Aller au contenu principal

Stocks
Le retournement de cette fin de campagne a des explications rationnelles

Après avoir annoncé un stock nettement supérieur à la moyenne fin avril, l'UNPT avance plusieurs raisons à sa disparition brutale. La forte demande industrielle en serait la principale raison.

En janvier, rares furent ceux qui pouvaient prédire un retournement du marché de la pomme de terre en cette fin de campagne. Selon Alain Dequeker, administrateur UNPT, la fonte des stocks et la raréfaction de tubercules de qualité en cette fin de campagne ont leurs explications. Une conjonc-tion de différents facteurs a abouti à l'épurement d'un stock qu'on évaluait beaucoup plus important qu'à l'accoutumée. Fin avril, l'UNPT évaluait le stock en exploitation à 800 000 t : c'était 46 % de plus que la moyenne des cinq dernières campagnes (2010-2014). Selon elle, il existe des explications rationnelles à « la fonte du tas français de pommes de terre ». Il y a eu d'abord une augmentation de la tare de l'ordre de 2 % (environ 120 000 t/an). Autre facteur : les calibres non commercialisables à l'export (les moins de 45 ou de 50 mm) n'ont pas été valorisés et dirigés vers la méthanisation ou l'aliment du bétail.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le marketing alimentaire peut-il être "responsable" ?
Comment impulser une démarche responsable dans le secteur agroalimentaire ? Le marketing alimentaire peut-il être responsable ?…
« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Mathieu Lancry
Mathieu Lancry (coopérative Norabio) : « La contractualisation avec Biocoop permet d’éviter toute spéculation »
Marché du bio, impact de la Covid-19, et produits équitables : Mathieu Lancry, président de Norabio et administrateur de Biocoop…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

Les carottes de Noriap sont mises en marché par Kultive sous la marque "Carottes Ch'tis".  © Noriap
Noriap se lance dans la carotte pour le marché du frais
Après un test considéré comme concluant par la coopérative picarde, les surfaces sont appelées à doubler pour la prochaine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes