Aller au contenu principal

CARBURANT
Le passage au gazole non routier en cinq points

L’arrivée imminente du nouveau gazole non routier (GNR) suscite de nombreuses interrogations quant aux contraintes qui l’accompagnent. Réponse en cinq points.

1 - QUELLE(S) DATE(S) RETENIR POUR L’UTILISATION DUGNR ?
L’arrêté du 10 décembre 2010 différencie les tracteurs agricoles des machines agri- coles automotrices ; les premiers étant concernés par le GNR à partir du 1er novembre 2011 et les seconds dès le 1er mai 2011. Devant l’incompréhension du monde agricole et l’absence d’arguments sérieux justifiant cette différence de traitement, le ministère assure qu’aucun contrôle ne sera effectué avant l’automne, ce qui sous- entend qu’une seule date butoir — le 1er novembre — sera réellement prise en compte pour tous les engins agricoles. Pour l’heure, nous ne sommes pas en mesure de confirmer si une modification de l’arrêté officialisera cette position.


2 - COMMENT GÉRER SON STOCK AVEC UN GNR ‘ÉTÉ’ ET UN GNR ‘HIVER’ ?
Étant similaire au gazole routier à la seule différence qu’il est coloré en rouge pour sa défiscalisation, le gazole non routier répond à la même saisonnalité. Le GNR n’aura pas la même tenue au froid selon la saison où vous l’acheterez. Du 1er avril au 30 octobre, le GNR « été » offrira une température limite de filtra- bilité (TLF) de 0 °C, alors que du 1er novembre au 31 mars le GNR « hiver » disposera d’une TLF de - 15 °C. Si dans le cas des véhicules routiers, cette gestion diffé- renciée passe inaperçue, cela se complique sérieu- sement dans le cas d’une exploitation agricole. Habi- tués à stocker du fioul sur de longues périodes, la plupart des agriculteurs ne disposent pas d’une esti- mation précise de leur consommation tout au long de l’année. Et même pour une exploitation ou une ETA qui maîtrise parfaitement son stock, son four- nisseur ne sera pas en mesure de lui garantir le type de GNR livré pendant la phase de transition sur octobre-novembre. Reste la possibilité d’ajouter des additifs à un gazole « été » pour améliorer sa tenue au froid. Mais attention à ne pas jouer aux petits chimistes, le GNR étant déjà additivé par le pétrolier, il faut s’assurer de la compatibilité entre additifs. Quant à l’idée d’utiliser deux cuves, outre le surcoût d’investissement, cela règle la question de la saisonnalité mais pas celle de la durée de stabilité. Pour simplifier le stockage, les pétroliers vont proposer un GNR de qualité supé- rieure — à l’image de ce qui se fait avec le fioul — pour lequel ils garantissent une tenue au froid suffisante toute l’année, ainsi qu’une meilleure stabilité dans le temps (environ 9 mois). Revers de la médaille, il devrait s’accompagner d’un surcoût d’1 ou 2 centimes d’euro le litre.


3 - FAUT-IL FAIRE NETTOYER SA CUVE OU LA CHANGER ?
Le GNR a un pouvoir détergent supé- rieur à celui du fioul du fait de sa compo- sition intégrant 7 % d’esters méthyliques d’acides gras (biocarburants), ce qui pour- rait remettre en suspension les dépôts accumulés sur les parois et le fond de la cuve. Il est donc conseillé de faire nettoyer sa cuve avant la première livraison. Si vous avez des doutes sur l’étanchéité de votre cuve ou si vous souhaitez disposer d’un stockage respectant les normes, le changement de cuve se justifie. Restez vigilants au moment de faire votre choix, ce marché en plein essor de la cuve à carburant s’accompagne d’une multi- plication des offres. Les réservoirs mis en vente doivent comporter un marquage CE et avoir reçu une attestation de confor- mité garantissant leur respect des normes européennes. La seconde contrainte liée à la composi- tion du GNR est sa stabilité réduite à l’oxydation. Au-delà de 4 à 5 mois de stockage, les pétroliers préconisent l’em- ploi du GNR de qualité supérieure ou l’ajout d’additifs pour éviter les dévelop- pements bactériens et les dépôts. Préci- sons que ces additifs ne sont pas les mêmes que ceux qui améliorent la tenue au froid du gazole. Dans tous les cas, l’installation d’un système de filtration est sûrement le meil- leur moyen pour éviter la propagation des soucis de stockage sur le matériel. Sans filtration en sortie de cuve, ce sont les filtres à gazole des moteurs qui peuvent être touchés. Et dans l’hypothèse où cette dernière barrière est défaillante, les systèmes d’injection common rail risquent de montrer des signes de fatigue prématurés.


4 - DES ENGINS NEUFS ET ANCIENS ?
Les nouveaux tracteurs et auto- moteurs équipés de moteur Tier 4i, avec système de traitement post-combustion des gaz d’échap- pement (SCR ou FAP), imposent l’utilisation du GNR (norme EN 590) dans leur garantie. Même pour les moteurs récents Tier 3, le GNR est bénéfique à la qualité de la combustion. Pour les moteurs d’ancienne géné- ration, la diminution du pouvoir lubrifiant lié à la réduction de la teneur en soufre par rapport au fioul a été compensée par l’incor- poration de biodiesel et par des additifs. Il est préférable de porter son attention sur le remplace- ment préventif des filtres à gazole après un ou deux pleins de GNR. Dernier point sensible, les engins comme les automoteurs de récolte qui ne fonctionnent qu’un mois dans l’année doivent être remisés avec le réservoir plein afin d’éviter les phénomènes de condensation. On veillera à ce que la période d’hivernage soit compatible avec la durée de stabilité du GNR. L’emploi de GNR de qualité supérieure ou de GNR « hiver » additivé est dans ce cas forte- ment conseillé.


5 - LE GNR SERA-T-IL PLUS CHER QUE LE FIOUL ?
Les pétroliers communiquent peu sur le sujet. En tant que carburant détaxé, son prix est très proche de celui du fioul de qualité supérieure qui a la même teneur en soufre. Chez Total, on indique que l’incorporation de biodiesel n’a pas d’in- fluence sur le prix. Ce sont plutôt les investissements nécessaires à la nouvelle logistique qui devraient se répercuter sur leprix.LeGNRdebase«été»ou«hiver» devrait être légèrement plus cher que le fioul de qualité supérieure.

Michel Portier
D’après la conférence sur le GNR organisé par Trame-BCMA à l’occasion du Sima. www.pardessuslahaie.net/frontend.php/bcma/85

MISE EN GARDE

Le GNR ne remplace pas le fioul de la chaudière

Pour ceux qui utilisent une même cuve à fioul pour la chaudière de leur habitation et les engins agricoles, le passage au GNR risque de se solder par l’achat d’une deuxième cuve. Hormis certains brûleurs de dernière génération, les brûleurs de chaudière ne sont pas compatibles avec le GNR. Le même problème risque de se poser avec des installations de séchage avec brûleur à fioul.

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
L’artificialisation continue de prélever des terres agricoles
L’artificialisation des sols continue de grignoter les terres agricoles. Elle se chiffre en milliers d’hectares chaque année mais…
Contre les géranium sur colza, le métazachlore associé à d'autres molécules dans un programme herbicide constitue une solution de lutte satisfaisante. © Réussir SA
Désherbage colza/métazachlore : quelles sont les nouvelles règles d'usage ?
Les herbicides à base de métazachlore vont faire l'objet de restrictions d'emploi dès la prochaine campagne.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures