Aller au contenu principal

Vols en agriculture : « On nous a volé 3 000 litres de GNR la même année »

Le Gaec d’Alain Boynard, dans la Marne, est victime de vols de GNR récurrents, ciblant principalement les stations de pompage pour l’irrigation. En dehors de la ferme, les moyens de lutte sont limités.

« En 2020, nous avons constaté sept vols de GNR entre la mi-mai et la mi-août sur nos stations de pompage », dénombre Alain Boynard.
« En 2020, nous avons constaté sept vols de GNR entre la mi-mai et la mi-août sur nos stations de pompage », dénombre Alain Boynard.
© G. Omnès

« Depuis plusieurs années, nous avons subi plusieurs vols de gasoil sur nos stations mobiles de pompage, dont les voleurs fracturent la porte au pied de biche. En 2020, nous avons constaté sept cambriolages entre la mi-mai et la mi-août. En une demi-heure, ils peuvent pomper 400 litres. Une année nous avons perdu 3 000 litres et cinq batteries. Pour les voleurs, c’est facile. Comme nous irriguons préférentiellement la nuit et qu’ils connaissent l’emplacement des pompes, il suffit de voir depuis la route que l’irrigation est en cours pour savoir que la pompe est en route.

Il y a aussi eu des vols de gasoil dans le tracteur stationné dans la cour, à quelques mètres de la maison d’habitation. Et en 2018, nous nous sommes fait voler l’écran du GPS dans un tracteur Claas, là aussi dans la ferme. Ils ont cassé la serrure pour entrer dans la cabine, mais n’ont pas pu emporter l’antenne, car cela demande de démonter le toit.

Nous sommes tous concernés. Les conseils des gendarmes sont utiles : il y a des choses simples et gratuites à mettre en œuvre. Il faut prendre de bonnes habitudes et être rigoureux. Tous les soirs, on rentre au maximum les tracteurs dans des hangars fermés à clé, même lorsque l’on rentre tard.

Nous allons nous équiper d’éclairages extérieurs à détection de mouvement, et pourquoi pas d’une caméra enregistreuse. Cela sécurise, et facilite le travail des forces de l’ordre. Nous sommes aussi abonnés au système Alerte agriculteurs de la chambre d’agriculture, qui nous prévient par SMS des vols dans le secteur.

À chaque vol, il y a une perte financière, car il y a la franchise et le taux de vétusté. Pour le GNR, la franchise est de 300 euros, l’équivalent de 300 litres environ. En plus, il y a l’incapacité de travailler le lendemain, faute de matériel. »

290 ha en grandes cultures, dont blé, maïs, colza, orge, betteraves, tournesol, chanvre, soja et pommes de terre irrigués.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L'obligation de respecter au moins 4 % de ses surfaces en infrastructures agroécologiques (haies, bandes enherbées, jachères...) est suspendue pour 2023.
La nouvelle PAC validée… et allégée pour 2023
Bruxelles a définitivement validé le plan stratégique national français, dont certaines mesures ne seront pas obligatoires en…
« Pour valoriser les apports organiques, je privilégie les épandages d’automne afin de laisser le temps à la matière organique de se minéraliser », explique Théophile Le tierce.
Agriculture biologique : « La hausse des prix en conventionnel me permet de vendre du blé à 380 €/t en C2 »
Pour Théophile Letierce, agriculteur en conversion bio à Saclay (91), le contexte actuel ne remet pas en cause sa conversion en…
Arnaud Mortier et son fils, ferme de Loeuilly dans la Somme."Je ne fais jamais plus de trois traitements contre les ravageurs à l’automne et je n’ai plus de problème d’insectes au printemps."
Ravageurs colza : « J’utilise un produit de biocontrôle à l’efficacité proche du Boravi WG »
Agriculteur à Tilloy-les-Conty dans la Somme, Arnaud Mortier tente de limiter l'usage d'insecticides contre les ravageurs du…
Un semis à la volée peut être pratiqué avec un semoir adapté sur un déchaumeur.
Semis du blé à la volée : une pratique économe mais des conditions à respecter
Le semis du blé à la volée peut contribuer à optimiser les charges de mécanisation et à gagner du temps. Il convient à tous les…
Contre les larves d'altises, l'utilisation du phosmet pourra être remplacée par celle du cyantraniliprole (Minecto Gold) dans les zones autorisées.
Insecticide contre les altises du colza : un remplaçant au phosmet autorisé
Les producteurs de colza disposeront d’un nouvel insecticide (Minecto Gold) efficace contre les larves d’altises à l’entrée de l’…
Selon une étude d'Arvalis un système bio autonome dégage la meilleure marge nette, devant un système conventionnel avec une forte pression graminée et un système conventionnel classique.
Conversion au bio en grandes cultures : est-ce encore rentable ?
Des prix qui stagnent et de faibles disponibilités en fertilisants organiques interrogent bien des producteurs engagés en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures