Aller au contenu principal
Font Size

Pacte productif
Retrouver compétitivité et plein emploi

La FNSEA, Coop de France et l’Ania ont présenté une série de mesures que l’État devrait mettre en place pour atteindre les objectifs annoncés.

De gauche à droite : Richard Girardot, président de l’Ania ; Christiane Lambert, présidente de la FNSEA ; et Dominique Chargé, président de Coop de France.
© Julia Commandeur - FLD

Réagissant à la consultation gouvernementale sur le Pacte productif 2025, la FNSEA, Coop de France et l’Ania ont réuni la presse le 1er octobre afin de présenter « une série de propositions concrètes » sur lesquelles les trois organisations travaillent de concert depuis mai-juin afin de « répondre aux objectifs très ambitieux que porte le Pacte productif pour le secteur agricole et agroalimentaire ». Le Pacte productif pour le retour à la compétitivité et au plein emploi vise en effet à accroître la part de l’industrie et de l’agriculture dans le PIB français de 13,5 % à 15 % en 2025 et 20 % en 2030. Pour cela, la part du PIB de la filière agri-agro doit passer de 3,8 % à 4,5 % en 2025 et 6 % à horizon 2030. L’emploi doit progresser de 20 % d’ici 2025 et de 40 % d’ici 2030 et les exportations de 60 % à horizon 2030.

« L’agriculture française dévisse, on n’a jamais autant importé, regrette Christiane Lambert, présidente de la FNSEA. L’import de fruits a progressé de 67 % en dix ans, celui de légumes de 50 %. La surtransposition de réglementations par la France et le contexte de défiance envers l’agriculteur compliquent la vie des chefs d’entreprise que nous sommes. » Dominique Chargé, président de Coop de France, précise : « Nous avons mis l’accent sur trois axes en particulier : la compétitivité coût, car il faut trouver l’adéquation de l’offre en qualité et en quantité à la demande des consommateurs et des citoyens sur l’ensemble des marchés ; l’adaptation de nos outils de production via l’innovation et les investissements ; et l’emploi. Mais l’ambition du pacte demande une vraie inflexion des pouvoirs publics ». Ainsi, parmi les propositions : encourager un discours “pro-business” et “anti-agribashing” de la part de l’État, faciliter l’intégration des travailleurs étrangers et migrants et renforcer les relations et les partenariats écoles/entreprises pour pallier les difficultés de recrutement, réduire les surcoûts et taxes franco-françaises, ou encore abaisser le seuil d’accès aux financements publics pour les projets d’innovations.

Et Richard Girardot, président de l’Ania, de conclure : « Nous avons les outils. Maintenant, qu’on nous foute la paix et qu’on nous laisse nous concentrer à travailler ensemble ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Gérard Malaure
[Coronavirus Covid-19] Gérard Malaure, DG du groupe Primever : « Nous avons pu livrer tous les jours toutes les régions de France malgré les retours à vide de nos camions »
Explosion de la demande de la GMS, rotation des camions compliquée, projets pour l’après Covid-19 : Gérard Malaure, directeur…
En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
L’offre des opérateurs français repose sur une tomate cerise HVE en barquette carton de 200 g sous flow-pack. Objectif : contrer l'offre marocaine.  © Rougeline
Une offre de tomates cerise HVE pour contrer l’importation
Intermarché communique sur les tomates cerise HVE en 200 g. L’offre, lancée aussi dans d’autres enseignes, est née d’une…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes