Aller au contenu principal

(MAJ) Ce que à quoi devrait ressembler Agoralim, la future nouvelle place alimentaire du Nord de l'Ile-de-France

Les projets retenus pour l’aménagement du site au nord de la région Ile-de-France couvrent un large spectre. Stéphane Layani, président de la Semmaris,  souligne l'originalité de l'appel d'offre.  

© Agoralim

La Semmaris, gestionnaire du marché international de Rungis, est en charge du reploiement d’une large zone au nord de l’Ile-de-France, dans le Triangle de Gonesse. En juillet dernier, un appel à projets avait été lancé. 234 contributions ont été enregistrées et analysées par le comité d’experts du projet, présidé par Jacques Attali, consulté pour avis.

Agoralim s’installera sur quatre sites principaux dans le département du Val d’Oise : Gonesse (production agricole, légumerie et formation) ;  Goussainville (carreau des producteurs et distribution) ; Roissy-en-France (cuisine centrale et transformation) et Bonneuil-en-France (logistique du dernier kilomètre). Ce projet représente un investissement cumulé de 1,4 milliard d’euros, à parité entre les activités directement portées par la Semmaris et l’écosystème porté par l’Etat et les autres partenaires publics et privés. Le projet devrait permettre la création de 4.000 à 5.000 emplois.

« Pas la Semmaris seule dans son coin »

« L’originalité de cet appel d’offre a été de travailler en co-construction avec tous les acteurs de terrain : communes, agriculteurs, associations, chambres consulaires, entreprises… Ce n’est pas la Semmaris seule dans son coin. Aussi notable est le nombre de contributions enregistrées, 234, qui ont toutes été étudiés par le comité d’experts présidé par Jacques Attali, pour qui, l’objectif était de promouvoir les idées permettant de mettre en œuvre les solutions et de relever le défi de l’alimentation du 21ème siècle » explique Stéphane Layani, PDG de la Semmaris. Cinq thèmes étaient retenus pour l’appel d’offre : agriculture et agroalimentaire, logistique urbaine et durable, emploi et formation, bien manger et sites d’implantation.

« Les thèmes agriculture et logistique sont ceux qui ont concerné le plus de contributions. Le thème « sites d’implantation », qui consiste à implanter un projet en partie sur des terrains déjà artificialisés, dans un périmètre de 10 km autour du Triangle de Gonesse, un peu moins. Par ailleurs, nous avons noté que 26% de l’ensemble des projets provenaient d’acteurs publics et 21% d’associations » souligne Stéphane Layani. Les dix projets retenus vont avoir la possibilité de définit les modalités de partenariat avec la Semmaris qui les accompagnera : « accompagner de façon flexible, il existe plusieurs modalités différente qui peuvent être mises ne œuvre » insiste le PDG de la Semmaris.

© Agoralim

Dix projets ont été retenus

  • Création de 100 fermes maraîchères par La Ceinture Verte
  • Création d'une plate-forme de distribution et de transformation pour l'aide alimentaire par ANDES
  • Utilisation de la future Ligne 17 du Grand Paris en co-modalité voyageurs et marchandises par Logicités
  • Développement des livraisons de nuit en proximité des zones denses urbaines par Certibruit
  • Programme académique pluridisciplinaire autour de l’alimentation durable – Schoolab
  • Programme mêlant des étudiants de plusieurs écoles complémentaires - Essec, Centrale Supélec, Strate Ecole de Design, La Sorbonne et Agro Paris Tech - au service d’entreprises du territoire
  • Partenariat entre l'Education Nationale et les acteurs de la formation sur le territoire pour sensibiliser et créer des vocations chez les habitants – Ville de Gonesse
  • Implantation de l’Ecole de la Transition Ecologique
  • Passerelles entre les métiers de l'alimentation durable - Restau'Co
  • Cité de la démocratie alimentaire, projet porté par la Ville de Gonesse, la Ville de Goussainville et les CCI Paris Île-de-France et Val d’Oise

D’autres propositions digne d’intérêt

Le comité a par ailleurs décerné des mentions spéciales à plusieurs projets qui pourront être intégrés à la réflexion plus globale de la programmation d’Agoralim. Elles présentent toute une vision globale et transverse du projet, constituant un apport essentiel à sa programmation, et une complémentarité par rapport à ce qui a été déjà retenu.

En ce qui concerne l’aval de la filière, on pourrait retenir les propositions suivantes :

  • Agro-Airport par Aéroports de Paris : installations destinées au stockage et à la transformation des produits agricoles par les entreprises agro-alimentaires de l'aéroport, avant de les acheminer sur la plate-forme pour l'assemblage et livraison finale.

 

  • Mise en place d’un circuit-court paysans en Ile-de-France – Delinosa

 

  • Développement d'un outil supply éco-conçu et éco-responsable proposé par La Coopération Agricole : Cet outil porte sur l’amont et l’aval d’une filière de Produits Frais au Nord de Paris incluant un entrepôt HQE 4.0, un système d’écoemballages et une organisation de transport multimodale.

 

  • Projet de création d’un hub alimentaire multi produits par le Conseil départemental du Val d'Oise et le Comité d’agglomération Roissy Pays de France.

  

  • Drive fermier pour les habitants du territoire de la Métropole du Grand Paris : mise en place de consignes (réfrigérées ou non) où les agriculteurs peuvent déposer des produits locaux et de saison en fonction de leur production.

 

  • Création d’une cuisine collaborative par Tiptoque dans laquelle des Chefs Restaurateurs pourraient transformer les matières premières locales afin de proposer une solution de restauration qualitative aux entreprises et aux particuliers du Val d’Oise.

 

  • Installation d'un pressoir anti-gaspi par Moi Moche et Bon : il permettra de transformer sur place les produits non-calibrés ou encore les surplus de production. Le projet s’accompagne d’une revalorisation des restes via la méthanisation ou la production d’engrais.

 

L’appel à idée constitue une première phase de concertation et la Semmaris poursuivra la démarche de co-construction lors de toute la phase d’élaboration puis de réalisation de ce projet. Elle engagera prochainement des échanges avec les acteurs qui ont été retenus afin de travailler sur les modalités de mise en œuvre.  Et de rappeler que « les résultats de l'appel à idées ne préjugent en rien des possibilités de collaboration avec l'ensemble des participants à l'appel à idées ».

 

Les plus lus

Pomme de terre : Douar Den se donne les moyens pour se développer
La société coopérative bretonne vient d’augmenter son capital social afin de pérenniser son activité dans un période troublée…
Pommes : pour Daniel Sauvaitre (ANPP), revaloriser de 0,20 € le kilo n'est pas inaccessible vu les prix depuis trois ans
Le geste des producteurs de pommes le 14 janvier pourrait préfigurer d’autres actions, possiblement plus « musclées », si leur…
Distribution : quel approvisionnement fruits et légumes pour la nouvelle enseigne Toujust ?
 FLD s’est entretenu avec Fabrice Gerber, fondateur de la nouvelle enseigne Toujust, à l’occasion du salon Sirha de Lyon. Il…
Des vergers de pommiers arrachés pour dénoncer les prix d'achat producteur
Des opérations d'arrachage de vergers de pommiers ont eu lieu dans toute la France le 14 janvier. La filière pomme réclame une…
Pourquoi la filière framboise intègre l’AOPn Fraises de France
L’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) fait désormais partie de l’AOPn Fraises de France. Les raisons de…
Des isotopes stables présents dans les fruits et légumes peuvent être caractéristiques du terroir de production.
Lutte contre la francisation : à la recherche de marqueurs du terroir de production des fruits et légumes
Prouver l’origine du lieu de production d’un fruit ou d’un légume par des analyses scientifiques irréfutables, serait un moyen…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes