Aller au contenu principal

Une année difficile pour la châtaigne européenne

Les conditions climatiques de l’année 2021 n’ont pas favorisé la production de châtaigne dans la plupart des bassins de production. Mais les nouvelles plantations engagées depuis quelques années compensent ces pertes.

Les 11es Journées européennes de la châtaigne ont dévoilé fin octobre les prévisions de récolte pour les principaux pays producteurs d’Europe. Malgré une année climatique difficile pour de nombreuses zones de production, la production annuelle devrait rester proche de celle de 2020, autour de 120 000 t avec beaucoup de fruits petits et moyens. Le Portugal, jeune cador européen de ce fruit à coque, débute tout juste les récoltes, laissant ces prévisions encore incertaines. « Mais les conditions climatiques ont été réunies tant à la floraison qu’en septembre pour assurer une bonne récolte », annonçait Jose Loranjo, représentant du pays pour Eurocastanea.

En 2020, le Portugal avait produit plus de 40 000 t. La filière a connu un fort développement dans ce pays avec une augmentation de 53 % de la production en dix ans. Le verger atteint aujourd’hui plus de 50 000 ha répartis dans sept régions. La consommation interne est soutenue par des variétés nationales très appréciées, consommées en frais. Malgré l’augmentation de la production, les exports ont chuté de moitié en cinq ans pour atteindre près de 7 000 t en 2020.

Des volumes italiens et espagnols à la baisse

L’Italie, second pays producteur, voit ses surfaces diminuer depuis les années 1970. Elles sont aujourd’hui stabilisées autour de 40 000 ha. « En 2021, quatre vagues de chaleur et de fortes pluies en fin de saison ont eu un impact négatif sur la production, détaillait Gabriele Beccaro. Dans toutes les régions d’Italie, le calibre moyen a été inférieur de 10 % à la moyenne et dans beaucoup d’entre elles, les taux de fruits véreux et fendus sont importants. » En Campanie, Latium, Toscane, Emilie Romagne, les volumes seront inférieurs de 20 à 40 % par rapport à l’année passée.

Mais les productions de Campanie et Piémont vont compenser cette baisse. Les volumes devraient avoisiner ceux de 2020, soit près de 30 000 t. L’Espagne a elle été aussi touchée par des conditions climatiques difficiles cette année. Les pluies printanières ont affecté la pollinisation et l’été très sec la phase de croissance des fruits. La récolte globale 2021 est estimée à 25 000 t, soit 20 % de moins par rapport à 2020, une année à la récolte déjà inférieure de 20 % par rapport à la moyenne quinquennale.

C’est surtout la Galice, première zone de production avec 70 000 ha de verger, qui perd près de la moitié de ses volumes par rapport à 2020 pour atteindre 10 000 t cette année. La Castille (30 000 ha de vergers) a elle aussi été touchée par une diminution de 30 % des volumes par rapport à 2020, soit une récolte estimée à 6 000 t. « Mais les taux de pertes sont très différents selon les variétés précoces ou tardives », soulignait Roberto Rubio pendant le webinaire.

La Grèce, un acteur montant

La Grèce est devenue depuis 2012, un acteur important de la filière européenne grâce à un projet national de lutte contre l’encre qui a porté ses fruits. « Entre 2013 et 2019, les volumes produits sont passés de 20 000 t à 38 000 t, soulignait Stephanos Diamandis. Depuis 2012, la Grèce est devenue un pays exportateur. » Comme pour l’Italie et l’Espagne, la sécheresse de l’été et les tempêtes début octobre ont fait chuter les volumes de l’année 2021. La récolte est estimée à 25 000 t, soit -40 % par rapport à l’année passée.

Enfin, la France devrait produire autour de 9 000 t comme l’année passée. « Nous avons subi des pertes dans le bassin du Sud-ouest dues au gel, à la grêle et aux neiges précoces mais la légère progression des surfaces les compense », indiquait Eric Bertoncello de la Chambre d’agriculture d'Ardèche. La récolte est estimée à 4 000 t dans ce bassin. Dans le Sud-est, les conditions ont été favorables à une production de qualité estimée à 3 000 t. Parmi les consommateurs, la châtaigne jouit d’une image de naturalité et de produit sain, que les producteurs conservent en se convertissant à l’agriculture biologique. Mais l’ensemble des représentants des pays ont souligné la nécessité de campagnes de marketing afin de mettre en avant ce produit, notamment auprès des plus jeunes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

“Coup de fatigue” pour la consommation de fruits et légumes frais et un vrai décrochage du bio
Les Français sont fatigués de cuisiner maison et se retournent désormais vers les produits transformés. Sous la contrainte…
Pour faire face aux aléas climatiques, ces serres peuvent être chauffées avec une énergie renouvelable.
FranceAgriMer ouvre un programme d'aide aux investissements pour les serres pour faire face aux aléas climatiques
FranceAgriMer met en place un programme d’aide de 10 millions d’euros pour des investissements dans les serres, tunnels et…
Les futures fermes contiendraient 400 systèmes de culture empilés les uns sur les autres.
Bouches-du-Rhône : une ferme verticale teste la "géoponie rotative"
La géoponie rotative est testée par la ferme verticale Futura Gaïa avec comme objectif de vendre la technologie dans l’industrie…
Des Producteurs de tomates et concombres de l'Ouest de la France créent une AOP de mise en marché
Quatre coopératives productrices de tomates et concombres (Solarenn, Kultive, Océane et Vitaprim) lancent une association d'…
Sécuriser et développer la production d'amandes de façon qualitative et garantir un niveau de valorisation, tels sont les enjeux de  la jeune filière "Pistache en Provence".
Provence : la pistache structure sa filière
Réimplanter la culture de la pistache dans le paysage provençal est bien loin de l’utopie, la filière s’organise pour renaître de…
Pays de la Loire : une nouvelle association voit le jour
Créée à l’initiative de producteurs, l’association Pays de la Loire Fruits et Légumes vise à structurer la filière régionale de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes