Aller au contenu principal

Recherche : des chiens entraînés à détecter des maladies en verger

Le formidable odorat des chiens peut servir à détecter les maladies, rapidement et avec une grande précision. Y compris en arboriculture, comme le montrent les travaux de chercheurs américains.

Ils sont capables de détecter des explosifs, de la drogue et même des cancers… Alors pourquoi pas les maladies des plantes ? Les chiens sont dotés d’un odorat extrêmement développé. Ils possèdent jusqu’à 300 millions de récepteurs olfactifs, un nombre suffisant pour sentir une goutte de sang dans un volume équivalent à vingt-cinq piscines olympiques. Partant de ce constat, des chercheurs américains ont débuté en 1999 des travaux financés par l’USDA (ministère de l’Agriculture des Etats-Unis) sur la détection précoce du chancre bactérien des agrumes par des chiens. Avec grand succès, puisque les chiens entraînés étaient capables de détecter la présence ou l’absence de cette maladie avec une exactitude de 99 % dans des vergers de Citrus nouvellement plantés où entre 1 et 5 % des arbres ont été inoculés avec la bactérie. Le taux d’exactitude de la détection a été de 98 % dans des vergers de Citrus en production. Outre l’efficacité de cette méthode de détection originale, l’un de ses gros avantages est sa vitesse. « C’est beaucoup plus rapide qu’un test en laboratoire, affirme Tim Gottwald, phytopathologiste au laboratoire de recherche horticole de Floride, qui dirige les travaux. Il ne faut qu’une seconde au chien pour savoir si l’arbre est infecté. Si c’est le cas, il se met à l’arrêt devant l’arbre et s’assied. Et pour seule récompense, il n’a besoin que de jouer avec une balle. » Pour analyser un verger de 4 ha, entre 53 mn et 104 mn ont été nécessaires, suivant le niveau de présence de la maladie.

Une détection possible très tôt après l’infection

Les essais en verger de production ont été réalisés sur environ 10 000 arbres. Des techniciens ont observé les feuilles de chaque arbre afin de vérifier la présence ou l’absence du chancre. Souvent, les chiens ont marqué l’arrêt devant des arbres que les techniciens avaient considérés comme non infectés car ils ne présentaient pas de symptômes. Les analyses PCR ont par la suite montré que les chiens avaient raison dans la plupart des cas. « Les chiens pouvaient donc faire en quelques secondes ce que des humains faisaient en plusieurs minutes, et avec une bien meilleure efficacité », résume la revue Citrograph Magazine dans un article consacré au sujet. « Ils peuvent détecter la maladie très tôt après infection, ce que ne peut pas faire la PCR, note Tim Gottwald. La détection peut aussi se faire en hiver, pendant la dormance des arbres. » Des essais ont également été menés en station fruitière, sur des pamplemousses emballés, avec la présence d’un pamplemousse infecté dans certaines boîtes. Là aussi, le taux d’exactitude de la détection a été excellent (98 %), sauf dans les cas où les températures étaient trop élevées. En effet, les chiens détectent mieux les odeurs par temps frais, lorsqu’elles sont moins volatiles. La détection d’une maladie spécifique peut se faire sur des espèces végétales différentes. « Peu importe la plante, si la maladie est la même, les chiens la détectent », assure Tim Gottwald. Plusieurs maladies virales et bactériennes ont été testées. « On n’a pas encore trouvé de maladie que les chiens ne peuvent pas détecter », poursuit le phytopathologiste. D’autres essais ont débuté sur Citrus pour la détection de la maladie du dragon jaune (HLB) mais aussi sur pêcher au Canada, pour la détection de la sharka. Pour le moment, la détection canine reste à l’état de projet. Un nombre limité de chiens ont été entraînés dans le cadre des essais (vingt pour la maladie du dragon jaune, cinq pour le chancre bactérien des agrumes et deux pour la sharka). Tim Gottwald estime le coût d’un entraînement complet, d’une durée de six mois, à 8 000 dollars, et le coût d’un chien entraîné entre 15 000 et 20 000 dollars. Autre limite de la méthode : les chiens ne sont pas entraînés à détecter plusieurs maladies à la fois. Pas parce qu’ils n’en sont pas capables, mais parce qu’il leur manque la parole pour nous dire quelle maladie ils ont repérée…

La détection des insectes plus difficile

Les chiens sont parfaitement capables de détecter des macro-organismes, mais une mise en pratique en verger semble plus compliquée. Dans le cas d’un virus ou d’une bactérie, ce sont en effet toutes les parties de l’arbre qui émettent les composés organiques volatils (COV) de la maladie. Des insectes seraient beaucoup plus difficiles à repérer, car eux seuls émettent ces COV et pas la plante.

 

Les plus lus

Le capteur Burkard permet une détection et un dénombrementdes spores de mildiou dans l’air.
Comment mieux contrôler le mildiou de l'oignon
Le pro­jet Orion a permis de tester plusieurs leviers pour contrôler le mildiou de l’oignon. Les adjuvants jouent un rôle…
« Contre toute attente j’ai rejoint l’aventure familiale dans la pomme de terre et j’y ai découvert un métier riche dont je partage les valeurs »

Joanny Dussurgey, dirigeant de l’entreprise de négoce Select’up, est depuis le 14 mai président du CNIPT pour 18 mois. Pour…

Artichaut : pourquoi l’ouverture prochaine d’une usine de transformation par Prince de Bretagne est une bonne nouvelle pour les producteurs bretons ?

Prince de Bretagne va ouvrir son usine de transformation de l’artichaut breton, à Calmez dans les Côtes d’Armor. A ce jour, il…

« Il n’y aura pas de dérogation pour ces molécules », a confirmé la ministre déléguée, malgré l'insistance des professionnels.
Endive : « il n’y aura pas de dérogation » pour les trois molécules qui vont être retirées, prévient la ministre Agnès Pannier-Runacher

Les producteurs d’endives restent sans solution, ni espoir de dérogation, pour désherber et lutter contre les pucerons, suite…

Pomme : la nouvelle variété Soluna, petite sœur de Pink Lady, et sa robe bordeaux à la conquête du marché français ?

Soluna est une nouvelle variété de pomme sous marque par TopStar. Les Australiens ont réalisé une première saison commerciale…

À la reprise de l'exploitation, Simon Mermet a fait une étude économique avec les conseillers de Sicoly et a été accompagné dans ses choix.
« J'ai repris une exploitation fruitière hors cadre familial »

Depuis quatre ans, Simon Mermet s’est installé, en hors cadre familial, dans les monts du Lyonnais. Une transmission bien…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes