Aller au contenu principal

Pourquoi le commerce de gros a performé en 2022 ?

Avec une activité en hausse de 12,5%, le commerce de gros des produits agricoles et alimentaires a profité de l’inflation. 2023 s’annonce cependant un peu plus difficile.

Pavillon fruits et légumes à Rungis (photo d'illustration). Relancé en octobre 2021, le train des primeurs comporte 12 wagons (contre 32 en 2019) et observe 5 départs hebdomadaires, du lundi au vendredi, pour un départ à 16h30 de Perpignan soit une arrivée à Rungis à 3h30.
© Philippe Gautier

La CGF (Confédération des grossistes de France) a dévoilé les résultats du baromètre d’activité du commerce de gros, établi en partenariat avec le cabinet Xerfi Specific.

Entre le mois d’octobre et celui de décembre 2022, le commerce de gros en général a cru de 9% par rapport à la même période en 2021 (sur l’ensemble de 2022, la croissance du secteur atteint 10,5%). Cette bonne tenue s’explique par la hausse générale des prix et coûts de production. Mais, un rebond de la consommation des consommateurs finaux y a aussi participé, notamment sur la partie alimentaire.

+12,5% pour le stade de gros alimentaire

L’envolée des prix à la consommation des produits alimentaires se poursuit en fin d’année pour s’établir au-delà de 13%. « A l’image de la saison estivale, la croissance du segment des fruits et légumes résulte essentiellement de cette envolée », note la CGF.

Dans ce contexte, la croissance du chiffre d’affaires des produits agricoles et alimentaires reste forte, de l’ordre de +12,5% au quatrième trimestre par rapport au même trimestre 2021. Sur l’ensemble de l’année 2022, la hausse atteint +16,8%.

Des inquiétudes pour 2023

Cette performance ne peut néanmoins pas cacher une certaine inquiétude pour 2023. Fin 2022, 41% des grossistes anticipaient une baisse d’activité (contre 21% prévoyant une progression). Neuf sur dix (87%) prévoient des tarifs fournisseurs orientés à la hausse. « La hausse des prix ne devrait donc plus suffire à porter l’activité du secteur », précise la CGF.

Résultat direct de cette situation : les grossistes en produits agricoles et alimentaires sont frileux en matière d’embauches. « A peine plus d’un sur dix envisagent de recruter dans les prochains mois, contre un tiers lors des six derniers mois », souligne la Confédération des grossistes de France.

Les plus lus

Le Maroc fait partie des zones les plus exposées au changement climatique. Lancé en 2008, le Plan Maroc Vert doit répondre à cette problématique.  © RFL
Tremblement de terre au Maroc : Azura offre 1,5 million d’euros en solidarité
Le producteur de tomates, via son groupe et sa fondation, soutient les populations victimes du tremblement de terre le plus…
Fruits et légumes d'été : « Nous avons observé des difficultés d’écoulement de certains fruits et légumes », selon le président d'Interfel
Laurent Grandin, président d'Interfel, revient sur la saison difficile des fruits et légumes d'été.
Ail français : comment sera vendu le cru 2023 qualitatif mais avec des défauts visuels ?
Pas de problème sanitaire cette année sur l’ail français, juste des défauts visuels qui font craindre cependant aux…
Pourquoi les oranges ont la forme de citron en Espagne cette année ?
Des oranges espagnoles ont pris, cette année, la forme de citron. Le phénomène a touché nombre de vergers pour cette récolte dans…
paysage champ bord de mer très emblématique de la production maraîchère bretonne
Comment Prince de Bretagne va décarboner son maraîchage
Les maraîchers Prince de Bretagne, précurseurs dans la réalisation de bilans carbone de leurs activités légumières, affirment que…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes