Aller au contenu principal

Transport : Freshfel Europe prône l’usage de solutions multimodales

Le 18 janvier, Freshfel Europe a organisé un webinaire sur le thème de la logistique en Europe et au-delà. Et plaidé pour des transports plus durables.

Chaque année, près de 50 millions de tonnes de fruits et légumes sont distribués localement dans les pays européens où ils sont cultivés. 29 millions de tonnes sont échangées au sein de L'Union européenne. En outre, celle-ci exporte environ sept millions de tonnes de fruits et légumes et en importe presque le double.
© Port de Anvers

Cette année, le transport mondial devrait profiter d’une disponibilité accrue de conteneurs et de navires et d’un certain assouplissement des goulots d'étranglement, deux situations qui ont été récurrentes au cours des dernières années. Cependant, selon Freshfel Europe, pour le secteur des fruits et légumes, il reste à optimiser les réseaux de transport.

Un soutien nécessaire du privé et du public

 A l’occasion de son webinaire sur ce thème, Freshfel Europe a souligné que, pour garantir une large distribution de fruits et légumes frais, les réseaux de transport et la disponibilité des conteneurs frigorifiques devaient fonctionner correctement à tous les niveaux : local, national, régional et mondial. « Il est important que les secteurs public et privé soutiennent et investissent dans des réseaux de transport multimodaux et des solutions logistiques durables et abordables, pour que les produits frais atteignent leurs destinations en temps opportun avec une qualité optimale » a souligné l’association.

La filière a appelé à l’utilisation de solutions multimodales et a sécurisé des trajets plus directs vers certaines destinations, notamment l'Asie ou l'Amérique latine. Aujourd'hui, le transport de fruits et légumes de l'Europe vers l'Asie via des hubs de transit peut prendre jusqu'à 40 jours, un trajet qui via une ligne directe pourrait être beaucoup plus court.

 

Selon Freshfel, le secteur des fruits et légumes entend tirer parti des alternatives de transport disponibles, y compris le transfert modal vers le rail qui pourrait contribuer à réduire les émissions de CO2
© Semmaris

 

Cela pourrait éviter de mettre en danger la qualité des produits et augmenter les opportunités commerciales tout en réduisant les émissions. Le secteur des produits frais vise à tirer parti de la gamme d'alternatives de transport disponibles, y compris le transfert modal vers le rail intérieur qui pourrait contribuer à réduire les émissions de CO

Philippe Binard, délégué général de Freshfel Europe, a précisé que « les fruits et légumes frais étant périssables, les perturbations et les retards affectent négativement la qualité et la durée de conservation des produits et augmentent les pertes et le gaspillage alimentaires. Il est essentiel de sécuriser les réseaux et les infrastructures pour la logistique des fruits et légumes et de mieux surveiller la volatilité du marché mondial. Pour une meilleure planification, et pour atténuer la pression en cas de crise, l'utilisation de corridors verts doit être poursuivie pour permettre la priorisation des flux de produits frais ».

Voir aussi : Espagne : au cœur du terminal portuaire Hutchison Ports BEST de Barcelone

Le contexte économique actuel complique la donne

L'inflation, le manque de camionneurs et la hausse des prix du carburant ont entraîné une augmentation des coûts de la logistique des fruits et légumes frais. Philippe Binard précise :  « des coûts logistiques plus élevés en raison de la rareté des conteneurs et des camions, ainsi que des coûts de carburant plus élevés, ont un impact sur l’accessibilité de la logistique, ce qui entraîne des opportunités commerciales manquées. Couvrir ces coûts supplémentaires est difficile pour le secteur qui travaille avec de faibles marges et exposé aux fortes pressions financières de l'année dernière. Cela sera encore perceptible pendant un certain temps ». Malgré cela, Freshfel Europe note que bien que la situation s'améliore, elle ne s'est pas rétablie et la fiabilité de la rapidité du transport des produits frais est toujours nettement inférieure à celle d'avant la pandémie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Pomme de terre : Douar Den se donne les moyens pour se développer
La société coopérative bretonne vient d’augmenter son capital social afin de pérenniser son activité dans un période troublée…
Pommes : pour Daniel Sauvaitre (ANPP), revaloriser de 0,20 € le kilo n'est pas inaccessible vu les prix depuis trois ans
Le geste des producteurs de pommes le 14 janvier pourrait préfigurer d’autres actions, possiblement plus « musclées », si leur…
Des vergers de pommiers arrachés pour dénoncer les prix d'achat producteur
Des opérations d'arrachage de vergers de pommiers ont eu lieu dans toute la France le 14 janvier. La filière pomme réclame une…
Pourquoi la filière framboise intègre l’AOPn Fraises de France
L’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) fait désormais partie de l’AOPn Fraises de France. Les raisons de…
Distribution : quel approvisionnement fruits et légumes pour la nouvelle enseigne Toujust ?
 FLD s’est entretenu avec Fabrice Gerber, fondateur de la nouvelle enseigne Toujust, à l’occasion du salon Sirha de Lyon. Il…
L’inflation met à mal les efforts faits pour Egalim
Alors que tous les acteurs de la restauration collective et des filières sont mobilisés pour une alimentation plus durable, l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes