Aller au contenu principal

Sud-Est
Le dialogue encadré par Terralia ambitionne de sécuriser la filière transformation

Suite à une enquête de 2011 mettant en exergue les besoins des industriels pour les légumes du Sud, d'hiver et les fruits d'été, Terralia confirme les rencontres producteurs/industriels.

Adapter les outils industriels de première transformation à des procédés répondant mieux aux besoins de la seconde transformation.

Terralia poursuit les rencontres producteurs/industriels afin de construire une filière fruits et légumes destinés à la première transformation dans le Sud de la France. Cette initiative fait suite à l'enquête menée par le pôle de compétitivité en 2011, qui mettait en exergue les besoins des industriels pour les légumes du Sud (3 500 t), les légumes d'hiver (20 500 t) et les fruits d'été (7 400 t). Elle faisait également apparaître la nécessité d'adapter les outils industriels de première transformation existants à des procédés répondant mieux aux besoins de la seconde transformation comme la surgélation. « Nous avons déjà obtenu des résultats concrets, a indiqué Claire Mermet, chargée de mission à Terralia. Il s'agit majoritairement de la mise en place d'une dynamique collective amont-aval et l'engagement à des échanges. Nous avons également constaté un fort développement des outils existants et l'aboutissement de projets qui étaient à l'étude. Par ailleurs Terralia s'est chargé de la mise en relation entre les différents interlocuteurs de la filière qui ont généré des partenariats directs. » Le propos a été illustré par Raphaël Rouvière, président-directeur général de Gielly, producteur-transformateur-distributeur dans le Vaucluse : « La France ne produit pas assez de poivrons pour que les industriels de la première transformation puissent s'appuyer sur les écarts de tri, comme le font les Espagnols. Nous travaillons donc avec la production et la seconde transformation à la mise en place d'une filière poivrons dans le Sud de la France. Tous les obstacles ne sont pas franchis mais nous avançons en amont sur le plan de la contractualisation en volume, prix et planning de production. Mais la contractualisation se met également en place avec les industriels de seconde transformation car le projet ne sera réalisable qu'à cette condition. Nous avons besoin de sécuriser nos débouchés et à l'inverse, l'aval doit sécuriser son approvisionnement. Il y a convergence d'intérêts. » Le projet de Gielly sera bouclé en février pour un éventuel démarrage de la production en juillet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le marketing alimentaire peut-il être "responsable" ?
Comment impulser une démarche responsable dans le secteur agroalimentaire ? Le marketing alimentaire peut-il être responsable ?…
« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Du bio et des allégations “sans” aux labels Climat : les nouvelles priorités du consommateur
Le consommateur veut désormais plus que du bio. La crise de la Covid-19 et le changement climatique ont accéléré les nouvelles…
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Asperge : une campagne 2020 atypique qui a recruté de nouveaux consommateurs
Des volumes d'asperges commercialisés en baisse, mais une consommation en hausse, à conforter en 2021 par des…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes