Aller au contenu principal

Prune : cap sur la réduction des phytos

Le Cefel a montré qu’une réduction des pesticides de synthèse était possible en prune américano-japonaise mais avec un coût de protection bien supérieur.

Les bâches antipluies sur verger de prune américano-japonaise ont fortement diminué la production dans l'essai du Cefel.
© Cefel

« Nous avons testé pendant quatre ans la possibilité de réduire les produits phytosanitaires de synthèse sur un verger d’un hectare de prune américano-japonaise September Yummy, annonce Emile Koké du Cefel (Tarn-et-Garonne). L’indice de fréquence de traitement (IFT) chimique a pu être divisé par près de quatre en moyenne sans pénaliser le rendement. » Mais les interventions chimiques ont souvent été remplacées par des produits de biocontrôle. Plus chers et renouvelés plus souvent, ils ont augmenté le coût de la protection sanitaire. Cette expérimentation, terminée en 2018, incluse dans le projet Cap Red (Cerisier Abricotier Prunier Réduction des intrants et Durabilité des systèmes de production) comparait une modalité classique conduite en PFI (Production fruitière intégrée) et une modalité Cap Red où les intrants ont été réduits au maximum dans la gestion simultanée de plusieurs bio-agresseurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Une Boussole des Labels pour guider le consommateur dans les rayons alimentaires
Les trois ONG ActionAid France, Bio Consom'acteurs et FAIR[e] un monde équitable publient un guide pratique téléchargeable…
Kiwi : SCAAP Kiwifruits de France et Euralis, partenaires pour développer la production

SCAAP Kiwifruits de France et la coopérative Euralis ont signé le 17 mai un partenariat pour le développement local de…

Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes