Aller au contenu principal

Mathieu Lancry (coopérative Norabio) : « La contractualisation avec Biocoop permet d’éviter toute spéculation »

Marché du bio, impact de la Covid-19, et produits équitables : Mathieu Lancry, président de Norabio et administrateur de Biocoop, a répondu à l’Association française des journalistes agricoles et alimentaires.

Mathieu Lancry
"Ce n’est pas que le bio soit plus cher, c’est que le prix du conventionnel est inférieur parce qu’il n’intègre pas ses différents impacts environnementaux. Si c’était le cas, le conventionnel serait plus cher que le bio", affirme Mathieu Lancry, président de Norabio et adaministrateur de Biocoop.
© Philippe Gautier - FLD

L’Association française des journalistes agricoles et alimentaires (Afja) a convié Mathieu Lancry, président de la coopérative Norabio et administrateur Biocoop, a une visioconférence le 13 novembre. Il a fait le point sur le marché. Ce fut l’occasion de recueillir la vision d’un fournisseur en légumes bio, qui assure près de 60 % de son chiffre d’affaires avec l’enseigne.

Impact des confinements

L’année 2020 est marqué par la crise de la Covid-19 qui a entraîné deux confinements. Deux périodes qui ont vu des résultats différents.

« Durant le premier confinement, nous avons assisté à des hausses de demandes allant jusqu’à 50 %, voire 100 % sur certaines catégories de produits, précise Mathieu Lancry, cela a pu être parfois difficile à suivre au niveau logistique : nos ateliers de conditionnement ont tourné 24 heures sur 24. Et il a fallu juguler la possible pression sur les prix : un consommateur n’a pas à payer plus cher un produit qui est disponible. La contractualisation avec Biocoop permet d’éviter toute spéculation ». Le deuxième confinement, entamé cet automne, bouscoule moins la donne : « La progression est beaucoup plus mesurée, entre 10 et 15 % ». 

Biocoop a développé une offre pour la restauration collective (Biocoop Restauration) qui concerne 6 000 clients (pour un équivalent de 5,4 millions de repas en 2019). Celle-ci a été impacté lourdement par la crise. « Nous sommes dans une vraie impasse et à court terme les perspectives sont plutôt sombres, reconnaît Mathieu Lancry, cependant, l’augmentation des ventes en magasins a compensé largement l’arrêt de la restauration collective ».

Légumes bio : le plafond de verre atteint ?

Selon Kantar, la part de marché des légumes frais bio a stagné depuis un an (9,8 % en septembre 2020, similaire à 2019). Comment l’expliquer : l’indice prix serait-il trop haut ? La concurrence d’autres démarches se ferait-elle sentir ? « Concernant le prix, ce n’est pas que le bio soit plus cher, c’est que le prix du conventionnel est inférieur parce qu’il n’intègre pas ses différents impacts environnementaux. Si c’était le cas, le conventionnel serait plus cher que le bien », assure Mathieu Lancry.

Sur la construction du prix, le président de Norabio considère qu’une meilleure efficience, surtout en termes logistiques permet de de réduire le prix in fine.

Si Mathieu Lancry reconnaît que « les démarche HVE, ZRP [Zéro résidu de pesticides,NDLR] etc. sont entrées dans le champ de vision et le consommateur semble s’orienter vers elles », il ajoute cependant que « Cela n’a pas trop d’impact chez nous qui assurons près de 60 % de notre activité avec Biocoop. A nous de faire comprendre aux consommateurs que le ZRP n’est pas synonyme d’absence de traitement ».

Surgelés et produits équitables : deux marchés à conquérir

En revanche, Mathieu Lancry confirme la forte volonté de Biocoop de développer les produits équitables (qui représentent aujourd’hui 24 % de la gamme), surtout en Nord-Nord, en s’appuyant sur le Label « Bio Equitable en France » lancé récemment avec Etiquable. Plusieurs groupements fruits et légumes sont engagés dans la démarche : « L’idée est de basculer ensemble sur le nouveau label, certainement au printemps prochain. L’objectif est que le label représente 35 voire 40% de l’offre totale de Biocoop », explique Mathieu Lancry, qui confirme par ailleurs que ce label viendra remplacer la marque dédiée de Biocoop, « Ensemble ».

Autre axe de développement pour Norabio, la transformation : « La demande en surgelés est forte, surtout en MDD. C’est un marché à conquérir, concède-t-il, L’objectif est de se détacher de la mainmise des surgélateurs (semences, suivi variétal…), de ne pas refaire ce qui s’est passé pour le conventionnel ». Selon Kantar, les légumes bio représentent pratiquement 10 % de l’offre globale des surgelés aujourd’hui.  

Trois ans de conversion... « nécessaires »

Autre sujet, le plan Agirfood, présenté récemment par Open Agrifood, propose de raccourcir la phase de conversion au bio de 3 ans à 2 ans. Pour Mathieu Lancry, « la transition de trois ans participe à la structuration de l’offre. Il est possible de voir l’évolution prévisible des volumes et de s’adapter en conséquence. Parfois, nous connaissons des soubresauts dans l’offre qui peuvent atteindre entre 15 % et 20 % d’augmentation sur certains produits, et c’est ingérable ».

C’est aussi une question de cohérence : « Les consommateurs ne comprendraient pas que l’on abaisse ainsi la période de transition. Biocoop propose déjà des produits issus d’exploitations en deuxième année de conversion », conclut Mathieu Lancry.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le marketing alimentaire peut-il être "responsable" ?
Comment impulser une démarche responsable dans le secteur agroalimentaire ? Le marketing alimentaire peut-il être responsable ?…
« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Du bio et des allégations “sans” aux labels Climat : les nouvelles priorités du consommateur
Le consommateur veut désormais plus que du bio. La crise de la Covid-19 et le changement climatique ont accéléré les nouvelles…
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Asperge : une campagne 2020 atypique qui a recruté de nouveaux consommateurs
Des volumes d'asperges commercialisés en baisse, mais une consommation en hausse, à conforter en 2021 par des…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes