Aller au contenu principal

La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat

La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en deuxième lecture par le sénat le 29 juin. Les parlementaires communistes regrettent le système d'écrêtement qui pénalise les polypensionnés et appellent à la poursuite du travail en faveur des conjoints collaborateurs.

Copyright Gabriel Omnès
La proposition de loi visant à porter le niveau minimum des pensions de retraite pour les exploitants agricoles à 85 % du Smic a été définitivement adoptée par le sénat le 29 juin.
© G. Omnès

La proposition de loi visant à porter le niveau minimum des pensions de retraite pour les exploitants agricoles à 85 % du Smic a été votée en deuxième lecture au sénat le lundi 29 juin. Cette loi est donc définitivement adoptée après "de nombreuses péripéties", selon les termes de la sénatrice Céline Brulin, du groupe Communiste républicain citoyen et écologiste. Le niveau est porté à 75 % dans les départements et régions d'outre-mer. Ces montants s'appliquent pour une carrière complète de chef d'exploitation.

La sénatrice a toutefois regretté un dispositif d'écrêtement qui "crée une distinction entre agriculteurs polypensionnés et les autres" et "exclut de la revalorisation près de 100 000 personnes".

Des pensions de retraites parmi les plus faibles du système français

Saluant le "dévouement des agriculteurs pendant l'épidémie", la sénatrice de Seine-Maritime a souligné que le texte était "une première étape vers la revalorisation des pensions de retraites du monde agricole", considérant qu'il "faudra poursuivre le travail en faveur des conjoints collaborateurs", en grandes partie des femmes, dont les pensions sont parmi les plus faibles du système français des retraites.

La loi devrait entrer en vigueur au plus tard le 1er janvier 2022. Elle concernera 196 000 retraités actuels. Ce projet était porté depuis 2017 par le député communiste André Chassaigne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures