Aller au contenu principal

Filière protéine végétale
La région Normandie fait le point sur ses projets protéines végétales

Initié en 2019, le plan de développement d’une filière protéines végétales made in Normandie se poursuit. Etat des lieux.

Présentation du plan protéines végétales en juin 2020 à Ryes (Calvados) avec : Hervé Morin, président du conseil régional de Normandie (à gauche), Jean-Marie Lenfant, président du pôle filières à la chambre régionale d agriculture de Normandie (3è en partant de la gauche) et Clotilde Eudier, vice-présidente de la région en charge de la pêche, de l’agriculture et de la forêt
© Crédit Biernacki/Région Normandie

Hervé Morin, président de la région Normandie, Clotilde Eudier, vice-présidente de la région en charge de la pêche, de l’agriculture et de la forêt, et Julie Barenton Guillas, vice-présidente de la région en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche, de l’innovation et du numérique, ont fait un point d’étape, ce lundi 6 décembre à Caen, sur le plan régional pour le développement des protéines végétales en Normandie.

La région a déjà soutenu cinq projets « terre et mer » à hauteur de 1,5 M€ dans ce secteur : Soja Made in Normandie (consortium composé de laboratoires, de coopératives agricoles, de partenaires privés et de la Chambre d’agriculture de Normandie, pour expérimenter des variétés de soja précoces adaptées aux conditions climatiques de la région) ; Proveg (partenariat académique et acteurs professionnels agricoles réunis pour évaluer et spatialiser les potentialités culturales en Normandie de quatre légumineuses -féveroles, lentilles, pois, lupin- et du quinoa) ; Taonia (culture de macro-algues) ; Operandi (développement de fermes algocoles de Normandie) et Millet bio (partie filière en émergence dans le Perche).

Par ailleurs, la région appuie l’émergence de nouvelles productions de type soja, fèverole, pois, lentille, lupin, pois chiche et quinoa, notamment à travers un soutien au collectif d’agriculteurs développant un soja normand et au projet Leggo (Légumineuses à Graines du Grand Ouest).

Développement industriel et positionnement de la filière

Côté industriel, la région s’est engagée derrière deux nouveaux projets d’entreprises : le projet Protein (fabrication de protéines de colza à Dieppe par le Groupe Avril) pour plus de 1,57 M€ en 2020 lors de sa première phase et le projet Spiruline (implantation d’unités de fabrication de spiruline par Arcole dans la Manche) pour 1,2 M€ en 2021. Il s’agit, selon la région, de « favoriser l’implantation de nouvelles unités industrielles et mieux valoriser la production régionale végétale, en adaptant la qualité des produits riches en protéines et en créant une chaîne de valeur ajoutée ».

Dernier volet de ce point d’étape : renforcer le positionnement de la Normandie sur le marché du « 100 % végétal » riches en protéines produites dans la région. A cet effet, cette dernière appuie les initiatives qui permettent « l’identification des produits normands “100 % végétal”. Enfin, des ateliers de concertation ont permis de travailler sur différents axes, dont l’implication des agriculteurs pour le développement des protéines végétales, le développement des projets d'envergure nationale ou européenne ou encore une réflexion sur quelles protéines pour demain.

Dans un souci de continuité de l’effort déjà entrepris, la région a aussi décidé de lancer un nouvel appel à manifestation d’intérêt « courant 2022 ». Les différents projets lancé ont déjà reçu plus de 4,5 M€ de la part de la région.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

La remise en cause des exportations ukrainiennes par Vladimir Poutine dope les prix du blé et du maïs
Le Président russe, Vladimir Poutine a laissé entendre le 7 septembre que les conditions des accords du 24 juillet sur la…
Nutrition animale : le groupe Michel affiche une croissance de 2% pour la période 2021-2022
  Dans un marché en berne, le groupe familial breton Michel annonce une belle croissance en 2021-2022.
Hausse des prix de la farine insuffisante pour compenser la flambée des coûts, alertent les meuniers
Une lettre d’information de l’ANMF (association nationale de la meunerie française) fait le point sur la hausse des coûts de…
Marché mondial des céréales - Sebastien Abis : « Le danger, c’est l’interdépendance sans coopération ni solidarité »
Spécialiste de la sécurité alimentaire mondiale et prospectiviste, Sébastien Abis répond à nos questions dans le contexte de…
La nutrition animale recherche plus de sobriété énergétique
La nutrition animale, consommatrice d’électricité mais aussi de gaz pour la granulation, cherche des solutions pour une plus…
Le groupe Avril lève 1,18 milliard d'euros
Le groupe Avril espère accélérer son développement et "devenir le leader des solutions végétales". Les fonds levés auprès des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne