Aller au contenu principal

Pomme de terre : légume ou féculent, pourquoi la controverse a déchiré (encore) les Etats-Unis ?

Tous les cinq ans, l'USDA met à jour les DGA’s, les directives diététiques pour les Américains. Le reclassement de la pomme de terre en tant que céréale est envisagée. Pourquoi la filière soutenue par certains sénateurs d’Etats ruraux ont-ils défendu bec et ongles leur produit en tant que légume ? Et en France d’ailleurs, classe-t-on la pomme de terre dans les légumes ou dans les féculents ? Retour sur cette saga médiatique. 

La pomme de terre, légume ou féculent ? That is the question.
© Alexas de Pixabay

La pomme de terre, légume ou féculent ? Cet éternel débat ressurgit parfois ici ou là, comme c’est le cas outre-Atlantique depuis quelques mois.

Les autorités sanitaires des Etats-Unis, le lobby de la pomme de terre et les élus du Congrès s'écharpent depuis des années sur la classification de la pomme de terre. Et l’USDA, le Département de l'Agriculture des États-Unis, avait annoncé qu'il envisageait de reclasser la pomme de terre dans la catégorie des céréales et non plus dans celle des légumes. Tous les cinq ans en effet, l'USDA met à jour les DGA’s, les Dietary Guidelines for Americans (soit les directives diététiques pour les Américains). Le processus d'évaluation pour 2025-2030 est toujours en cours.

 

Et en France, la pomme de terre est-elle un légume ou un féculent ? 

En France, les autorités de santé publiques dans le cadre du PNSS ont tranché : la pomme de terre est un féculent. Pourtant, elle possède les caractéristiques des deux catégories : plus nourrissante que les autres légumes car riche en micronutriments, la pomme de terre, classée dans la catégorie des féculents parce que un tubercule, est peu calorique (quand elle est cuite à l’eau) comparé aux autres types de féculents. Le Dr Jean-Michel Lecerf, nutritionniste et expert nutrition/santé à l’Institut Pasteur de Lille, avait d’ailleurs dressé le portrait nutritionnel de la pomme de terre lors de l’AG du CNIPT en janvier dernier et glissé que certaines études pointaient que consommer de la pomme de terre faisait manger des légumes !

« Certaines études pointent que le fait que consommer de la pomme de terre fait manger des légumes ! » - Dr Jean-Michel Lecerf.

 

Prise de position de 14 sénateurs pour sauver les allocations d’aides publiques

Aux Etats-Unis, la levée de boucliers de la filière suivie par des sénateurs représentants des Etats ruraux a été immédiate et très médiatisée. Pour le National Potatoes Concil, organe de représentation de la filière (producteurs et industriels), c’est une évidence : la pomme de terre est un légume

Le 26 mars, un groupe bipartisan de 14 sénateurs ont même écrit au secrétaire de l’USDA, Thomas Vilsack, et au secrétaire du ministère américain de la santé et des services sociaux (HHS), Xavier Becerra, afin de s'opposer à toute reclassification des pommes de terre en tant que céréale. C’est que d’un tel reclassement découle, entre autres, l'allocation d'aides publiques.

« Depuis sa création, l’USDA a correctement (sic) classé les pommes de terre dans la catégorie des légumesécrivent les 14 sénateurs. Les caractéristiques physiques de la pomme de terre et sa classification scientifique horticole ne font l'objet d'aucun débat. Contrairement aux céréales, les pommes de terre blanches sont d'excellents fournisseurs de potassium, de calcium, de vitamine C, de vitamine B6 et de fibres. »

 

Aides publiques et enjeu de santé publique

L’USDA aurait a priori décidé de ne pas changer la classification. La chaîne américaine Scripps News a ainsi fait savoir qu’un porte-parole de l’USDA lui aurait déclaré que « le comité consultatif sur les directives diététiques n'envisage pas et n'a pas envisagé de modifier la classification des pommes de terre ».

Cette saga met néanmoins en lumière le rôle important que joue le gouvernement dans l'établissement de normes nationales en matière de nutrition. La reclassification d'un aliment aurait un impact sur les programmes influencés par le gouvernement, tels que les repas scolaires et les allocations SNAP*.

*SNAP : Supplemental Nutrition Assistance Program. Le Programme d'aide supplémentaire à la nutrition qui est un programme alimentaire fédéral des États-Unis fournissant une assistance aux personnes et familles à faible ou zéro revenu vivant dans le pays.

Ces débats rappellent la controverse du ketchup, lorsqu’en 1981 l’administration Reagan avait tenté (en vain) de classifier le ketchup dans la catégorie Légumes dans le cadre des repas dans les écoles américaines. 

Il s’agit aussi d’un enjeu de santé publique dans un pays fortement frappé par l’obésité et loin d’atteindre la portion de 5 fruits et légumes par jour et par personne recommandée par les directives de l’USDA (et encore plus loin de l’atteindre si la pomme de terre ne compte plus pour ces 5 fruits et légumes par jour).

Les plus lus

Grégory Spinelli, champignonnière du Clos du Roi
Grégory Spinelli, producteur de champignons dans le Val d'Oise : « Nous ne sommes plus que quatre producteurs franciliens »
Grégory Spinelli est à la tête de la champignonnière souterraine du Clos du Roi, en plein cœur d’une zone résidentielle de Saint-…
L’intelligence artificielle peut-elle révolutionner la filière fruits et légumes ?

Medfel 2024 a mis en débat cette question brûlante : à quoi donc pourrait servir l’IA dans les entreprises de fruits et…

Les tomates cerise marocaines à des prix défiant toute concurrence, côtoie l’offre française en saison.
Tomates marocaines : pourquoi les producteurs français ont mené une opération de sensibilisation

Des producteurs de tomates ont envahi vendredi 26 avril les rayons fruits et légumes de plusieurs supermarchés dans quatre…

Rémy Frissant, cofondateur d’Amandera, à Medfel 2024
La bio doit-elle se réinventer ?

La bio doit revenir à ses fondamentaux et mieux communiquer envers le consommateur. C’est ce qui ressort de la conférence…

Fraises françaises : quel bilan à mi-saison ?

Après un début de campagne tardif dans plusieurs régions de production et des conditions climatiques fluctuantes, l’AOPn…

La couleur préférée des abricots par les consommateurs est l’orange et l’orange pigmenté de rouge.
Gel, alternance, coulure : à quoi s’attendre pour la récolte française d’abricot en 2024 ?

A Medfel, les prévisions de récolte pour la France annonce une forte baisse après une forte récolte 2023. A quoi cette baisse…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes