Aller au contenu principal
Font Size

Une campagne 2019 décevante pour le melon français

Des surfaces en réduction et une météo difficile ont réduit les rendements. La consommation a aussi reculé.

La baisse des surfaces et la météo ont limité l’offre de melons d’origine France.
© Acpel

En 2019, selon les estimations de l’Association interprofessionnelle du melon (AIM), 246 000 tonnes de melon Charentais ont été commercialisées en France, soit 9 % de moins que la moyenne quinquennale. Les surfaces, proches des 12 000 ha, ont reculé sur l’ensemble des bassins, de 7 % au total sur un an et de 11 % sur cinq ans. La baisse est particulièrement forte dans le Sud-ouest où les surfaces ont diminué de 12 % par rapport à 2018 et de 19 % en cinq ans. S’y est ajoutée une météo marquée, un printemps frais et humide qui a retardé le début de campagne et impacté la production dans l’ensemble des bassins, par un déficit en pluie de 10 à 20 % selon les périodes et par des températures supérieures à la normale. Au final, les rendements sont de 19 t/ha, contre 23 t/ha en moyenne en 2018.

La consommation a reculé

« La campagne a été très hétérogène entre bassins et entre producteurs, avec un manque de visibilité dans les prévisions de récolte, indique Marion Mispouillé, de l’AIM. Et mises à part deux semaines en juillet et trois semaines en septembre, les apports ont toujours été inférieurs à la moyenne 2014-2018. » Les prix payés aux producteurs, s’ils ont été supérieurs de 5 % à la moyenne quinquennale, n’ont pas été en adéquation avec les volumes. Alors que parallèlement les prix au détail ont été supérieurs à ceux des années précédentes (source RNM). Au final, les achats de melon Charentais et autres types de melon ont été de 609 kg pour 100 ménages (source Interfel-Kantar WorldPanel), soit 1 % de moins qu’en 2018 et 6 % de moins que la moyenne sur trois ans. Le prix d’achat moyen s’est établi à 2,32 €/kg (+3 % par rapport à 2018, +9,5 % par rapport à la moyenne sur trois ans). « Mis à part en juillet, où la météo a été exceptionnellement favorable au melon, le taux de pénétration et la consommation ont reculé », constate Marion Mispouillé. Les importations, en provenance d’Espagne pour 69 % et du Maroc pour 25 % (tous types de melon confondus), ont par ailleurs été présentes plus tard que d’habitude, jusqu’en juin pour le melon marocain vert et jusqu’à mi-juillet pour le melon espagnol. Au final, la campagne s’avère décevante pour les producteurs français. Face au recul de la consommation, l’AIM a donc pris la décision de réaliser en 2020 une étude sur la perception qu’ont du melon les consommateurs et les distributeurs, la dernière étude datant de 2013.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
promus box
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts
La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes