Aller au contenu principal

Elections présidentielles
« Pas un seul euro de plus mais qu’on nous laisse produire ! »

Le Collectif Sauvons les Fruits et Légumes de France appelle le gouvernement « à sortir de la décroissance ».  Il a rappelé les grands enjeux que le prochain gouvernement devra traiter en « 5 ans pour relever des défis existentiels ».

Taille d'un pommier. Photo d'archives
© Réussir SA

A quelques jours de la nomination d’un prochain gouvernement, le Collectif Sauvons les Fruits et Légumes de France a rappelé -le 10 mai- quelques grands enjeux que le prochain gouvernement devra traiter « sous peine de voir disparaître à moyen terme nos exploitations fruitières et légumières ».

La demande est “simple” : « L’élaboration d’un plan de souveraineté français et européen Fruits et légumes est un signe positif du gouvernement. Cependant, les producteurs avertissent qu’ils ne se contenteront pas de mesures conjoncturelles et que des mesures financières ne résoudront que très partiellement leurs difficultés. Au final, ils ne demandent pas un seul euro de plus à l’Etat, mais simplement qu’on les laisse produire ! »

 

Un déficit de la balance commerciale qui se creuse

Le Collectif a dénoncé une balance commerciale en net déficit et des surfaces de productions en chute libre. La balance commerciale, hors vins et spiritueux, se situe à -4,6 Md€ en 2019, dont -3,2 Md€ pour les produits à base de fruits et légumes.

Selon le Haut-Commissariat au Plan, la surface de l’ensemble du verger français (environ 171 000 hectares en 2019) a diminué de plus de 12 % par rapport à l’année 2000 (environ 195 000 hectares). « Pour les vergers de certains arbres fruitiers, le recul des surfaces cultivées est même plus important : -29 % pour les pommiers depuis 2000, -34 % pour les cerisiers, -52 % pour les poiriers et -59 % pour les pêchers et nectariniers. »  Pour les légumes, la perte des surfaces de production est de -13 % en 20 ans.

« Si la crise ukrainienne a permis de remettre l’enjeu de notre souveraineté alimentaire au cœur du débat public, les producteurs attendent des pouvoirs publics qu’il soit réellement traité en profondeur et non oublié sitôt la crise réglée. La courbe de notre déficit commercial agricole doit s’inverser dans les cinq ans à venir ! », exige le Collectif.

 

Surtransposition des normes européennes et problématique de main d’œuvre

Le Collectif a aussi regretté les fausses promesses électorales quant à la fin des surtranspositions des normes européennes. « Les derniers mandats présidentiels ont vu se succéder les interdictions d’usage à une vitesse frénétique. 40 % des usages en arboriculture sont désormais qualifiés d’orphelins, c’est-à-dire sans solution de protection existante ou homologuée. La révision de l’arrêté Abeilles, doublée de la création récente de juridictions environnementales placent les producteurs dans une insécurité juridique et personnelle totale. Quels autres pays européens ont adopté de telles réglementations ? »

Double peine, avec la double exigence du toujours mieux et moins cher. Mais comment être compétitif avec des coûts de main-d’œuvre 60 % plus élevés qu’en Pologne, 22 % plus élevés qu’en Allemagne, 94 % plus élevés qu’au Maroc ? s’interroge le Collectif. « La reconduction du dispositif d’allègement de charges TO-DE annoncée par le candidat Emmanuel Macron est évidemment une bonne nouvelle mais loin d’être suffisante. »

La plupart des filières souffrent également de très fortes tensions de recrutements. Et comment peut-on convaincre des jeunes de s’engager dans la filière dans un tel contexte d’agribashing et de réglementation changeante ?

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Quelles sont les clés de réussite du rayon fruits et légumes, selon Olivier Dauvers ?
Lors de Medfel 2022, l’expert en grande consommation Olivier Dauvers a présenté les clés de la réussite du rayon fruits et…
« Avec peu de surfaces de framboisiers, on peut obtenir une bonne rémunération rapide », témoigne David Gery, enchanté par sa nouvelle activité.
En Corrèze, un éleveur bovin se diversifie avec la culture de framboises
En Corrèze, David Gery a réussi la diversification de son exploitation en devenant avec succès éleveur et producteur de…
Un nouveau président à AOPn Tomates et Concombres de France
L’AOPn Tomates et Concombres de France a été hier un nouveau président : Jean-Pierre La Noë.
Producteurs de fruits et légumes, ils parlent de leur métier sur les réseaux sociaux
Mickaël Mazan et Pauline Steinmetz montrent sur les réseaux sociaux « la réalité du terrain » de leurs métiers de producteur de…
[Medfel 2022] Comment Arnaud Montebourg compte révolutionner et restructurer une filière d’amandes françaises
La Compagnie des Amandes a expliqué comment elle compte rémunérer ab initio les producteurs partenaires et a fait le point de ses…
L’installation agrivoltaïque de la Sefra sera le premier site pilote de grande échelle en vallée du Rhône. Objectif : affiner les données utilisées par l’intelligence artificielle pour piloter les persiennes sur vergers.
Drôme : 3 hectares de vergers couverts de persiennes solaires mobiles
Le programme d’expérimentation d’agrivoltaïsme suivi par la Sefra qui démarre pour au moins cinq ans vise à évaluer l’efficacité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes