Aller au contenu principal

Le désherbage thermique en démonstration

En maraîchage biologique, les adventices sont un gros facteur de pénibilité, elles poussent à recourir au désherbage thermique dans de nombreux cas.

Le désherbage thermique apporte une solution intéressante, applicable à diverses cultures.
© DR

Le paillage plastique permet de réduire l’IFT herbicide (Indicateur de fréquence de traitements phytosanitaires), comme le temps de désherbage, mais pose d’autres problèmes majeurs comme s'en débarrasser. Certains outils permettent de se libérer relativement bien du fardeau que représentent les mauvaises herbes. Jean-Emmanuel Pelletier, maraîcher du groupe Ecophyto Dephy Légumes (animé par les Agribio 84 et 13), a accueilli sur ses parcelles de l’Isle-sur-la-Sorgue une démonstration d’outils de désherbage thermique. Entre le désherbeur thermique manuel présenté par Sylvain Puget, de l’entreprise gardois 2EBALM, et l’outil tracté de Jean-Emmanuel Pelletier, les participants ont pu approfondir leur connaissance de la technique et discuter de ses avantages et inconvénients.

Plusieurs cultures sont concernées

On retient qu’il n’y a pas que la carotte qui permet de rentabiliser le désherbage thermique : l’ensemble des cultures semées (radis, épinard, betterave, navet, oignon, etc.) mais aussi plusieurs cultures plantées (chou chinois, fenouil, blette) profitent largement de faux semis détruits thermiquement. Il est important d’implanter la culture dans la foulée – si possible le lendemain – sans toucher le sol pour que de nouvelles graines ne lèvent pas. Les cultures autres que le radis et le navet nécessitent généralement un passage de bineuse entre les rangs et un désherbage manuel sur le rang un mois après implantation.
La qualité du désherbage thermique dépend du stade auquel les adventices sont détruites : le plus tôt est le mieux. Si la levée est hétérogène, il est intéressant de faire deux, voire trois passages. Elle dépend aussi des accessoires adaptés au tracteur. Ainsi une lame devant les brûleurs servira à déterrer les plateaux de tallage des céréales et donc de les brûler pour qu’elles ne repartent pas. A l’arrière des brûleurs, le rouleau permet de bien régler la hauteur de l’outil et de réappuyer le sol pour la culture à venir. Jean-Emmanuel Pelletier, sans désherbeur thermique, ne serait plus agriculteur.

Pour avoir plus d’informations, contacter Caroline Bouvier d’Yvoire, conseillère maraîchage bio des Agribios 13 et 84, Ingénieur Réseau écophyto Dephy (conseilmaraichage13-84@bioprovence. org).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes