un déséquilibre démographique à peine plus important mais les croissances moyennes y étaient beaucoup plus faibles. "La chute du cheptel risque de se prolonger à vive allure. »

Dans les montagnes laitières, la chute du cheptel devrait être inférieure à la moyenne nationale, sauf en Auvergne où les croissances par chef étaient plus faibles. La chute du nombre d’actifs est très ancienne, mais elle se conjuguait avec un maintien ou une hausse de la production totale. Aujourd’hui, ça n’a plus l’air d’être le cas. « Si les exploitations ne retrouvent pas le chemin de la croissance, un simple maintien du flux d’actifs entrant dans le secteur ne suffira pas à éviter une baisse de la production globale. »

Franck Mechekour

(1) Dédié au volet économique (prix du lait, leviers de régulation de la production laitière…), ce colloque fait suite à un précédent consacré à l’attractivité du métier.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Monotraite : nous y sommes passés cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
L'inconvénient du chemin cailloux et sable en couche de finition, est qu'il demande un entretien régulier.
Les matériaux à privilégier pour vos chemins de pâturage
Des matériaux disponibles sur l'exploitation et à proximité : telle est l’option à privilégier pour vos chemins de pâturage. Mais…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière