Aller au contenu principal

Controverse estivale
« Sans pesticide » et « Sans résidus de pesticides » font polémique

Les groupements de producteurs engagés dans les démarches « sans pesticides » ou « sans résidu de pesticides » réagissent fortement à un article de Que Choisir.

tomate san pesticides
Début 2020, Interfel a publié un guide sur l’usage des mentions « sans résidu de pesticide » ou « cultivé sans pesticide ».
© Claire Tillier - FLD

Un article paru dans le magazine Que Choisir de septembre a provoqué un vif émoi chez les producteurs de fruits et légumes engagés dans les démarches « sans pesticides » ou « sans résidu de pesticides ». Il s’appuie sur des résultats d’analyses réalisées en 2018 par la DGCCRF portant sur 94 produits portant ce type d’allégations et relève que des résidus de pesticides seraient présents dans un tiers d’entre eux (au-delà du seuil « limite de quantification »).

« Il s’agit de quelques lignes du rapport annuel de la DGCCRF sur les résidus de pesticides dans les denrées d’origine végétale, sans le moindre détail sur la nature des prélèvements puisque ces analyses concernent tous les produits végétaux, français mais aussi d’importation » explique Gilles Bertrandias, président du Collectif Nouveaux Champs. Contactée, la DGCCRF n’a pas donné suite à la sollicitation de FLD.

Des démarches très contrôlées

Pierre-Yves Jestin, président de Savéol et de l’Alliance Nature et Saveurs, ne cache pas sa surprise : « Il est navrant qu’en période de covid-19, on trouve encore un prétexte à entretenir la méfiance chez les consommateurs. Nous ne sommes pas des apprentis sorciers. Notre démarche est strictement contrôlée à l’interne et aussi par des audits externes ».

Même position pour le Collectif : « Nous pouvons apporter la preuve que tous les lots commercialisés avec notre label sont soumis à un contrôle par un laboratoire indépendant afin que la promesse soit toujours respectée » martèle Gilles Bertrandias.

Damien Sanchez, responsable marketing de Demain La Terre, précise : « Notre démarche, à travers sa Charte, vise à une baisse continuelle et pérenne des pesticides, régulièrement contrôlée par les audits menés par Demain La Terre. Mais, les critères « sans résidu de pesticide » ou « cultivé sans pesticide » sont optionnels ».

On peut avancer sans trop se tromper que s’il y avait eu problème en 2018, les répercussions se seraient déjà fait sentir. Un vide juridique existe toujours concernant ces allégations.

Faudrait-il alors légiférer ? « Je pense qu’il faut d’abord reconquérir la confiance du consommateur, ébranlée par l’agro-bashing, note Pierre-Yves Jestin, légiférer, pourquoi pas mais nous nous sommes déjà imposé des contraintes avec cette démarche, tout en gardant la possibilité de sortir du label les produits qui ne seraient pas conformes ».

Le guide d’Interfel sur l’usage des mentions « sans résidu de pesticide » ou « cultivé sans pesticide », paru début 2020, pourrait s'avérer fort utile.

L'interprofession fruits et légumes a réagi par voie de communiqué le 1er septembre.

Elle rappelle que le plan de surveillance sur les résidus de pesticides concernant les fruits et légumes frais de la DGCCRF a montré que « 98 % des fruits et légumes frais sont conformes à la règlementation. Ce résultat signifie que seuls 2 % des produits sont au-delà de la limite autorisée par rapport à la législation alors que celle-ci et notamment la réglementation française se durcit et que la pression parasitaire se renforce avec des espèces invasives ».  

Interfel rappelle par ailleurs que ce taux s'inscrit dans une évolution à la baisse depuis maintenant 3 ans, prouvant ainsi la bonne maîtrise dans l'utilisation des pesticides par les producteurs.

 

Un vide juridique existe toujours concernant ces allégations

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Mathieu Lancry
Mathieu Lancry (coopérative Norabio) : « La contractualisation avec Biocoop permet d’éviter toute spéculation »
Marché du bio, impact de la Covid-19, et produits équitables : Mathieu Lancry, président de Norabio et administrateur de Biocoop…
Les carottes de Noriap sont mises en marché par Kultive sous la marque "Carottes Ch'tis".  © Noriap
Noriap se lance dans la carotte pour le marché du frais
Après un test considéré comme concluant par la coopérative picarde, les surfaces sont appelées à doubler pour la prochaine…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

En avril 2021, les trois logos GGN originels seront fondus en un seul et unique visuel. © Capture d'écran de ...
Avec son label GGN, GlobalGap veut s’adresser aux consommateurs
Lancé mondialement au second semestre 2021, le label GGN apparaîtra sur les emballages des fruits et légumes engagés dans la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes