Aller au contenu principal

Retour de Sival
Le label Zéro résidu de pesticides en fort développement

A l’occasion du Sival, le Collectif Nouveaux Champs a fait un point sur le label Zéro résidu de pesticides. Opérateurs et espèces augmentent rapidement.

La finalité du Collectif est d’être présent douze mois sur douze en rayon, avec une véritable gamme de produits.
© Collectif Nouveaux Champs

Lancé en avril 2017 par Rougeline puis développé au sein du Collectif Nouveaux Champs, le label Zéro résidu de pesticides est en plein développement. Parti de sept entreprises, le collectif compte aujourd’hui 47 membres représentant 10 % de la production française de fruits et légumes.Vingt-cinq espèces sont déjà labellisées. Plus de vingt autres sont planifiées en 2019 (radis, asperge, artichaut, navet, endive, champignon de Paris...), avec une extension à d’autres produits que les fruits et légumes frais (jus de fruit, blé dur...).

« La finalité du Collectif est de donner plus de puissance au label en rayon, par un effet de gamme et une présence douze mois sur douze, permettant d’augmenter la visibilité, la notoriété et la crédibilité du label », explique Julie Sabourin, responsable qualité et technique du collectif. Cent-deux références sont commercialisées avec le macaron Zéro résidu de pesticides et une PLV spécifique. Des vidéos pédagogiques sont diffusées sur les réseaux sociaux. Des vidéos de producteurs sont en préparation. Deux cents maraîchers et arboriculteurs fournissent des produits labellisés et des centaines d’autres s’y préparent.

Certains producteurs voient aussi dans le label le moyen de valoriser leurs fruits et légumes pendant la période de conversion à la bio, même si ce n’est pas l’objectif du collectif. Développé pour répondre aux attentes des consommateurs inquiets, le label Zéro résidu de pesticides garantit l’absence de résidu des substances actives recherchées, dans la limite de quantification, soit pour la plupart des molécules, une teneur inférieure à 0,00001 g/kg. Pour chaque espèce, des listes de substances actives utilisables et surveillées sont établies. Tous les lots sont analysés par un laboratoire indépendant certifié Cofrac. Et au-delà des analyses, des cahiers des charges par espèce sont élaborés pour la production, les stations de conditionnement et les structures de commercialisation, avec un contrôle par un organisme indépendant.

Sur le terrain, différents moyens sont combinés pour parvenir à un système de culture économe en pesticides de synthèse. Et un suivi d’indicateurs (IFT) sera prochainement engagé pour attester de la baisse de l’utilisation des produits phytosanitaires. « La plupart des enseignes ont aujourd’hui référencé les produits labellisés et le label permet une création de valeur significative », assure Julie Sabourin.

Certains producteurs y voient le moyen de valoriser leurs f&l en conversion, même si ce n’est pas l’objectif.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

PVM Ribégroupe
Le Réseau Ribé accueille PVM dans ses rangs

PVM (Parmentière de la Vallée de la Mauldre) a rejoint Le Réseau Ribé (RibéGroupe) au 1er Octobre. Entreprise…

Sept producteurs drômois relancent la filière amande française
Réunis au sein de la Cuma des 4SA, les producteurs ont investi 750 000 € dans une casserie de taille industrielle afin que l’…
Tech & Bio 2021 a démarré pour trois jours
Le salon Tech & Bio a lieu du 21 au 23 septembre 2021 dans la Drôme. 80 conférences et 100 ateliers sur les techniques…
Emballage plastique : le décret paraît, l’aventure commence…
Cette fois, c’est fait : le décret précisant les modalités de la suppression des emballages plastiques pour les fruits et légumes…
Maroc-UE : la Cour de justice de l’Union européenne annule l’accord agricole qui reste néanmoins « en vigueur pour un certain temps »

Le 29 septembre, la Cour de justice de l'Union européenne a annulé les décisions du Conseil relatives, à l’accord…

Biocoop s’engage dans la filière amande drômoise
En s’engageant en volume et prix pour au moins cinq ans, le distributeur a assuré une visibilité à la Cuma des 4SA, lui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes