Aller au contenu principal

Semences
Le Gnis demeure très vigilant face au projet de nouvelle réglementation européenne

Pour l’interprofession semencière française, catalogue et contrôle de la qualité sous autorités officielles ne peuvent être remis en cause.

 Le nouveau règlement du Parlement européen et Conseil sur la production et la mise en marché de semences a fait beaucoup réagir la profession française réunie au sein Groupement national interprofessionnel des semences et plants (Gnis). Il est issu en partie de l’analyse d’impact qui a été menée au niveau européen. Les résultats de cette consultation ont au moins majoritairement conforté deux points incontournables pour les semenciers français : l’inscription au catalogue (rebaptisé registre des variétés) et la nécessité de contrôles de qualité sous autorités officielles. En revanche, le texte de la réglementation pose un vrai problème pour les semenciers français : il laisse ouvertes toutes les possibilités, ce qui ne permet donc pas de dire si ces deux grands principes seront suivis. D’autant plus que les actes délégués (l’équivalent des décrets) établiront quelles variétés seront concernées, quels types de contrôles seront appliqués.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Victor Lallement et Quentin Blochard ont réhabilité un kilomètre de galerie pour redémarrer la production de champignon dans les mines d'ocre.
Une nouvelle champignonnière bio dans le Vaucluse
Victor Lallement et Quentin Blochard remettent les champignons à l’honneur dans le Luberon en réhabilitant une mine d’ocre pour…
Loire-Atlantique : des producteurs de Vitaprim et Nanteurop créent une OP 100 % bio
Le 1er janvier, une nouvelle OP 100 % bio sera créée en Loire-Atlantique. Objectif : assurer la fiabilité de l’offre en bio et…
Geoffrey et Claire Andna gèrent l’îlot de la Meinau, au cœur de l’agglomération strasbourgeoise, ce qui rend possible les livraisons à vélo.
Maraîchage : Claire et Geoffrey Andna cultivent au cœur de Strasbourg
L’îlot de la Meinau accueille jusqu’à 250 personnes par jour. Ici, aux portes d’un bassin de consommation de 40 000 personnes,…
Malgré le retour à la normale, la consommation responsable se maintient
La 3e édition du baromètre Max Havelaar de la transition alimentaire montre un petit tassement par rapport à 2020 des…
Lou Légumes triple ses capacités de production de champignons
Avec la construction d’une 2e champignonnière en Mayenne, d’une 3e en Haute-Loire, la reprise de Letocart en Loir-et-Cher et une…
L’objectif des coopératives est de convenir d’un accord et des modalités pratiques du projet de rapprochement d’ici mi-décembre 2021, pour une mise en œuvre entre le 1er janvier et le 31 mars 2022.
Océane et Terrena se rapprochent pour structurer leur offre de mâche et jeunes pousses
Le 28 octobre, les coopératives Océane et Terrena sont entrées en négociation pour regrouper leurs producteurs de légumes de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes