Aller au contenu principal
Font Size

Une nouvelle légumerie solidaire sur le Min de Marseille en janvier 2020

Le Min des Arnavaux et les Banques alimentaires 13 sont partenaires dans un important projet visant optimiser l’usage des fruits et légumes déclassés sur le marché de gros.

L’investissement s’élève à 774 000 € et a été entièrement financé par le conseil départemental.
© Min de Marseille

Le projet de nouvelle légumerie, qui devrait être opérationnelle en début d’année prochaine sur le Min des Arnavaux, est parti d’un double constat : d’une part, un manque de denrées distribuables rencontré par les Banques alimentaires dans le département et, d’autre part, l’existence de 8 000 t de produits non commercialisés sur le marché de gros phocéen. C’est ainsi que l’association caritative et l’organisme gestionnaire du Min se sont alliés pour la création d’un outil de travail performant.

Un potentiel de 1 000 t de fruits et légumes

Installé dans un bâtiment de 400 m2 dans le secteur Fleurs du Min, cet atelier assurera plusieurs missions. La première est celle d’une légumerie classique (épluchage, parage, découpe et conditionnement des légumes récupérés). Mais, il sera aussi doté d’une ligne pour les produits chauds (par pasteurisation ou thermisation) et enfin il sera à même de traiter les produits surgelés.

Cette extrême polyvalence devrait permettre au site de travailler entre 800 t et 1 000 t de fruits et légumes par an, qui seront distribués aux 180 associations partenaires des Banques alimentaires. Mais, cela demande aussi l’acquisition de matériels spécifiques. L’enveloppe pour un tel projet s’élève à 774 000 € qui ont été entièrement financés par le conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

Marc Dufour, directeur du marché, explique : « Le rôle du Min dans ce projet est de trois ordres. D’une part, il s’agit de faciliter le don auprès de l’entreprise en expliquant les dispositions fiscales existantes. D’autre part, le Min se veut l’interface avec les collectivités territoriales. Enfin, il s’agit de promouvoir auprès des grossistes qu’il est parfois préférable de donner que d’attendre une hypothétique vente. Entre la vente et la mise au rebut, il existe cette troisième voie ». Au-delà, il s’agit aussi de s’inscrire dans la communauté : « Le rôle d’un Min comme plate-forme de distribution inscrite dans la ville ne peut pas se concevoir sans prendre en considération la population de cette ville. C’est pourquoi nos projets de développement incluent toujours un aspect social. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
promus box
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts
La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes