Aller au contenu principal

La lutte contre les punaises mobilise l'expérimentation fruitière

La recrudescence des dégâts de punaises dans les cultures concentre l’attention de la recherche – expérimentation. Le GIS Fruits a organisé fin mars un webinaire consacré à cette problématique en arboriculture.

La punaise diabolique Halyomorpha halys fait l'objet d'expérimentations sur son piégeage. © J.C. Streito
La punaise diabolique Halyomorpha halys fait l'objet d'expérimentations sur son piégeage.
© J.C. Streito

La problématique des punaises phytophages a pris beaucoup d'ampleur ces dernières années pour les producteurs de fruits et légumes. La recherche et l’expérimentation se sont emparées du sujet à bras-le-corps pour leur fournir des solutions. Le projet Impulse en est un exemple pour les cultures légumières. Dans les filières fruits, un groupe de travail du GIS Fruits est consacré à la problématique punaises en arboriculture et travaille notamment à lancer de nouveaux projets de recherche et développement. Un webinaire organisé par le GIS Fruits fin mars a fait un panorama des espèces causant des dégâts en arboriculture et présenté les différentes actions en cours. Si des espèces de punaises phytophages ont toujours causé des dégâts dans les cultures, des espèces émergentes sont actuellement responsables de nombreuses pertes en verger : Gonocerus acuteangulatus, Halyomorpha halys, Palomena prasina

Des projets sur noisetier et fruits à pépins

Alexandre Bout (INRAE) a évoqué l’utilisation de parasitoïdes oophages pour le contrôle biologique des populations de punaises. Plusieurs espèces du genre Trissolcus sont candidates, parmi lesquelles Trissolcus japonicus, capable de parasiter localement de 50 % à 90 % des œufs d’Halyomorpha halys en Chine. « Cet hyménoptère non présent en France a reçu une autorisation d’introduction en milieu confiné pour les études d’INRAE, indique Alexandre Bout. Une évaluation est en cours pour une éventuelle autorisation d’introduction en milieu naturel, demandée par INRAE et l’Association nationale des producteurs de noisettes. »

A lire aussi : Fiche : les punaises phytophages Lygus et Nezara

Dans cette filière, les attaques de punaises sont en augmentation. Le projet Replik vise à développer des solutions de gestion des plantes pour réduire les dégâts de ces ravageurs dans les vergers de noisetiers. Bertrand Alison (CTIFL) a décrit les essais du projet Supor, qui concerne les vergers de pommiers et poiriers. Enfin, Nicolas Drouzy de la Chambre d’agriculture Savoie Mont-Blanc a détaillé les différentes expériences menées sur le piégeage d’Halyomorpha halys, avec l’objectif à terme de structurer un réseau national de surveillance.

Retrouvez les présentations du webinaire sur le site du Gis Fruits.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes