Aller au contenu principal

Bio
Natexpo 2022 : comment Sébastien Loctin et En Vérité militent-ils pour toujours plus de transparence dans les marques agro ?

Pour FLD, Sébastien Loctin revient sur le pourquoi de son combat et les travaux en cours au collectif En Vérité. Attentes consommateurs, études d’impact, lobby chez les décideurs publics…

Biofuture, comme le collectif En Vérité dont elle est à l'initiative, revendique plus de transparence vers le consommateur en termes d'origine, d'ingrédients, et d'impacts environnemental et sur la santé.
© Julia Commandeur - FLD

Sébastien Loctin, le charismatique patron de Biofuture, entreprise de transformation bio d’huiles, condiments et sauces, milite depuis toujours pour une meilleure alimentation. Jugeant que l’éducation passe par l’information et l’accès à cette information, Sébastien Loctin a fondé le collectif En Vérité en décembre 2021, désormais association depuis janvier 2022.

 

 

62 marques et 12 Md€ de chiffre d’affaires cumulé qui n’ont pas d’obligation de communiquer mais qui s’engagent à pousser les initiatives

A date, 62 marques ont rejoint le Collectif. L’objectif est de rassembler des marques agroalimentaires pour communiquer sur les packagings et de revendiquer 4 indications essentielles : l’origine, l’impact sur la planète (type d'agriculture), l’impact sur la santé (valeur nutritionnelle), et les additifs.

Pas d’obligation à l’heure actuelle de communiquer sur ces 4 critères –« cela serait se tirer une balle dans le pied face aux concurrents ne faisant pas partie du collectif et moins bien-faisants ». Mais les marques signent une charte d’engagement, les engageant à appliquer des référentiels communs le jour où ils seront obligatoires, et à ne pas s’opposer aux initiatives des politiques. « Cela les pousse aussi à être plus vigilantes et à plus se mouiller envers les politiques. Je suis confiant. Les politiques vont nous suivre, pour une fois qu’on propose de légiférer autrement qu’en interdisant et avec le soutien de 62 marques significatives, représentant en cumulé un chiffre d’affaires de 12 Md€… ».

 

Référentiels d’impact environnemental : une étude en cours sur les attentes des Français

En Vérité va lancer une étude sur les attentes des Français en matière d’impact environnemental des produits qu’ils consomment. Résultats attendus pour fin octobre. En parallèle, les consommateurs seront interrogés sur des référentiels existants (Eco-score, Planet-score, version 2 en préparation de l’Eco-score…) afin que le Collectif puisse le cas échéant se positionner sur un référentiel environnemental.

En Vérité participe aussi aux travaux sur la version 2 du Nutri-score, afin d’y « rentrer le critère de l’ultra-transformation ».  Une troisième phase de travaux au Collectif concernera l’origine.

 

Pourquoi les Français ne se nourrissent-ils pas mieux ? « Une question d’accès oui, mais à l’information et non au prix »

D’où vient En Vérité ? Sébastien Loctin revient sur son combat : « On attend des consommateurs qui n’ont pas les moyens de payer pour une alimentation de meilleure qualité. Or, il y a en France 5 millions de cadres qui pourraient se le permettre, c’est-à-dire que 30 à 40 % de la population française est en capacité de mieux se nourrir : par le bio, par les pratiques agroécologiques, en soutenant les paysans français, les produits de PME locales plutôt que des multinationales, en favorisant les produits plus bruts au lieu des produits ultra-transformés… Pourquoi ils ne le font pas ? Ce n’est pas une question de prix, mais d’éducation : quelle valeur accorder à ce que l’on mange ? C’est pourquoi je milite pour une éducation alimentaire plus juste. Et l’éducation passe par une information plus claire et accessible. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Flambée des coûts de l’énergie : en péril, les entreprises de la filière fruits et légumes demandent un bouclier énergétique spécifique
Interfel a réuni la presse ce jeudi 22 septembre afin que les professionnels témoignent de l’impact de la hausse des coûts de l’…
Avis de tempête pour l’exportation espagnole de fruits et légumes
Acteur de premier plan dans la production et l’exportation de fruits et légumes, l’Espagne connaît, à l’instar de ses collègues…
Salades : l’inflation aura-t-elle des conséquences sur la consommation ?
Si la consommation de salade continue d’augmenter dans le monde, les producteurs français s’inquiètent de l’inflation qui…
Flambée des coûts de l'énergie : la région Hauts-de-France se mobilise pour les endiviers, filière en péril
La flambée des coûts de l’énergie met en péril le modèle économique des endiviers des Hauts-de-France et la pérennité de la…
Comment Daco Bello compte garder sa place dans un secteur du fruit sec en croissance
Daco France fait le point sur sa marque Daco Bello, son évolution, sa stratégie, les nouveautés, la tendance de consommation très…
Ail de France : un potentiel en baisse et de sérieux problèmes de qualité
Les volumes d’ail hexagonaux seront moindres cette année. La faute à la sécheresse qui impacte fortement la qualité du produit.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes