Aller au contenu principal

Physalis : le produit équatorien marche bien en France

L'Équateur veut se positionner comme un acteur référent des fruits exotiques. Juan Patricio Navarro, directeur général de ProEcuador France explique le succès du physalis sur le marché français.  

physallis
Depuis deux ans, la France est le deuxième client de l'Equateur pour les physalis.
© ProEcuador

Le physalis, cette petite baie dorée aussi appelée « amour en cage », est une niche dans le marché des fruits exotiques en France. L’Equateur a su se faire une place de choix depuis quelque temps.

« Depuis deux ans, la France est devenue la deuxième destination européenne des physalis équatoriens. Avec 35 % des volumes exportés, elle se place juste derrière le Canada », se félicite Juan Patricio Navarro, directeur général de ProEcuador France.

Selon la Banque centrale de L'Équateur et les douanes équatoriennes, les exportations de physalis vers la France ont représenté en 2019, un total de 6,73 t pour une valeur de 36,6,M€. Le fruit en frais représente la majorité de ce chiffre d’affaires avec 5,53 t pour 23,18 M€. Le produit existe aussi en sec : 1,2 t pour 13,41 M€.

Importations directes sur la France

Le petit fruit originaire des Andes est cultivé par un millier de producteurs en Equateur organisés en coopératives et en associations. Les exportations sont assurées majoritairement par cinq entreprises équatoriennes (Produtankay CIA. LTDA, Golden Sweet Spirit,  Terrafertil (Nestle) , Austrofood, F.L.P. Latinoamerican Perishables del Ecuador S.A., et PEBSA). A l’importation, on retrouve Barnier, Exo-Ser, PSL France S.A., Prosol Achats et Agrosourcing.

« Nous avons travaillé à nous défaire de l’intermédiation logistique néerlandaise, explique Juan Patricio Navarro , aujourd’hui, nos physalis frais passent par l’aéroport Charles-de-Gaulle et le produit séché par Port Coussol/Fos-sur-Mer. Nous gagnions sur le transit time et sur les coûts ». 

Bien que le physalis reste assez méconnu en France, « ce fruit a un grand potentiel car il est riche en vitamines et minéraux et les Français sont de plus en plus sensibles à la consommation de produits naturels et de haute qualité. Et les modes de consommation sont divers : frais, confiture, ingrédient dans un plat, snack… », explique Juan Patricio Navarro.

Réflexion sur le bio et travail avec les importateurs

La pandémie de Covid-19 a eu des impacts importants dans tous les registres de l’économie, et sur les capacités de promotion aussi : « Nous ne prévoyons pas de campagne spécifique cette année, affirme Juan Patricio Navarro, en revanche, nous allons approfondir notre collaboration avec les importateurs français et aussi avec les acteurs de l’aval ».

Néanmoins, L'Équateur a de fortes volontés : « Nous devons intensifier notre action afin de positionner L'Équateur comme un acteur référent des produits exotiques. Spécifiquement sur le marché français, nous suivons de près le développement du bio ; c’est un défi important qui demandera l’évolution de notre portefeuille produits ». 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Maraîchage : les semis papier à l’essai
La technique des semis papier en maraîchage bio a été expérimentée en 2019 par la station d’expérimentation du Sileban, en…
layani
Stéphane Layani, président-directeur général de la Semmaris : « Défendre le modèle vertueux des marchés de gros »
Effet Covid-19, « train des primeurs », développement en région… Stéphane Layani évoque aussi la réflexion en cours concernant un…
Crues en Lot-et-Garonne : d'importants dégâts encore difficilement évaluables pour les producteurs de fruits et légumes
La crue exceptionnelle de la Garonne en Lot-et-Garonne va compromettre de nombreuses cultures. Les pertes de récoltes de légumes…
Prince de Bretagne lance la vente à la pièce pour le drive
Pour répondre aux nouvelles habitudes de consommation et au drive, Prince de Bretagne lance une offre de légumes vendus à la…
La fraise Label Rouge veut oublier 2020 et mise sur une nouvelle variété pour dynamiser la campagne
Très impactée par la crise en 2020, la fraise Label Rouge espère 2021 sous de meilleurs auspices. Les voyants en production et en…
La pomme de terre primeur de Noirmoutier revient en 2021 avec l’IGP et des emballages sans plastique
Alors que la saison 2021 débute dans un mois, le directeur de la coopérative de Noirmoutier fait le point avec FLD sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes