Aller au contenu principal

Ravageurs colza : « Je sème tôt pour échapper aux vols de grosses altises »

Agriculteur sur 342 hectares à Chef-Boutonne (Deux-Sèvres), Roland Berton sème ses colzas dans la première quinzaine d'août, en comptant sur les pluies pour en assurant une bonne levée.

Roland Berton, agriculteur à Chef-Boutonne (79)  -   "Sur mes parcelles, je suis confronté à un dilemme : semer tard pour diminuer l’impact des orobanches qui infestent les parcelles ou semer tôt pour mieux contrer les ravageurs à l'automne." © EARL du Sansaud
Roland Berton, agriculteur à Chef-Boutonne (79) - "Sur mes parcelles, je suis confronté à un dilemme : semer tard pour diminuer l’impact des orobanches qui infestent les parcelles ou semer tôt pour mieux contrer les ravageurs à l'automne."
© EARL du Sansaud

« Les grosses altises constituent le principal ravageur sur les colzas dans notre secteur, avec les petites altises et les noctuelles. L’impact a été important la campagne dernière, avec une levée tardive des colzas début octobre malgré des semis le 15 août. Les pluies ne sont revenues que fin septembre. Des traitements ont été effectués contre les petites altises puis contre les grosses altises arrivées fin octobre. Malgré plusieurs interventions, les pieds ont été infestés de larves. À l’été 2018, les semis avaient été tardifs, le 12 septembre, en attendant qu’il pleuve. La levée avait été moyenne avec de très fortes attaques d’altises. Les colzas ont été retournés.

Sur mes parcelles, je suis confronté à un dilemme : semer tard pour diminuer l’impact des orobanches qui infestent les parcelles, ou semer tôt pour contrer les ravageurs. Cette campagne, c’est cette dernière option que j’ai choisie. Le semis le 9 août a été suivi de bonnes pluies deux jours après. Le colza a atteint le stade '3-4 feuilles' le 2 septembre. Il n’y a pas eu d’attaques de grosses altises et donc pas besoin d’insecticides.

Le sol est préparé avec un passage de cover crop lourd aussitôt après les moissons, suivi de deux passages de déchaumeurs à dents pour des faux-semis. Le dernier passage permet l’incorporation de fientes de volailles dans le sol. Un roulage est effectué après les semis, ce qui évite les mottes qui sont des refuges à altises. Mais en cette fin avril, nous sommes confrontés à une sécheresse sévère depuis deux mois. Cela fait plusieurs années que je n’ai pas atteint les 30 quintaux/hectare en rendement (25 q/ha en 2020). »

EARL du Sansaud et EARL Micheneau avec assolement en commun - blé tendre, colza (85 ha), orges d’hiver et de printemps, tournesol, luzerne porte-graines ; sols argilo-calcaires peu profonds.

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
L'adaptation des dispositifs actuels est indispensable pour faire face à la multiplication des aléas climatiques, à commencer par la sécheresse, estime le député Frédéric Descrozaille. © G. Omnès
Assurance récolte : comment le rapport Descrozaille veut sauver la multirisque climatique
Face au changement climatique, le rapport du député Descrozaille propose la réarticulation de l’intervention de l’État et de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures