Aller au contenu principal

Production
Le ciel s’assombrit pour la filière française du blé dur

Les services Statistiques du ministère de l’Agriculture (Agreste) annoncent une baisse de plus de 10% des surfaces de blé dur cette année. Ci-dessus, un champ de blé dur dans le Sud-Est au printemps.
© Gilles EHRMANN

La filière française du blé dur est en souffrance. Les services Statistiques du ministère de l’Agriculture (Agreste) estiment, au 11 décembre, une baisse des surfaces de 11,1 % entre 2017 et 2018, à 308 000 ha. Arvalis-Institut du végétal était plus pessimiste, tablant sur des superficies inférieures à 300 000 ha il y a quelques semaines. Concernant le plan de relance du blé dur, la filière devrait bientôt « se réunir pour en parler. […] Sur le constat général, il faut faire autrement. Depuis deux-trois ans, les surfaces baissent », a indiqué Rémi Haquin, président du conseil spécialisé Céréales de FranceAgriMer, le 12 décembre. Rappelons que ce plan de relance, élaboré il y a quelques années, prévoit de doubler les surfaces nationales sur la période de 2015 à 2025.

Les explications quant à la dégradation de la situation de la filière Blé dur sont diverses. En plus des prix actuellement peu attractifs et d’une météorologie souvent peu clémente ces dernières années, dégradant rendements et qualité, Rémi Haquin évoque « une appréhension au risque, le blé dur étant compliqué à cultiver. […] Si nos obtenteurs n’ont pas accès aux NBT (New Breeding Technologies), cela va être très difficile d’avoir des programmes efficaces ». Au vu de la faiblesse des volumes français de blé dur produits chaque année, « les obtenteurs ne peuvent y consacrer des sommes très importantes », ajoute-t-il.

Hausse de 57 % de la production algérienne

La conjoncture pour l’exportation n’est guère plus réjouissante. Cette année, les pays du Maghreb, clients de la France, ont engrangé de bonnes récoltes, signale Annie Dubois, spécialiste de la filière Blé dur à FranceAgriMer. « La production algérienne a progressé de 57 % entre 2017/2018 et 2018/2019 », précise-t-elle, atteignant 3,15 Mt. « Les Algériens ont bien compris qu’il valait mieux limiter les importations de blé dur que de blé tendre, le premier étant plus cher », commente Rémi Haquin. La production marocaine augmente, quant à elle, de 10 %, à 2,42 Mt.

 

 

 

Les plus lus

Cinq mesures pour atténuer l’impact des JO sur le transport des céréales sur la Seine

Après plusieurs semaines de concertation, l’ensemble des parties prenantes ont établi un certain nombre de règles pour éviter…

Transport de céréales pendant les JO 2024 : combien de temps sera arrêtée la navigation sur la Seine ?

En plus d’une huitaine de jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques Paris 2024, la circulation des péniches de…

Céréales – Des stocks hexagonaux 2023-2024 toujours plus abondants, selon FranceAgriMer

La consommation de la meunerie de blé tendre a été revue à la baisse entre janvier et février 2024. En maïs,…

Céréales au Maroc - La sécheresse inquiète déjà

Le Maroc constitue un important acheteur de céréales françaises.

Céréales et oléoprotéagineux bio : regain d’intérêt en protéagineux, faute de tourteau de soja chinois

Fin janvier, le marché des grandes cultures bio enregistre un léger regain d’activité, avec des ventes en spot sur certaines…

Congrès des grains Nancy-Dijon 2024 : une nouvelle formule appréciée des nombreux participants

La bourse aux grains de Nancy a changé de mois et de formule pour rendre ce rendez-vous professionnel des opérateurs de la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne