Aller au contenu principal

Marché de gros
Le Min de Châteaurenard voit son avenir en grand

Plus de 130 000 m2 de nouvelles installations à à l’horizon 2021 : c’est dans un projet colossal que s’est engagé le Min provençal avec la ferme intention de devenir, à terme, le « Rungis du Sud ».

Le marché de gros de Châteaurenard, un des plus anciens dans le pays, est différent de la plupart des autres Min en France : il est en premier lieu un marché de producteurs et c’est sur cette place que chaque jour en saison se confrontent l’offre et la demande en fruits et légumes, ce qui est le fondement même du rôle d’un marché de gros. Et il est le reflet aussi du dynamisme de la filière : c’est là où l’on retrouve l’ail violet de Piolenc ou les superbes tomates de pleins champs d’Eyragues. Cependant, le marché, en centre-ville, est appelé à se déplacer en périphérie et à prendre une nouvelle conformation en pôles (transports, bio…) répartis sur plusieurs zones (Les Iscles, Configne, Grands Vignes) dont certaines dans des communes adjacentes (Noves). Le projet, porté par le député Bernard Reynes, président du MIN, a reçu l’appui à la fois du conseil départemental des Bouches-du-Rhône (28 M€) et de la région Sud-PACA à hauteur de 20 M€. Soit le tiers de l’investissement total. Il est aussi très débattu depuis sa genèse.

La volonté de déplacement du marché tient d’un constat clair : sa fréquentation historique, les producteurs, est en baisse régulière (-66% en 20 ans), dû au changement de pratiques commerciales mais aussi du recul des exploitations dans la région. « La nouvelle implantation ferra du marché de Châteaurenard-Provence un véritable hub agricole et agroalimentaire » explique Jérémie Becciu, directeur du marché qui détaille les prochaines évolutions : « un carreau couvert et doté de quais pour les producteurs sera en place à l’horizon 2020. D’autre part, la zone, qui couvrira 100 000 m2, comprendra aussi deux pavillons pour les grossistes, un pavillon dédié à la production provençale, un bâtiment pour les détaillants (une spécificité du marché) ... » Le choix de Biocoop de construire sa plateforme de 25 000 m2 (ouverture en 2019) dans le périmètre de ce hub (Noves) a été une bonne nouvelle pour les porteurs du projet qui prévoit de construire de nouvelles infrastructures pour créer un pôle Bio. De plus, le pôle logistique (dans la zone des Iscles) couvrira 30 000 m2 dès 2019 ; déjà les transports JH Mesguen y terminent leur nouvel entrepôt.

Le Min de Châteaurenard en quelques chiffres

Date de création : 1959

Chiffre d’affaires : 250 M€

Tonnage annuel : 100 000 t (65 000 t en légumes, 35 000 t en fruits)

Nombre d’opérateurs sur place : 1000 producteurs, 5 expéditeurs, 15 grossistes et négociants, 7 détaillants, 7 transporteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes