Aller au contenu principal

Maraîchage : quelle méthode de destruction des couverts végétaux ?

Des alternatives au broyage et enfouissement des couverts végétaux sont à l’étude en maraîchage, afin de favoriser la formation d’humus.

Le CTIFL a évalué deux méthodes alternatives de destruction des couverts végétaux lors du projet Clé de Sol : broyage + occultation et strip-till (en photo, démonstration de strip-till lors de Tech & Bio).
Le CTIFL a évalué deux méthodes alternatives de destruction des couverts végétaux lors du projet Clé de Sol : broyage + occultation et strip-till (en photo, démonstration de strip-till lors de Tech & Bio).
© RFL

« Généralement, la destruction des couverts avant la mise en place de la ou des cultures de rente se fait par broyage du couvert puis enfouissement dans les 10 à 20 premiers centimètres du sol par un outil rotatif, énoncent les auteurs de l’article d’Infos CTIFL consacré au projet Clé de Sol*. Cette action permet une dégradation rapide du couvert et prépare l’implantation de la culture suivante. Cependant, l’action de retournement du sol favorise l’entrée massive d’oxygène, et ainsi la minéralisation rapide (dite primaire) des résidus végétaux (qui ne se transformeront donc pas en humus) et la minéralisation secondaire : celle de l’humus, dont le stock disparaît. » De nombreuses alternatives à ces retournements sont déployées en grandes cultures sous le terme de techniques culturales simplifiées (TCS). Leur transposition aux systèmes maraîchers nécessite des optimisations et/ou adaptations.

Occultation et strip-till

Deux TCS de destruction de couverts ont ainsi été testées sur le centre CTIFL de Carquefou entre 2018 et 2020 dans le cadre du projet Clé de Sol. La première modalité consistait en une destruction de couvert par broyage puis par occultation sous bâche noire épaisse (150 micromètres d’épaisseur, type bâche d’ensilage), la seconde était une destruction par « strip-till ». Une dernière modalité consistant en un broyage suivi d’un enfouissement est utilisée comme comparaison.

A lire aussi : Maraîchage : optimiser l’implantation des couverts végétaux

« Dix fois plus de vers de terre sont présents dans la modalité occultation que dans la modalité enfouissement », souligne l’article d’Infos CTIFL. De plus, « la modalité « strip-till » favorise l’abondance en champignons et en arthropodes de l’ordre de deux à dix fois ». Mais les rendements de cette modalité sont deux à trois fois plus bas que ceux de la modalité de référence, tandis que ceux de la modalité occultation sont égaux ou légèrement inférieurs.

« Après trois années d’essai, la méthode de destruction par occultation apparaît comme étant la plus facile à mettre en œuvre techniquement, indiquent les auteurs de l’article. En effet, l’occultation nécessite une immobilisation de la parcelle pendant six semaines tandis que la méthode du « strip-till » nécessite un équipement spécifique encore peu disponible chez les agrofournisseurs. »

* Charlotte Berthelot, Romane Jean, Mélanie Riou, Loïc Fouyer. Utilisation de techniques simplifiées de destruction de couverts, Infos CTIFL juin 2021 n°372

Les plus lus

Colère des agriculteurs français : en Espagne, le secteur dénonce l’entrave à la circulation de ses camions de fruits et légumes

La Fédération espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes a dénoncé dans un communiqué en fin de semaine…

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a détaillé au Premier ministre les problèmes auxquels sont confrontés les agriculteurs.
« On voit des agriculteurs de 30-40 ans qui arrêtent » : le cri du cœur d'un producteur de fruits et légumes adressé au Premier ministre

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a interpellé le Premier ministre Gabriel Attal sur les problèmes de l'…

Colère des agriculteurs : quelles sont les demandes des filières fruits et légumes ?

Alors que des premières mesures doivent être annoncées par le Premier ministre face au mouvement de protestation des…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes