Aller au contenu principal

Attentes sociétales
Un intérêt croissant pour la HVE

On entend de plus de plus parler de la Haute Valeur Environnementale (HVE) dans la filière fruits et légumes, une certification publique et un moyen d’unifier toutes les démarches et logos selon plusieurs opérateurs.

En mai dernier, cinq entreprises de Demain la Terre ont été certifiées HVE.
© Demain La Terre

L’Alliance Perlim-Meylim nous annonçait en novembre avoir obtenu la certification HVE (celle donc de niveau 3, la plus haute des certifications environnementales reconnues par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation), l’AOPn Fraise annonçait en décembre s’engager dans la démarche pour l’obtenir (lire ici)… La filière fruits et légumes prend à bras le corps cette certification   rencontrée jusque-là plutôt en viticulture. « C’est un engagement fort de notre plan de filière, derrière les Siqo, rappelle Olivier de Carné, directeur Accords et Stratégie d’Interfel. Le plan filière des fruits et légumes prévoit en effet « à 5 ans, 50 % des fruits et légumes en valeur engagés dans une certification environnementale » qu’elle soit de niveau 1, 2 ou 3*. « L’avantage de la HVE, comme des Siqo, c’est qu’ils sont reconnus officiellement », rappelle-t-il « sans pour autant remettre en cause les démarches privées ».

Interfel étudie la possibilité de créer des observatoires HVE et Siqo. Le but : pouvoir faire un état des lieux de tous les projets de certification.

Comment atteindre cet objectif de 50 % à 5 ans ? En passant notamment par les différentes organisations collectives qui travaillent sur le terrain : AOPn par exemple. Il existe d’ailleurs des équivalences avec certaines démarches existantes comme les Vergers Ecoresponsables dont l’équivalence avec le niveau 2 de la certification environnementale a été reconnu dès 2013, ou encore Demain la Terre qui elle, a vu cinq de ces entreprises reconnues collectivement HVE (niveau 3) en mai dernier (lire ici)

« Le principal travail se trouve au niveau de la gestion collective pour la formalisation de procédures et de suivi d’indicateurs selon les méthodes imposées par HVE », explique Marc de Nale, directeur de Demain la Terre. Pour une organisation comme Demain la Terre, une telle certification permet de « mettre davantage en évidence une partie du volet environnemental de la démarche Demain la Terre en se raccrochant à un dispositif public ».

Autre intérêt selon Marc De Nale : « Anticiper la demande de la distribution, tous canaux confondus, sur cette certification ». Pour le moment en effet, les entreprises certifiées HVE (un peu moins d’une quinzaine selon nos calculs en fruits et légumes frais) communiquent essentiellement sur cette certification en BtoB. Néanmoins la grande distribution commence à communiquer auprès des consommateurs sur les produits pouvant justifier de la certification HVE. E.Leclerc ou Franprix l’ont fait dans le courant du 2e semestre 2018 par exemple, même si c’était essentiellement pour les vins.

A noter que des opérateurs fruits et légumes figurent parmi les membres fondateurs de  l'Association nationale de développement de la HVE : L'Association Nationale Pommes Poires (ANPP), la Fédération des maraîchers Nantais, les AOP Pêches & abricots de France, Tomates & Concombres et la coopérative Unicoque. Lire à ce propos l'article de notre confrère Réussir Vigne

* La certification environnementale du ministère comprend 3 niveaux : 1, 2 et 3.
Le 3e correspond à la HVE.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’idée d’une aquaponie «commerciale» a émergé en France au travers du programme de recherche de l' Itavi et divers projets privés.  © ITAVI
Un essai prometteur sur la culture de tomate en aquaponie
L’aquaponie produit des poissons et des légumes. Un essai de l’Itavi a permis de produire des tomates sans apport d’engrais…
« 20% des légumes sont destinés aux restaurants qui pourront notamment valoriser les légumes non vendables en frais », expliquent Maxime Lefebvre (à gauche) et Christophe Godineau.   © Véronique Bargain - FLD
Maraîchers et restaurateurs créent une coopérative à Nantes
En région nantaise, les salariés d’un restaurant et des maraîchers ont créé une SCIC (société coopérative d’intérêt collectif)…
plateforme frais er local
Lancement de la plateforme « Frais et local »

A l’occasion de ses vœux à la presse le 12 janvier, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a présenté la…

Le Synabio veut aller plus loin que la réglementation
Le Synabio a publié dix-neuf indicateurs de progrès pour que les entreprises aillent plus loin que la réglementation en termes de…
L’image de Bonduelle au plus haut sur les réseaux sociaux

Agence conseil en stratégies de contenus, Ultramedia édite un baromètre qui classe les plus grandes…

La récolte 2020 des racines de ginseng, issues  de semis de 2014, permettra à Sylvain Latapie et Yohan Benoît de développer la gamme  de produits de Jardins d'Occitanie.  © RFL
Jardins d’Occitanie produit et valorise du ginseng français
Jardins d’Occitanie s’est armé de patience pour développer un projet d’agro-chaine autour du ginseng, plante asiatique médicinale…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes