Aller au contenu principal

Bio
Le marché du bio en France, toujours « record » et « dynamique »

Selon les chiffres définitifs de l’Agence bio, le marché a franchi la barre des 9,7 Md€ en 2018. La RHD est particulièrement dynamique.

Le nouveau président de l’Agence bio, Philippe Henry à gauche, et son directeur, Florent Guhl, lors de la conférence le 4 juin.
© Julia Commandeur - FLD

Le nouveau président de l’Agence bio, Philippe Henry, et son directeur, Florent Guhl, ont fait état, le 4 juin, en conférence de presse d’une « nouvelle année 2018 record pour le bio ». Le bio a franchi la barre des 5 % des achats alimentaires des ménages français et le marché représente désormais 9,7 Md€ (+15,7 %), dont 9,139 Md€ d’achats et 555 M€ en RHD (319 M€ en restauration collective et 236 M€ en commerciale). « Le bio se démocratise !, se réjouit Florent Guhl. Ces chiffres montrent bien que s’il y a une offre en face, il y a des achats. Pour la première fois, la RHD (+28 %) est plus dynamique que les achats des ménages (+15,4 %), en écho à la loi EGalim sur la restauration collective et qui est, je pense, une vraie opportunité pour les fruits et légumes ».

La GMS (49 % de PDM) est pour la deuxième année consécutive le circuit de distribution le plus dynamique. Elle est également plurielle « pour s’adapter à la demande » : le drive (+80 % en valeur en deux ans), les magasins de proximité (+60 % en deux ans), etc., et multiplie les services (transformation sur place de pain bio, jus de fruits frais à presser…). Les magasins bio (34 % de PDM) ralentissent un peu la croissance (+8 %), avec tout de même « 300 nouvelles ouvertures de magasins ».

Le top produits est constitué de l’épicerie (23 % des achats) et des fruits et légumes (19 %). Ces derniers ont totalisé 1,703 M€ d’achats en 2018, soit +13,2 %. L’import représente une part de 41 % (en raison surtout des fruits exotiques).

Sur ce point, « les importations sont jugulées par la vitalité de la production française, note Florent Guhl. L’origine France tous produits bio représente 68,9 % du marché, un pourcentage stable comparé à l’année dernière, ce qui est une bonne nouvelle car la croissance du marché bio se fait autant sur l’origine France que sur l’import ».

Le marché bio en RHD est pour la première fois plus dynamique que celui des achats des ménages.

Entendu lors de la réunion Agence Bio

Serres chauffées : l’Agence bio ne prend pas position

L’Agence bio a rappelé qu’elle n’avait pas de position sur le débat “serres chauffées”, au vu de la pluralité des acteurs qui la composent. Philippe Henry, son président, a précisé : « J’ai écouté les débats, et les arguments des uns et des autres ne me semblent finalement pas si clivants. Tous sont dans la modération et je ne doute pas qu’on devrait pouvoir trouver une solution. Mais avec la démocratisation du bio, il va falloir s’attendre à une multiplication de ce genre de débat ».

GMS : des marges et du bio

Quid des marges sur les produits bio en GMS ? « Difficile de savoir, souligne Florent Guhl, directeur de l’Agence bio. On observe un double phénomène : un serrage de marges sur certains produits pour attirer de nouveaux consommateurs et d’autres avec des prix très élevés pour des marges importantes. L’Agence bio va travailler avec FranceAgriMer et l’Observatoire de la formation des prix et des marges sur ce sujet, en espérant avoir des éléments de réponse dans deux ou trois ans. »

Production bio : les fruits et légumes tirent la croissance

Philippe Henry, président de l’Agence bio, note en 2018 un fort développement des surfaces françaises engagées en bio, avec quatre cultures ultradynamiques : les grandes cultures « qui avaient du mal à se développer » (+150 % en surface sur un an), les légumes frais (+80 %) et les fruits (+75 %) « qui sont des produits phares du bio, fortement demandés donc c’est bien que la production rattrape un peu son retard » et la vigne (+40 %). Selon les chiffres définitifs de l’Agence bio, la France compte désormais 41 623 producteurs engagés dans le bio (+13 % sur un an) soit près de 10 % des exploitations françaises, 16 651 transformateurs (+12 %) et 7 114 distributeurs (+41 %).

Fruits et légumes et petfood

Dans les chiffres de l’Agence bio de 2018 définitifs, sortis le 4 juin, les fruits et légumes ont toujours autant la cote. Ils représenteraient 19 % en valeur des achats des ménages. Mais ils se font truster la première place du “top produits” par l’épicerie. Vaste catégorie qui, selon Florent Guhl, est tirée par… la nourriture pour animaux domestiques ! Si les fruits et légumes bio veulent retrouver leur place d’honneur, il faudra désormais qu’ils s’adressent à nos chers compagnons à quatre pattes…

Les plus lus

Parsada : ouverture ce 12 avril d'un appel à projets porté par FranceAgriMer

Initié au printemps 2023, le Plan stratégique pour mieux anticiper le potentiel retrait européen des substances actives et le…

Fraises hors sol cultivées en France
Fraise française : un bon début pour la commercialisation... à poursuivre

En retard par rapport à l’an dernier, la saison de la fraise française a bien commencé d’autant que la fraise espagnole est…

Prix des fraises françaises : il n'est « pas lié aux faibles quantités espagnoles », revendique l’AOPn

Les fraises espagnoles sont pour le moment quasi absentes de nos étals français. Pourtant, ce n’est pas cette absence ou cette…

PNR BARONNIES PROVENCALES
L’IGP Abricot des Baronnies sur la rampe de lancement

L’abricot des Baronnies, qui attendait ce printemps la toute dernière validation de son IGP, est d’ores-et-déjà en ordre de…

production de chou-fleur en Bretagne
Sica Saint-Pol de Léon : un chiffre d'affaires en hausse malgré les intempéries et la baisse des volumes

L’année 2023 a été très compliquée au niveau climatique, entraînant une baisse des volumes, mais avec un chiffre d’affaires de…

La production sous grands abris, anecdotique en termes de volumes, permet de former les nouveaux cueilleurs.
« Je n’ai jamais perdu d’argent avec l’asperge »

Dans le Maine-et-Loire, Guillaume Thomas produit de l’asperge sur 16 ha. Le producteur, adhérent à Fleuron d’Anjou, apprécie…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes