Aller au contenu principal

Le marché de Rungis se pare de couleurs exotiques

Produits phares de la fin d’année sur le marché de Rungis, les fruits et légumes exotiques, domaine des importateurs, ont fait leur place chez les grossistes généralistes.

Les fêtes de fin d’année arrivent. Le marché international de Rungis, qui a atteint pour la première fois 9 Md€ de chiffre d’affaires en 2016, met en avant les produits iconiques de cette période particulière. Et à côté des saumons fumés et autres chapons, les fruits et légumes exotiques prennent une place tout à fait particulière. Évidemment, sur le marché de gros comme ailleurs, la définition d’un fruit exotique englobe des produits que l’on peut considérer désormais de consommation courante comme la banane, l’ananas et aussi de plus en plus la mangue. L’extension de leur calendrier de commercialisation les a inclus dans l’offre régulière des opérateurs du marché. Ces trois produits ensemble assurent la majorité du tonnage “fruits et légumes exotiques” du marché : 143 750 t pour la banane (toutes origines), 42 435 t pour l’ananas et 24 717 t pour la mangue (source Semmaris). Les autres produits n’ont pas à rougir pour autant : en 2016, Rungis a ainsi vendu 16 400 t de légumes, tubercules et racines exotiques (patate douce par exemple) et la ligne “fruits exotiques” (qui inclut des produits aussi divers que le mangoustan, la papaye ou le cherimoya) a atteint 25 000 t. Preuve que l’ensemble de ces produits sont en phase avec la demande consommateur, les évolutions entre 2015 et 2016 sont à noter : +15 % pour la ligne “fruits exotiques, +14 % pour l’ananas, le litchi (50 516 t) ou la lime (12 550 t), +7 % pour la mangue, +3 % pour des produits de niche comme les légumes et racines. Ainsi, les fruits et légumes exotiques, sont tellement intégrés dans le quotidien commercial du marché que l’on se penche aussi sur leur valorisation. La start-up “1 001 noyaux”, installée dans l’incubateur Rungis & Co depuis le printemps dernier, travaille sur une alternative à la destruction des produits non commercialisables comme la mangue, en les transformant en huile végétale pour une utilisation dans le domaine de la cosmétique (extraction du noyau de la mangue). Son objectif à moyen terme est de créer une unité de post-transformation et de stockage sur le marché.

Fiche d’identité

Côté chiffres, le marché international de Rungis est domaine des superlatifs. À savoir, la Semmaris a récemment fait savoir que le chiffre d’affaires global a dépassé les 9 Md€ en 2016.

Arrivage (2016) : 1,19 Mt de fruits et légumes

Nombre d’opérateurs f&l : 363 (dont 238 grossistes)

Chiffre d’affaires f&l (2015) : 3,3 Md€, dont 2,8 Md€ (grossistes) et 4,27 M€ (import-export)

Zone de chalandise : 18 millions de consommateurs

À lire aussi

  • Vignette
    Tendance : évolution en ordre dispersé

    Le commerce est resté décevant pour le chou-fleur, l’endive et le poireau, les ventes manqu

  • Vignette
    Perspective : un contexte moins favorable

    La poursuite des vacances scolaires dans deux zones sur trois, dont la région parisienne, et la f

  • Vignette
    Carotte

    Tendance : Les arrachages sont restés difficiles, après les intempéries, et les écarts de

  • Vignette
    Chou-fleur

    Tendance : Le marché est resté peu évolutif, sur l'ensemble de la semaine.

  • Vignette
    Concombre

    Tendance : La saison française s'est mise en place, avec le début d

  • Vignette
    Endive

    Tendance : Le marché est resté morose, ces derniers jours.